Forum sans frontières-without boundary Index du Forum

Forum sans frontières-without boundary


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Notice board-Panneau d'affichage 
Invité
Notre forum a une autre adresse http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php où nous vous attendons
Ce site n'est maintenant que les ARCHIVES de " Connaître le Monde Forum sans frontières "

Our forum has a new address http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php where we are waiting for you
This site is only the archives of " Connaître le Monde Forum sans frontières "
Pékin légifère sur la réincarnation

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Our quotidien- Everyday life -> Nouvelles du Monde -World news -> Archives 2007-2009
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 09/08/2007 15:44:26    Sujet du message: Pékin légifère sur la réincarnation Répondre en citant

Pékin légifère sur la réincarnation

Pékin — Toute réincarnation de bouddhas tibétains vivants devra désormais avoir l’aval officiel du gouvernement chinois et de son administration des affaires religieuses pour être valide, a annoncé hier l’agence Chine Nouvelle. De nouvelles règles entreront en vigueur le 1er septembre, marquant « une étape importante pour institutionnaliser la gestion des réincarnations de bouddhas vivants », a expliqué l’agence officielle. Selon ces règles, seuls les temples du bouddhisme tibétain dûment accrédités par les autorités communistes auront le droit de solliciter la reconnaissance d’une réincarnation.

Les bouddhas vivants sont un élément important du bouddhisme tibétain, groupe de moines émérites, censés se réincarner. Plusieurs candidats sont parfois sur les rangs. Pékin souhaite conserver un strict contrôle des affaires religieuses, notamment dans cette région. Les autorités chinoises avaient ainsi refusé en 1995 le choix par le dalaï-lama, leader tibétain en exil en Inde, de la réincarnation du panchen-lama, numéro deux dans la hiérarchie du bouddhisme tibétain.

Emmené de chez lui par les autorités, ce onzième panchen-lama, un petit garçon alors âgé de six ans, n’a plus été vu depuis. Pékin a choisi son propre panchen-lama, qui a effectué l’an dernier une apparition internationale à l’occasion d’un « forum bouddhique mondial » à Hangzhou, dans l’est de la Chine.

La Chine, qui affirme que le Tibet fait partie de son territoire depuis le XIIIe siècle, avait « libéré » cette région en 1951. En 1959, après un soulèvement raté, le dalaï-lama choisissait d’établir un gouvernement en exil en Inde, à Dharamsala.
..........................

[ Légiférer la réincarnation !
a quoi pouvons nous attendre encore !!!

malgé des pétition nous ne savons toujours pas ce qu est devenu de ce petit garçon

je l oublie pas , dans un an une autre grande manifestation aura lieu , mais pas a toulouse cette fois pendant les jeu olympique de Pekin en 2008





http://www.ledevoir.com/2007/08/04/152386.html
_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 09/08/2007 15:44:26    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 09/08/2007 15:53:33    Sujet du message: le plus jeune prisonnier politique au monde. Répondre en citant

le plus jeune prisonnier politique au monde

Gendhun Choekyi Nyima, né le 25 avril 1989, est, selon le gouvernement tibétain en exil, la 11e réincarnation du Panchen Lama.

Il est né à Lhari au Tibet, et fut nommé par le 14e Dalaï lama, Tenzin Gyatso, le 14 mai 1995. Trois jour plus tard il disparaissait, enlevé et retenu prisonnier par le gouvernement chinois. Il n'a jamais été revu depuis.
Le gouvernement chinois n'a pas reconnu le candidat désigné par Dalaï Lama comme le succésseur du 10e Panchen Lama. Le 29 novembre 1995, se référant à la dynastie Mandchou des Qings, les autorités chinoises mettent en place un tirage au sort au monastère de Jokhang à Lhassa pour désigner leur candidat Gyancain Norbu qui sera nommé Erdini Qoigyijabu. Erdini est un mot de la langue mongol qui signifie "précieux joyau" correspondant à un titre offert en 1713 par l'empereur mandchou, Kangxi au 5e Panchen Lama, Lobsang Yeshe. Il s'agit en fait d'un titre élogieux partagé par de nombreux lamas mongols [1].

Les empereurs mandchou de la dynastie des Qing vénéraient les Dalaï Lama en tant que guides spirituels leur a offert leur soutien dans l'esprit du rapport de prêtre-patron existant entre eux. En 1792, en réponse à la demande du gouvernement tibétain, l'empereur mandchou a envoyé une grande force pour aider l'armée tibétaine à repousser les envahisseurs Gorkha. La même année, un système a été institué pour choisir les réincarnations de hauts lamas par tirage au sort. Un événement en Mongolie où le Tibet avait une grande influence spirituelle fut la cause de l'introduction de ce système. A la mort du lama mongol Erdini Pandita Khutuktu, un conflit surgi au sujet du choix de sa réincarnation. Afin d'éviter de telles complications à l'avenir, un tirage au sort a été introduit.

Il n'y a cependant aucune preuve historique démontrant que le tirage au sort ait été établi pour choisir les réincarnations des Dalaï Lama et Panchen Lama. D'ailleurs, les Mandchous de la dynastie des Qing étaient un peuple bouddhiste asiatique central distinct, une puissance étrangère occupant la Chine. Les Chinois eux-mêmes identifient les Mandchous comme une force étrangère de métier. En 1911, quand la révolution nationaliste a renversé la dynastie Qing des Mandchous, le Dr. Sun Yat-Sen a indiqué que la Chine avait été occupée par deux fois par des puissances étrangères : d'abord par les Yuans et en second lieu par les Qings. Aussi, le gouvernement tibétain en exil n'accepta pas les réclamations chinoises prétendument héritées du rapport historique de prêtre-patron entre le Tibet et les Mandchous


28 janvier 1989, dans son monastère de Tashilhunpo, à Shigatsé au Tibet, le dixième Panchen Lama, Lobsang Trinley Lhündrub Chökyi Gyaltsen, meurt d'une crise cardiaque, à l’âge de 50 ans. Les Tibétains disent qu'il a été empoisonné quelques jours après son discours historique critiquant la politique chinoise et affirmant sa loyauté envers le Dalaï Lama. Le Panchen Lama avait notamment déclaré que le progrès apporté au Tibet par la Chine ne saurait compenser la somme de destructions et de souffrance infligée au peuple tibétain.

Après sa disparition, le Parti communiste chinois chargea Chadrel Rinpoché, le responsable du monastère du Tashilhunpo, croyant qu'il leur était favorable, de trouver la réincarnation du Panchen Lama. Le Dalaï Lama propose à Pékin de dépêcher une délégation de hauts dignitaires religieux pour "assister" Chadrel Rinpoché. Mais l’offre est rejetée par la Chine, qui la qualifie de «superflue». Le Dalaï Lama et les autorités tibétaines commencent à organiser les recherches pour trouver sa réincarnation suivant les traditions tibétaines. Au Tibet, Chadrel Rinpoché retient trois enfants aux qualités remarquables. Parmi eux, le petit Gendhun Choeky Nyima, fils de nomades tibétains. Chadrel Rinpoché informe une équipe envoyée clandestinement au Tibet par le Dalaï Lama. Gendhun reconnaît sans hésiter les biens du défunt Lama. Il avait d'ailleurs déclaré à ses parents «Je suis le Panchen Lama. Mon monastère est le Tashilhunpo.»

Le 14 mai 1995, après avoir étudié les différents candidats, un jeune garçon de six ans fut officiellement reconnu par le Dalaï Lama comme étant le onzième Panchen Lama. Il est nommé Gendhun Choekyi Nyima. Fils de Kunchok Phuntsok et Dechen Choedon, il est né le 25 avril 1989 dans la ville de Nagchu.


Emprisonnement ...
Trois jours plus tard, le 17 mai 1995, Gendhun Choekyi Nyima et ses proches furent portés disparus et certaines rumeurs laissèrent croire qu'ils auraient été kidnappés et emportés à Pékin. Chadrel Rinpoché, lui, est immédiatement arrêté et emprisonné pour avoir informé le Dalaï Lama.

Un an plus tard, Pékin avouait détenir le Panchen Lama, ce qui en fait le plus jeune prisonnier politique au monde. En 1996, son cas a été examiné par le Comité des Droits de l'Enfant de l'ONU (dépendant du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme) et les autorités chinoises avaient admis pour la première fois avoir "pris l'enfant pour sa sécurité" quand la question du Panchen Lama fut abordée. Le Comité a demandé à rendre visite à Gendhun Choekyi Nyima, mais les autorités chinoises ne l'ont pas invité. Le dossier n'a pas avancé depuis lors. Un appel de près de 400 personnalités et associations a régulièrement demandé qu'une délégation du Comité des Droits de l'Enfant de l'ONU rende visite à Gendhun Choekyi Nyima. Onze lauréats du Prix Nobel ont notamment signé cet appel coordonné par l'association France-Tibet Ile-de-France[2], les Prs Günter Blobel, Claude Cohen-Tannoudji, Christian de Duve, Pierre-Gilles de Gennes, Roger Guillemin, Dudley Robert Herschbach, François Jacob, Eric R. Kandel, Jean-Marie Lehn, Norman Foster Ramsey et David Trimble.

Aujourd'hui, Gendhun Choekyi Nyima serait toujours détenu par les autorités chinoises. Pourtant, pour les Tibétains et les Bouddhistes de l'école Tibétaine, il est le onzième Panchen Lama, l'un des plus hauts dignitaires du bouddhisme tibétain. Le gouvernement chinois déclare qu'il ménerait une vie normale et irait à l'école, quelque part en Chine, et que sa localisation serait gardée secrete pour des raisons de sécurité[3].

En décembre 2005, lors d'une interview avec Xinhua, une agence chinoise, le Panchen Lama "remplacant", choisi par le gouvernement chinois, Gyancain Norbu, alors agé de 16 ans, déclara que le peuple bénéficiait d'une grande liberté religieuse en Chine[4].

Depuis, la localisation de Gedhun Choekyi Nyima et de sa famille reste inconnue. En avril 2006, Reuters rapporta que le gouvernement chinois niait qu'il était retenu en tant que prisonnier politique. [5]

Une alerte « Amber » mondiale a été lancée par le monastère Tashilhunpo (siège en exil en Inde du Panchen Lama) et une récompense est offerte à toute personne fournissant une information permettant d'entrer en contact avec le panchen lama[6].

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gedhun_Choekyi_Nyima
_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"
Revenir en haut
lazareleblanc
Esotérisme -Esoterism

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2007
Messages: 535
France - Tours

MessagePosté le: 21/08/2007 01:38:00    Sujet du message: Pékin légifère sur la réincarnation Répondre en citant

LIBEREZ LE PANCHEN LAMA!!!

ou sinon çà va chier kukid
_________________
Prépare de la bonne popotte à la portos !!!
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 09/12/2016 01:58:00    Sujet du message: Pékin légifère sur la réincarnation

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Our quotidien- Everyday life -> Nouvelles du Monde -World news -> Archives 2007-2009 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com