Forum sans frontières-without boundary Index du Forum

Forum sans frontières-without boundary


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Notice board-Panneau d'affichage 
Invité
Notre forum a une autre adresse http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php où nous vous attendons
Ce site n'est maintenant que les ARCHIVES de " Connaître le Monde Forum sans frontières "

Our forum has a new address http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php where we are waiting for you
This site is only the archives of " Connaître le Monde Forum sans frontières "
Le Labyrinthe
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Esotérisme/Esoterism.Groupe/group -> Archives 2007-2009
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Raphaël
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 396
Centre

MessagePosté le: 06/07/2007 14:06:12    Sujet du message: Le Labyrinthe Répondre en citant

Teiwas a écrit:

Labyrinthe
Le Labyrinthe originel est le palais de Cnossos en Crète. Le gigantesque palais du roi Minos frappait par la complexité de son architecte sur trois étages, enchevêtrant à plaisir grandes salles, vastes cours intérieures, couloirs à angle droit, escaliers en tous sens et impasses. La mythologie* grecque nous apprend que ce Labyrinthe, dont nul ne devait trouver l’issue, avait été conçu par l’architecte Dédale à la demande du roi Minos afin d’y cacher le Minotaure, monstre né des amours coupables de son épouse, Pasiphaé, et d’un taureau. ..


Sens alchimique : Par analogie, les alchimistes* désignent sous ce vocable les pièges tendus par la réalisation du Grand Œuvre *. Ils possèdent aussi leur fil d’Ariane : le fil de fer ou la limaille de fer.

Sens occulte : Symboliquement, le labyrinthe représente la quête de la vérité dans l’hermétisme* occidental. Les églises du Moyen Age abritaient un labyrinthe au centre de leur nef. Pourtant, à la différence du Labyrinthe originel, nul ne pouvait s’y égarer : les dalles du sol dessinaient, en effet, un chemin circulaire menant au centre après une longue procession. Certains de ces labyrinthes existent encore, tels ceux des cathédrales d’Amiens, de Chartres ou de Sens. Prenons l’exemple du superbe labyrinthe de Chartres : réalisé au XIIIe siècle, il mesure 12,87 mètres de circonférence et le développement de son chemin donne une longueur approximative de 250 mètres. Il est à remarquer tous les labyrinthes connus dessinent ce même chemin symbolique.

oeil



et hop ! un nouveau sujet : le labyrinthe...

aux sens occulte et alchimique, on peut adjoindre des tas de niveaux : psychanalytique, géométrique...







Citation:
Le labyrinthe de Chartres : miroir du Sentier


Lorsque l'on entre dans la cathédrale de Chartres, il suffit de quelques pas pour se trouver face au labyrinthe. Il est là, comme un défi à relever. Tout autour, ses épines veillent dans le silence de la pierre. La rose en son centre sera le trophée de celui qui saura parvenir jusqu'à elle.

Nos premiers pas, après un court détour, nous conduisent rapidement tout près de la rose. Nous sommes encouragés par cette promesse de succès...

...mais voilà que le sentier s'écarte et tourne comme les circonvolutions de notre cerveau. Et nous cheminons sur le côté gauche. Cerveau gauche : l'intellect. Celui qui calcule, qui compte, qui raisonne. Le sentier nous intéresse. Nous poursuivons.

Nous passons à droite et, là encore, très vite, nous approchons du centre pour nous en éloigner.

Cerveau droit : premières expériences psychiques marquantes, impressions subjectives, nous prenons conscience d'un monde différent. Mais déjà, nous voulons l'analyser et revenons vers le cerveau gauche.

Nous cherchons des savoirs et nous tentons d'en faire le tour , intellectuellement. Bientôt, de nombreux concepts jusqu'alors inconnus nous deviennent familiers. Certains, ne voyant pas ce qu'ils pourraient apprendre de plus, n'iront pas plus loin. Et passeront le reste de leur existence à faire des discours et à expliquer la vie aux autres. Stagnation.

D'autres franchiront ce pont, la connection entre les deux cerveaux qui se trouve la plus proche de l'Orient. Et ils entreront dans ce monde ignoré de l'intellect où l'on ne peut demeurer qu'après avoir rassasié et maîtrisé celui-ci, en avoir fait un outil et non plus un frein. Dans ce monde nouveau, il faut alors vivre et oser l'expérience et la vivre pleinement. Ici, les discours n'ont pas leur place. L'heure est à l'action : l'action-service envers l'humanité tout autant que l'action-démarche active vers le centre de Soi.

Mais le sentier s'éternise et, de rose, toujours point ... Et c'est une double circonvolution si longue et si lointaine du centre que tout devient découragement, non plus intellectuel, mais intérieur voire physique : la nuit obscure de l'initié où le vécu perd son sens au-delà de l'idée que l'on peut s'en faire.

Certains, encore, resteront là : déçus, usés, brisés. D'autres puiseront dans une foi sans objet le courage de poursuivre. Et, retrouvant l'axe du départ, vivront à nouveau le doute dans un ultime détour, comme s'il était trop simple d'avancer vers le coeur. Car c'est bien dans le coeur que nous pénétrons alors, dans la rose dont enfin nous respirons le parfum.

Fiers d'avoir parcouru ce long périple et d'en avoir franchi avec succès toutes les épreuves, nous croyons être arrivés tandis que, par cette simple analyse, nous fabriquons de toutes pièces le plus subtil et le plus dangereux des écueils de la route. Croyant avoir conquis la rose, nous sommes en réalité enfermés au centre de notre Satisfaction d'avoir maîtrisé nos deux cerveaux et d'avoir avancé avec courage jusqu'au bout du sentier.

Si nous restons, nous vivrons captifs dans l'illusion d'être libres. Notre orgueil aura alors tout loisir de s'exprimer. Il faut sortir et continuer car le coeur du sanctuaire n'est pas ici. Mais faudra-t-il refaire tout ce chemin et quitter le labyrinthe par l'Ouest, vers le soleil couchant ? Comme une défaite avec le goût amer de l'effort inutile ? Avant de repartir, nous goûtons encore cet endroit et c'est à genoux, le reste de la nuit, que nous prions pour que la lumière apparaisse à nouveau au milieu de nos ténèbres. Alors, si notre coeur est pur dans sa demande, aux premiers rayons du soleil levant, la Lumière se fait enfin.

Nous nous levons les yeux baignés de larmes de Joie Profonde, et nous marchons droit devant, vers la lumière de l'Orient, sans plus voir aucun des murs du labyrinthe.

Nous les traversons en quelques pas prenant conscience qu'ils n'étaient que des lignes dessinées par terre : labyrinthe illusoire de notre mental et de notre auto-satisfaction.

Libre, cette fois, nous le sommes, et nous avançons baignés de Lumière à la rencontre du Coeur véritable au sein duquel, enfin, nous comprenons pleinement ces mots : Non nobis, Domine, non nobis, sed nomini tuo da Gloriam.

"Pas pour nous, Seigneur, pas pour nous, mais pour la Gloire de Ton Nom."
Devise des Chevaliers de l'Ordre du Temple

http://www.bldt.net/Go/Horizons/Symbolisme/Labyrinthe/labyrinthe.html



Et revoilà les Templiers !

La Cathédrale de Chartres mériterait à elle seule tout un sujet : ses alignements, ses vitraux, ses bas reliefs, ses chapiteaux, sa relation au Cosmos... Mais je vous propose pour l'heure d'échanger sur le Labyrinthe. Celui de Chartres, bien sûr, mais aussi les autres...

Là encore, je ne suis pas certain que l'on puisse affirmer "Le Labyrinthe originel est le palais de Cnossos en Crète", car l'Orient bien avant l'Occident construisait déjà des labyrinthes... Regardons les mandalas bouddhiques, regardons les traditions polynésiennes, et tous ces dessins qui doivent être tracés sans lever la main... Ne sont-ce pas aussi des labyrinthes ?....

Bien à vous
_________________
"Seul est grand celui qui transforme la voix du vent en un chant que son propre amour aura rendu plus doux." [Khalil Gibran]
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 06/07/2007 14:06:12    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Raphaël
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 396
Centre

MessagePosté le: 06/07/2007 14:07:39    Sujet du message: Le Labyrinthe Répondre en citant

Citation:
Il est à remarquer tous les labyrinthes connus dessinent ce même chemin symbolique.


Je ne suis pas d'accord non plus avec cette affirmation...
_________________
"Seul est grand celui qui transforme la voix du vent en un chant que son propre amour aura rendu plus doux." [Khalil Gibran]
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 06/07/2007 14:19:43    Sujet du message: Re: Le Labyrinthe Répondre en citant

Raphaël a écrit:
et hop ! un nouveau sujet : le labyrinthe...

aux sens occulte et alchimique, on peut adjoindre des tas de niveaux : psychanalytique, géométrique...











Oui et non,  car nous faisons des sujets et des discussions, par convénience, alors que tout est en fait relié...c'est l'essence même de ce Forum : "sans frontières" ,"no boundaries" = au-dela de l'essence

Une discussion n'en amène pas une autee, elle est  seulement la branche d'un tout ..c'est l'homme qui a créé les divisions, les petites boites où tout est rangé  , classifié, ordonné alors que  l'univers est un chaos please

En faisant ces fractures du tout, nous limitons nos expériences , nous concentrant sur un sujet ou deux et alors nous avons le musicien, le poète, le philosophe, l'ésotériste etc..plustôt que d'avoir un être humain oeil
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Raphaël
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 396
Centre

MessagePosté le: 06/07/2007 14:53:45    Sujet du message: Le Labyrinthe Répondre en citant

Certes certes... Mais il s'agit bien de branches reliées les unes aux autres : non pas d'une fracture ou d'une division, mais d'une ramification...

Web ---> Xooit ---> Portail ---> Index ---> Thème ---> Groupe ---> Sujet ---> Membre ---> Message

Je ne crois pas que l'Univers soit un chaos ; plutôt une organisation tellement complexe que nous n'en percevons pas toutes les ramifications... Ne parle-t-on pas du Grand Horloger ?

Mais ce débat mériterait à lui seul un sujet !!!

Donc je propose de parler du Labyrinthe, en laissant ouvertes et perméables toutes les "cases", y compris celles qui nous manquent !!!!


please
_________________
"Seul est grand celui qui transforme la voix du vent en un chant que son propre amour aura rendu plus doux." [Khalil Gibran]
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 07/07/2007 09:42:58    Sujet du message: Le Labyrinthe Répondre en citant

Que représente un labyrinthe pour vous? oeil
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 07/07/2007 12:24:02    Sujet du message: Le Labyrinthe Répondre en citant

Teiwas a écrit:
Que représente un labyrinthe pour vous? oeil


Un sens d orientation ,intuition se faire confiance Mr. Green
patience
je dirais donc avoir tous ces sens en alerte..

je ne suis pas allée encore dans un labyrinthe donc je ne saurais en dire plus sur mon resentie que cela peut représenter
symboliquement je pourais y réfléchir , Mr. Green

cela me fais pensée qu il a été ouvert a Toulouse donc pres de chez moi un labyrinthe, féerique

voila une excellente occasions de mis rendre ..

ceci dit dans une église le resentie du moment en s inspirant de ces énergie de ce lieux surment que cela ne doit pas etre pareil et notre " etat d ame " d apres nos croyance

sa me fais biensur pensée aussi a un pèlerinage ..dans les dédales et méandre de ces pensée le rapport de soi a soi ...
_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 07/07/2007 12:33:49    Sujet du message: Le Labyrinthe Répondre en citant

Un layrinthe me fait penser a la vie: une entree et une sortie et entre les deux des meandres remplis de puzzles et de rebus oeil
colère je n'ai plus d'accents please colère
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 07/07/2007 12:45:03    Sujet du message: Le Labyrinthe Répondre en citant

Oui exacte , une entrée une sortie çà)=

pour les accent bof on est sur le forum sans frontiere please
_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"
Revenir en haut
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 08/07/2007 18:51:22    Sujet du message: Le Labyrinthe Répondre en citant

Labyrinthe de la cathédrale de Reims
Clovis : "est-ce là le royaume du ciel dont tu me parlais ?"
Saint-Rémy : "non, c'est le début du chemin qui y conduit ?"


Labyrinthe de la cathédrale de Reims


Avant d'être détruit par les chanoines au XVIIIe siècle, le labyrinthe de Reims mesurait 10, 36 mètres de large. De base carrée, il occupait les 3ème et 4ème travées de la cathédrale en partant de la façade occidentale.

Selon Dominique Naert, "le labyrinthe de Reims répond à la résolution de la quadrature du cercle : la solution qui consistait à résoudre le problème des bâtisseurs, qui ne savaient comment calculer la surface d'un cercle, était déjà énoncée 1800 ans avant Jésus-Christ, dans la papyrus de Rhind trouvé à Luxor. En effet, si à partir du VIe siècle en Inde, les savants avaient trouvé la solution de Pi (3,1416), il faudra attendre le XVIIe siècle pour qu'en France les mathématiciens résolvent définitivement le problème. Pour les bâtisseurs du Moyen-Age, la solution consistait à réaliser, géométriquement, un cercle de la même dimension qu'un carré dont on savait calculer la surface : de trouver ainsi la construction géométrique qui permettrait de réaliser un carré de la même surface que le cercle correspondant."

Les proportions du labyrinthe suivent les procédés mathématiques définis par Léonard de Pise (dit Fibonacci) dans son "Liber Abaci" en 1202. La suite de Fibonacci consiste à additionner les deux termes précédents (1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55 ...) et le rapport entre chaque terme (2/1 , 3/2, 5/3 ...) correspond au nombre d'or : 1,618.

La proportion 2/1 est celle de la pyramide de Khéops, des temples égyptiens et grecs mais aussi celle du temple de Salomon. Jean Chevalier et Alain Gheerbrant soulignent que dans "la tradition kabbalistique, reprise par les alchimistes, le labyrinthe remplirait une fonction magique, qui serait un des secrets attribués à salomon. C'est pourquoi le labyrinthe des cathédrales serait appelé labyrinthe de Salomon. Aux yeux des alchimistes, il serait une image du travail entier de l'oeuvre, avec ses difficultés majeures : celle de la voie qu'il convient de suivre, pour atteindre le centre, où se livre le combat des deux natures ; celle du chemin que l'artiste doit tenir pour en sortir."



_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"
Revenir en haut
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 08/07/2007 18:58:14    Sujet du message: Le Labyrinthe Répondre en citant

Teiwas a écrit:
Un layrinthe me fait penser a la vie: une entree et une sortie et entre les deux des meandres remplis de puzzles et de rebus oeil

ce qui pourait donner =

Vivre...Penser...Mourir .... Idea
_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 08/07/2007 23:46:33    Sujet du message: Le Labyrinthe Répondre en citant

OUi et recommencer en allant pus haut )a chaque labyrinthe ( le cycle) etoiles
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 08/07/2007 23:56:13    Sujet du message: Le Labyrinthe Répondre en citant

D’étranges chemins initiatiques basés sur les courants magnétiques

Depuis l'époque du paléolithique, en Scandinavie, Grande-Bretagne, Asie Mineure, Chine, Inde, Nouvelle-Zélande, Australie, dans les îles du Pacifique et les deux Amériques, les hommes ont dessiné des spirales et des labyrinthes dans un but bien défini qui nous est encore inconnu, même si les travaux de rares chercheurs ont permis de mieux cerner le problème.

L'aventure d'un des spécialistes des spirales et labyrinthes vaut d'être contée. Geoffrey Russel passa vingt-cinq ans de sa vie au Sri Lanka où il dirigeait un cabinet d'assurances. Une nuit, il rêva d'un labyrinthe avec une telle insistance qu'il se réveilla tout en sueur. Encore à moitié endormi, il prit une feuille de papier et traça rapidement la forme étrange qui avait envahi son esprit. Puis il plaça ce croquis dans un tiroir et l'oublia peu à peu, sans en parler à qui que ce soit.

En 1962, sa femme publie un ouvrage sur la vie campagnarde anglaise. Feuilletant le livre qui venait d'arriver de chez l'éditeur, Geoffrey Russel y voit une illustration qui lui rappelle quelque chose dont il n'arrive pas à se souvenir. Il s'agit du tracé d'un labyrinthe gravé sur une roche de Tintagel, en Cornouailles. Soudain, il repense à son aventure. Fouillant dans les archives qu'il a rapportées de Sri Lanka, il retrouve le dessin esquissé après son rêve… Il ressemble point par point au labyrinthe de Tintagel.
Dès lors, Geoffrey Russel consacre toute son existence à l'étude des nombreux labyrinthes observés sur les sites mégalithiques ainsi que ceux qui ornaient les nefs des vieilles églises chrétiennes. Ses conclusions sont nettes : « Le voyage à travers un de ces labyrinthes est une régénération de l'âme. Ces tracés sinueux représentent les étapes d'une longue initiation. Je crois même qu'il est dangereux d'aller directement au centre de ces labyrinthes sans en avoir au préalable franchi les étapes initiatiques. » dit-il.
Les labyrinthes tirent leur nom de Lope-rohounit, un temple égyptien qui en possédait un que les profanes devaient franchir avant leur initiation. Après les croisades, la plupart des églises en possèdent, matérialisés sur le sol par des dalles de couleurs différentes. On en trouve encore les traces à Chartres, Reims, Amiens, Bayeux, Sens, Auxerre, Poitiers et Saint-Quentin. Ces labyrinthes portent également le nom de ‘chemins de Jérusalem’ parce qu'ils étaient censés représenter l'enchevêtrement des routes conduisant au saint sépulcre. Leurs détours demandent un temps très long pour être parcourus. Il faut ainsi faire deux mille pas pour parvenir au bout de celui de Sens. Certains textes anciens prévenaient les fidèles du danger à les suivre sans préparation religieuse.
Mais de quelle nature peuvent être ces dangers évoqués par Geoffrey Russel ? Dans certains cas, la réponse est nette : il s'agit de courants telluriques amplifiés par les mouvements que fait le corps pour suivre les dédales du labyrinthe.
C'est l'avis de Louis Charpentier qui a passé sa vie à tenter de percer « les secrets qu'au cours de son histoire la terre a légués à la curiosité des hommes », selon son expression. « Que l'on y réfléchisse » écrit-il dans sa magistrale étude sur les mystères de la cathédrale de Chartres. « Nous sommes ici dans un lieu qui a été choisi pour l'utilisation humaine d'un courant tellurique qui affleure et qui doit avoir d'extrêmes analogies avec les courants magnétiques. Or, c'est un résultat bien connu des courants magnétiques que tout corps en mouvement dans les champs de ces courants acquiert des propriétés particulières. C'est même la façon dont on fabrique l'électricité, en faisant tourner un ‘rotor’ dans un champ magnétique, naturel ou artificiel.
« On sait aussi que le corps humain, plongé dans ces champs, par exemple dans les spires d'un solénoïde parcouru par un courant électrique, et ainsi plongé au sein d'un courant magnétique violent, en subit une influence qui agit profondément sur son corps (fièvres provoquées). Le fer doux s'y aimante.
« Faire tourner un homme dans un champ, de façon déterminée, provoque, dans cet homme, des actions déterminées. On pouvait bien — qu'importait ? — rappeler aux simples que parcourir le labyrinthe c'était un peu, pour ceux qui ne le pouvaient, faire le pèlerinage de Jérusalem (et il y aurait beaucoup à dire sur ce ‘chemin de Jérusalem’), l'important était que ce labyrinthe fût parcouru.
« Evidemment, fallait-il le faire sans chaussures ; et non point par pénitence mais pour que les pieds fussent en contact direct avec cette pierre, accumulateur des vertus du courant. Comme il faut que les boues de Dax soient appliquées sur la peau. « Ote la chaussure de tes pieds, dit l'Ecriture, car le lieu où tu te trouves est sacré. » Et l'on se déchausse toujours dans les mosquées. Et les gitans dansent pieds nus sur la terre. Il est probable que cette marche rituelle devait être exécutée surtout aux époques des grandes pulsations du courant tellurique, qui devaient coïncider avec le pèlerinage. Au printemps, certainement, comme le donnent à penser les ‘rondes de Pâques’ que conduisait l'évêque.
« L'homme parvenu au centre du labyrinthe, après l'avoir parcouru rituellement, après l'avoir ‘dansé’, sera un homme transformé et, pour autant que je le sache, poursuit Louis Charpentier, dans le sens d'une ouverture intuitive aux lois et harmonies naturelles, aux harmonies et aux lois qu'il ne comprendra peut-être pas mais qu'il ressentira en lui-même, dont il se sentira solidaire et qui lui seront le meilleur test de vérité, comme le diapason est le test du musicien. »
En enquêtant sur l'origine mystérieuse des jeux, j'ai personnellement émis l'hypothèse, en me référant à nombreux indices, que le jeu de marelle, originaire de Mésopotamie et que l'on peut concevoir comme le développement rectiligne d'un labyrinthe initiatique (le chemin du paradis) libérait des forces cachées : les mages mésopotamiens auraient découvert les secrets d'un procédé thérapeutique agissant, toutes proportions gardées, comme le magnétisme de Messmer. Il aurait suffi pour cela que l'on suive à cloche-pied (rythme de charge rupture de magnétisation tellurique) des figures tracées sur le sol dans des conditions déterminées.
Il serait sans doute du plus grand intérêt que des recherches similaires soient effectuées à propos de certaines danses rituelles et de déambulations liturgiques, comme par exemple les danses des derviches tourneurs, celles qui précèdent la transe extatique des chamanes, ainsi que celles qui favorisent la possession par les ‘loa’ des prêtres au vaudou dans leurs ‘hounfor’ (temples). Ces gesticulations physiques agissent-elles en n'importe quel endroit ou seulement en certains lieux privilégiés situés sur des lignes de fort courant tellurique ? Une réponse à cette question permettrait d'approfondir considérablement ce domaine mal connu.
Le cas des déambulations bouddhistes autour des stûpas est également fort étrange. Dans toutes les régions du monde où s'est développée la religion du Bouddha, on trouve en effet de curieuses constructions religieuses portant le nom de ‘stûpa’.
A l'origine, le stûpa était un simple tumulus dans lequel était enfouie une relique de Bouddha, mais, par la suite, ils revêtirent toutes les formes possibles. C'est autour des stûpas que dans les grands temples les moines pratiquent un rite insolite, le pradak-shinâ, sorte de déambulation qui permet, dit-on, aux membres de certaines sectes bouddhistes de transférer une force spirituelle à des objets inanimés. C'est une marche à symboles cosmiques, les fidèles suivant la course du soleil en allant de l'est au sud, puis à l'ouest et en répétant indéfiniment ce mouvement selon un rythme intangible.
Il existe une étrange constante dans toutes les religions. Les sanctuaires sont en effet toujours construits selon des orientations bien définies. Les temples sont d'une part des modèles réduits de l'univers, d'autre part un trait d'union entre le cosmos (macrocosme) et l'homme (microcosme).
« Tout temple résume la terre entière, qui est potentiellement un autel, soutient Philippe Verdier, spécialiste de l'art religieux. Où qu'il soit fondé, il occupe le centre de l'univers. Il est le ‘nombril’ de la Terre. Cette conception ombilicale vaut aussi bien pour l'Omphalos du temple d'Apollon à Delphes que pour le Golgotha qui, dans la tradition juive, est la ‘montagne du monde’, le lieu où Dieu pétrit la chair du premier homme. »

Ce sont ces actes directionnels signalés par Philippe Verdier qui déterminent le plan d'ensemble de tel ou tel sanctuaire et par conséquent les chemins qu'emprunteront les fidèles dans l'accomplissement de leurs rites. On peut se demander si jadis les temples étaient construits comme aujourd'hui, au petit bonheur, en fonction des terrains libres, quitte à les orienter convenablement, ou, au contraire, s'ils étaient édifiés en des points précis de la surface du globe bénéficiant d'une ‘aura’ tellurique ou magnétique.
Depuis quelques années, des chercheurs se passionnent pour différents phénomènes physiques encore inexpliqués, comme le ‘rayon vert négatif’ de formule ‘V-e’, sorte de rayonnement électromagnétique terrestre. Par ailleurs, Roger de la Forest (‘Les maisons qui tuent’) et Jean Delafoi (‘Ondes de vie, ondes de mort’), pour ne citer qu'eux, se sont intéressés à un rayonnement de même nature qui prendrait naissance là où l'on remarque un déséquilibre naturel du magnétisme terrestre causé par des failles géologiques, des fractures du sous-sol, des cours d'eau souterrains ou même un déséquilibre artificiel provoqué par des générateurs à haute tension.
De là à soutenir que les spirales et labyrinthes avaient une action déterminante quand ils étaient tracés sur des zones où ce rayonnement était particulièrement sensible, il n'y a qu'un pas. Dans l'attente de preuves irréfutables, je me garderai bien de le franchir. Cependant, il est regrettable que les archéologues considèrent ces formes géométriques particulières comme de simples motifs décoratifs ou, à l'extrême rigueur, comme des figures symboliques banales. De l'hélice à double spirale de l'A.D.N., source de toute vie, jusqu'aux galaxies spiralées, de l'infiniment petit à l'infiniment grand, les ‘chemins de Jérusalem’ nous délivrent un message que nous ne savons pas comprendre.
J.-L. B.
http://france-secret.com/labyrinthes_art2.htm
. .
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 09/07/2007 00:38:21    Sujet du message: Le Labyrinthe Répondre en citant



Le labyrinthe de Chartres : miroir du Sentier



Lorsque l'on entre dans la cathédrale de Chartres, il suffit de quelques pas pour se trouver face au labyrinthe. Il est là, comme un défi à relever. Tout autour, ses épines veillent dans le silence de la pierre. La rose en son centre sera le trophée de celui qui saura parvenir jusqu'à elle.
Nos premiers pas, après un court détour, nous conduisent rapidement tout près de la rose. Nous sommes encouragés par cette promesse de succès...
...mais voilà que le sentier s'écarte et tourne comme les circonvolutions de notre cerveau. Et nous cheminons sur le côté gauche. Cerveau gauche : l'intellect. Celui qui calcule, qui compte, qui raisonne. Le sentier nous intéresse. Nous poursuivons.
Nous passons à droite et, là encore, très vite, nous approchons du centre pour nous en éloigner.
Cerveau droit : premières expériences psychiques marquantes, impressions subjectives, nous prenons conscience d'un monde différent. Mais déjà, nous voulons l'analyser et revenons vers le cerveau gauche.
Nous cherchons des savoirs et nous tentons d'en faire le tour , intellectuellement. Bientôt, de nombreux concepts jusqu'alors inconnus nous deviennent familiers. Certains, ne voyant pas ce qu'ils pourraient apprendre de plus, n'iront pas plus loin. Et passeront le reste de leur existence à faire des discours et à expliquer la vie aux autres. Stagnation.
D'autres franchiront ce pont, la connection entre les deux cerveaux qui se trouve la plus proche de l'Orient. Et ils entreront dans ce monde ignoré de l'intellect où l'on ne peut demeurer qu'après avoir rassasié et maîtrisé celui-ci, en avoir fait un outil et non plus un frein. Dans ce monde nouveau, il faut alors vivre et oser l'expérience et la vivre pleinement. Ici, les discours n'ont pas leur place. L'heure est à l'action : l'action-service envers l'humanité tout autant que l'action-démarche active vers le centre de Soi.

Mais le sentier s'éternise et, de rose, toujours point ... Et c'est une double circonvolution si longue et si lointaine du centre que tout devient découragement, non plus intellectuel, mais intérieur voire physique : la nuit obscure de l'initié où le vécu perd son sens au-delà de l'idée que l'on peut s'en faire.
Certains, encore, resteront là : déçus, usés, brisés. D'autres puiseront dans une foi sans objet le courage de poursuivre. Et, retrouvant l'axe du départ, vivront à nouveau le doute dans un ultime détour, comme s'il était trop simple d'avancer vers le coeur. Car c'est bien dans le coeur que nous pénétrons alors, dans la rose dont enfin nous respirons le parfum.

Fiers d'avoir parcouru ce long périple et d'en avoir franchi avec succès toutes les épreuves, nous croyons être arrivés tandis que, par cette simple analyse, nous fabriquons de toutes pièces le plus subtil et le plus dangereux des écueils de la route. Croyant avoir conquis la rose, nous sommes en réalité enfermés au centre de notre Satisfaction d'avoir maîtrisé nos deux cerveaux et d'avoir avancé avec courage jusqu'au bout du sentier.

Si nous restons, nous vivrons captifs dans l'illusion d'être libres. Notre orgueil aura alors tout loisir de s'exprimer. Il faut sortir et continuer car le coeur du sanctuaire n'est pas ici. Mais faudra-t-il refaire tout ce chemin et quitter le labyrinthe par l'Ouest, vers le soleil couchant ? Comme une défaite avec le goût amer de l'effort inutile ? Avant de repartir, nous goûtons encore cet endroit et c'est à genoux, le reste de la nuit, que nous prions pour que la lumière apparaisse à nouveau au milieu de nos ténèbres. Alors, si notre coeur est pur dans sa demande, aux premiers rayons du soleil levant, la Lumière se fait enfin.


Nous nous levons les yeux baignés de larmes de Joie Profonde, et nous marchons droit devant, vers la lumière de l'Orient, sans plus voir aucun des murs du labyrinthe.
Nous les traversons en quelques pas prenant conscience qu'ils n'étaient que des lignes dessinées par terre : labyrinthe illusoire de notre mental et de notre auto-satisfaction.

Libre, cette fois, nous le sommes, et nous avançons baignés de Lumière à la rencontre du Coeur véritable au sein duquel, enfin, nous comprenons pleinement ces mots : Non nobis, Domine, non nobis, sed nomini tuo da Gloriam.

"Pas pour nous, Seigneur, pas pour nous, mais pour la Gloire de Ton Nom."
Devise des Chevaliers de l'Ordre du Temple



Dazur
Novembre 1990
Pour vous exprimer sur ce thème, communiquer avec son auteur, cliquez sur le blason.
* Le dessin en coupe de la cathédrale en haut de cette page est extrait de l'excellent ouvrage de Michel Neillo "La symphonie symbolique ou les merveilles de la Cathédrale de Chartres" - 1989 - Ed. du Chariot

Une traduction de cet article est disponible en portugais sur le site "Lusophia".


Copyright © 2002/2006 - Les Baladins de la Tradition








_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Raphaël
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 396
Centre

MessagePosté le: 12/07/2007 11:37:56    Sujet du message: Le Labyrinthe Répondre en citant

Eh bien voilà du nouveau !
La page que tu as reproduite est celle que j'ai copiée au début du sujet, mais c'est pas grave, car tu as copié aussi les images, qui sont très explicites.

Je rajouterais à Vivre - Penser - Mourir

DOUTER / SE PERDRE / ERRER / SE RETROUVER...

Les labyrinthes que nous avons croisés sur ce sujet sont "linéaires" : ils conduisent tous au but d'une seule ligne, même si celle-ci est souvent très longue.

Il existe également des labyrinthe dans lesquels sont disséminés des pièges et des impasses :

mort anticipée ou obligation de rebrousser chemin...


Bien à vous
_________________
"Seul est grand celui qui transforme la voix du vent en un chant que son propre amour aura rendu plus doux." [Khalil Gibran]
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 12/07/2007 11:58:37    Sujet du message: Le Labyrinthe Répondre en citant

Oui, mais c'est pour les images que j'ai mis l'article au complet çà)= çà)=
Voici le labyrinthe que nous avons tous en tête

_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 03/12/2016 17:39:42    Sujet du message: Le Labyrinthe

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Esotérisme/Esoterism.Groupe/group -> Archives 2007-2009 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 1 sur 6

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com