Forum sans frontières-without boundary Index du Forum

Forum sans frontières-without boundary


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Notice board-Panneau d'affichage 
Invité
Notre forum a une autre adresse http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php où nous vous attendons
Ce site n'est maintenant que les ARCHIVES de " Connaître le Monde Forum sans frontières "

Our forum has a new address http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php where we are waiting for you
This site is only the archives of " Connaître le Monde Forum sans frontières "
Le soleil Vert?
Aller à la page: <  1, 2
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Esotérisme/Esoterism.Groupe/group -> Archives 2007-2009
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
lazareleblanc
Esotérisme -Esoterism

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2007
Messages: 535
France - Tours

MessagePosté le: 31/05/2007 12:31:39    Sujet du message: Le soleil Vert? Répondre en citant

non j'ai l'impression que je suis agressif en ce moment. En tout cas, c'est des gens encore moins agressif qui moi qui me dise çà... est ce possible d'ailleur ??? Mort de Rire
Ha le boulot...
_________________
Prépare de la bonne popotte à la portos !!!
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 31/05/2007 12:31:39    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Raphaël
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 396
Centre

MessagePosté le: 02/06/2007 16:32:02    Sujet du message: Le soleil Vert? Répondre en citant

Salut à toi, Frère de Lumière !

Voici, qui pourra, je l’espère, apporter de l’eau à ton moulin, et compléter les réponses de Teiwas.

Citation:
VERT

Vert printemps, vert prairie, vert forêt, se mettre au vert, vert tendre, verte Irlande, feu vert, vert de froid, vert de peur, vert de rage, blé vert, raisin vert, des vertes et des pas mûres, être encore vert, une volée de bois vert, …

Le pigment vert est encore plus rare dans la nature que le bleu. Pour peindre :

- malachite utilisée depuis le IIIème s. en Egypte, en Orient et en Europe, elle servait dans la peinture, le maquillage et comme médicament. Très prisée par les peintres à partir du XVè s. en Europe.

- vert de gris obtenu par l’oxydation des lamelles de cuivre des cuves des régions vinicoles, réputé très instable et peu vif.

- terres vertes utilisées dès l’empire romain, elles furent utilisées tant en Inde dans des temples bouddhiques que dans la peinture de la renaissance occidentale pour les paysages. Généralement ternes, les teintes obtenues s’améliorèrent avec le temps.

Pour teindre, aucune substance ne permettant de teindre en vert avec des moyens naturels, les teinturiers avaient recours à une double teinture = jaune + bleu. Dans l’Occident médiéval, la double teinture était interdite et, de plus, les corporations étaient organisées par teinte afin d’obtenir leur monopole sur un produit teintant. Peu de chance d’obtenir un tissu vert par conséquent. Ce n’est qu’à partir du XVIème s. que cet interdit disparu. A partir du XVIIème d, les tissus verts étaient fort prisés malgré leur coût élevé du à la double teinture.

Végétal
Généralement associée à la végétation, le vert souffre d’un manque de clarté dans sa définition. Selon les régions et les latitudes, il sera associé au bleu ou au noir dans ses valeurs sombres ou, dans ses valeurs claires, au jaune même pour désigner la couleur des prairies. Les grecs anciens décrivaient la mer comme étant verte et associaient le vert à des substances nutritives (olives, légumes, fruits).

Jeunesse
Les pousses vertes des végétaux sont perçues comme une promesse, un espoir, d’alimentation qui ne s’épanouira qu’avec des valeurs plus chaudes (ocre/rouge). La verdeur, dans le langage populaire signifie la jeunesse, la fougue juvénile, mais également la crudité qui signifie à la fois le non-cuit et la brutalité dans l’expression. On retrouve l’expression “dire des vertes et des pas mûres”.

Nutritif
Associée au végétal, le vert sera pourvu de valeur nutritive. En Egypte, la couleur verte est écrite à l’aide d’un signe représentant une pousse de papyrus encore vert. La teinte des végétaux jeunes, en pleine croissance, promettant une riche moisson fut associée au concept de renouveau, de jeunesse et est systématiquement valorisée, y compris sous forme de maquillage. De nombreuses amulettes, porte bonheur, sont de couleur verte. Le jaune du soleil est associé à la vie, la force, mais il peut virer à la sécheresse et à l’aridité tandis que le vert des prés et des végétaux est perçu comme reposant, calme, une valeur sûre et prometteuse.

Divin
En langue arabe classique, le vert, synonyme de nature, est à l’origine de la vie, rattaché à l’humide et à la terre et, également, couleur du paradis. Le vert, c’est l’oasis au milieu du désert, l’humide au milieu de l’aride, du sec, mais également la couleur de l’Islam. La légende raconte que lorsque l’archange Gabriel apparut au Prophète Mahomet, ses ailes étaient vertes, et celui-ci vêtu de vert. Les âmes des martyrs volent vers le paradis sous la forme d’oiseaux verts. Les saints sont habillés de couleur verte.
Khidr ou Al Khadir, homme vert, est le patron des voyageurs, incarnant la providence, le compagnon fidèle. Selon certains, il est le premier fils d’Adam (fait de terre rouge) et aurait sauvé son père du déluge (mer verte). Selon d’autres, il serait né dans une grotte, vagin de la terre rouge. Alors qu’il cheminait dans le désert, un poisson sec à la main, il aurait découvert une source. Plongeant le poisson dans l’eau, celui-ci serait revenu à la vie. Il s’y baigna, en devint immortel et son manteau se colora en vert. Il est honoré en Inde sous la forme d’un homme assis sur un poisson. Toute la culture musulmane associe la couleur verte à la fertilité, la jeunesse, la joie, l’équilibre.

En Inde, Vishnu, porteur du monde, est représenté comme une tortue verte.

Pour l’ensemble des sociétés précolombiennes, le vert est signe de fertilité, de renouveau, de bonheur. Chez les aztèques associé à l’oiseau Quetzal, dieu fertile. Chez les Mayas l’émeraude, pierre précieuse appréciée, est désignée comme un soleil vert généreux.

Chez les Hopis, les chamans teintent les bâtons de prières en vert lors des cérémonies favorisant la pousse de la végétation.

La “Verte Erin” (Irlande), était l’île des bienheureux, du paradis, celtes.

Féminin
Associé à la fertilité, à la nutrition et au calme, le vert est placé du coté féminin, alors en opposition au rouge masculin de l’énergie et de la violence. Ils entretiennent une relation riche car, si le feu détruit ce qu’il touche, il permet également au vert de s’enrichir. Dans beaucoup de légendes, les dieux de la fertilité, verts, passe l’hiver dans les enfers, au sein de la terre, associés à la couleur rouge. Fécondé par le rouge, le vert réapparaît au printemps, source de vie et de renouveau.

Maladie / instabilité
En Europe occidentale, cependant, le vert reste marqué par la difficulté de sa teinture et de son association au jaune. Au Moyen-âge, signe de l’instabilité, de la folie, l’amour volage, la jalousie, le désordre. Les personnages malfaisants sont décrits souvent de couleur verte dans les contes. Ce n’est qu’à la fin du Moyen-âge que le vert, devenant intense, vif et profond, se dégagea de son statut ambigu. Désormais associé au printemps, à la nature, il est associé à beaucoup de fêtes printanières. Il deviendra la couleur de la toge des médecins et restera celle des pharmaciens.

Occulte et diabolique
S’il est connoté positivement, le vert possède néanmoins une variété négative. Associé au royaume des esprits, à l’enfer, le vert est également associé à la moisissure et à la maladie. Le serpent et les chats ont les yeux verts. Les Egyptiens les vénéraient et les craignaient. Dans un vitrail de la Cathédrale de Chartres, le diable a la peau verte et les yeux verts. Le vert est positionné à l’envers du rouge, principe de vie, sang. Dans les principes ésotériques, le vert est la couleur inverse du sang. Couleur mystérieuse et ambivalente : nature / bourgeon / espoir du coté positif ; moisissure / mort du coté négatif.

Technologique
Actuellement, le vert s’enrichit d’une nouvelle association avec un concept récent : la technologie. De par la couleur originelle de l’affichage digital (vert acide), cette teinte connote automatiquement les nouvelles technologies…



Bien à toi
_________________
"Seul est grand celui qui transforme la voix du vent en un chant que son propre amour aura rendu plus doux." [Khalil Gibran]
Revenir en haut
Raphaël
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 396
Centre

MessagePosté le: 02/06/2007 16:42:40    Sujet du message: Le soleil Vert? Répondre en citant

Ou encore... plus chymiquement parlant...

Citation:

La lumière-séparation :

La dimension proprement démiurgique de l'opposition lumière-ténèbres se retrouve à la racine de toutes les grandes cosmogonies. Du sein d’un abîme préalable (chaos, tehom, tohu-bohu), sans fond, sans forme, va brusquement émerger l’ordre, l’ordo ab chao, c’est-à-dire la séparation-archétypale originelle.

Deux principes opposés sont ainsi différenciés : la lumière et les ténèbres. Trois séparations démiurgiques vont en procéder. Elles engendrent le cosmos dans sa totalité. Dieu dit "que la lumière soit", et la lumière fut ! Fiat lux !

Une première séparation opère la création des grandes oppositions cosmogoniques fondamentales : l’avant et l’après, le haut et le bas, la nuit et le jour. Elle correspond à la croisée horizontale et verticale du ciel et de la terre. La lumière nous indique la sortie de la materia prima, du chaos, du primordial, elle nous situe par rapport aux origines.

La deuxième séparation est liée à la genèse de la vie. Elle joue sur les variations régulières nuit-jour qui déterminent les saisons, sur la permanence des alternances du jour et de la nuit. Création des cycles de mort et de renaissance, de lumière croissante et décroissante entre solstice d’hiver et solstice d’été.

Cette deuxième séparation règle donc le jeu d’équilibre et de conflit entre eau et feu. A cette lumière de génèse correspondent tous les symboles de la lumière-fécondation : lumière souterraine et psychopompe d’Anubis, «soleil vert» de l’émeraude qui est sang et fécondité chez les Mayas comme dans le symbole du Graal, soleil chtonien comme dieu-grain qui meurt à l’automne et ressuscite au printemps, etc.

Ce sont aussi nos luminaires, le soleil et la lune, à l’Orient, qui témoignent, dans le temple, de l’alternance du diurne et du nocturne, de la lumière en tant que lumen, celle du 4° jour de la genèse, différente de la lumière primordiale du 1er jour appelée lux. Doit-on en conclure que la lumière ne peut exister que si la nuit existe, que le Chercheur deviendra l’homme de lumière, mais qu’ainsi, il aura des rechutes, des retours en arrière et que dans ce cas, il lui faudra l’astre de la nuit, l’espoir que le cycle recommence et que les ténèbres ne l’emporteront pas définitivement sur la lumière ?

C’est la promesse faite à l’humanité, après le déluge, par l’alliance que le Dieu des hébreux a inscrit dans la lumière diffractée de l’arc-en-ciel.

La troisième séparation cosmogonique a lieu entre zénith et nadir. Au-dessus de la fertilité végétale, de l’âme lunaire et aquatique se différencie le symbolisme de l’esprit et de la lumière-illumination. Ce symbolisme oppose les images ascensionnelles de l’air et du vent aux images de la pesanteur de la terre.

Au soleil terrestre et à ses cycles de fécondation se sur-ordonne la permanence du soleil céleste, porteur de la clarté de l’intellect, il est le modèle visible, le symbole sensible du principe de toute harmonie. La hauteur inaccessible de la voûte étoilée, c’est la verticalié céleste, celle de la lumière et de la vision.

Toute ascension mystique ou mythique est visionnaire et elle s’accompagne parfois de photismes lumineux et colorés. Aux degrés de l’échelle chamaniste correspondent des couleurs divines qui symbolisent le degré d’initiation.



Si l'on s'en réfère à ces deux textes, l'expression "soleil vert" vient plutôt de la sphère précolombienne que de la sphère mésopotamienne ; ce peut-être également un de ces symboles migrants ou universels... Peux-tu poster les textes se référant au "Maître de Justice" ?

Bien à toi
_________________
"Seul est grand celui qui transforme la voix du vent en un chant que son propre amour aura rendu plus doux." [Khalil Gibran]
Revenir en haut
lazareleblanc
Esotérisme -Esoterism

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2007
Messages: 535
France - Tours

MessagePosté le: 03/06/2007 17:47:31    Sujet du message: Le soleil Vert? Répondre en citant

Merci beaucoup à toi.

pour les textes je me souvient qu'ils étaients sur les sages ou sur le temple des mystères mais maintenant ou ?? je vais chercher et essayer de faire une autre approche.

En tout cas merci beaucoup.
love
_________________
Prépare de la bonne popotte à la portos !!!
Revenir en haut
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 08/09/2007 10:19:06    Sujet du message: Le soleil Vert? Répondre en citant

lazareleblanc a écrit:
Ce qui est curieux en fait c'est chez les alchimistes ils parlent du soleil vert. Soleil vert, à décoder? Aura, vert = calme, guérison ?Soleil, astre, esprit. Lumière ?

ce qui est donc curieux c'est que l'appelation soleil vert viendrait d'un mythe de type mésopotamien, genre zoroastre. Le mythe du maitre de justice serait il devenu çà pour lutter contre lesluttes religieuses de l'époque. Baal dieu de lumière ne devient il pas un démon dans les cultures juives, tout comme baal=bel= mardouk = zeus ( en correspondance) = maitre des dragons? ou babylonne cité des hommes et de la liberté devenu un nid à vices et ordures?

Ce qui est donc curieux si on en comprend la base, l'hermétisme ou l'alchimie en parle et notemment bien plus tard vers 1700-1800 periode oû il y a eu le schisme entre la science et la religion.
On parle ainsi de graal, de salamandre.

Y a t il un lien avec le graal cette fameuse coupe en émeraude. Emeraude, cristal de pureté. cristal = être = étoile = soleil
Les Templiers y reviennent aussi à ce fameux graal ??
Tout comme le caducée d'hermes qui entrecroise les serpents et la colombe vers la coupe.

Et c'est pourtant si simple en fait. symbole de la kundalini la transformation de l'homme en réceptacle de pureté. Lien entre le corps (serpent), l'esprit (colombe) et L'être.
Tout est donc écrit sur ce dessin.

Ceci dit revenons à notre fameux soleil vert. Dans les explications du maitre de justice, on pourrait retrouver des similitudes chez nos amis sumériens avec Le lion d'or avec des ailes. Celui qui ouvrait les portes des villes sumériennes puis plus tard akkadienne, babylonnienne etc etc...
Lien entre le sphinx et ce lion d'or ou le griffon ? Sphinx mélange de taureau, lion aigle et tête de femme. Lion d'or + ailes d'aigles. Griffon aigle + lion.

L'or dans tout çà. la possiblité, l'action.
Le sphinx est le mélange du corps de l'esprit de l'émotion tournée vers la pureté.
taureau physique, lion coeur, aigle esprit, tête de femme amour pur.
Le lion d'or représenterait de la même manière donc le coeur et l'esprit. Symbole puissant des protecteurs. en effet.

Y a t il cependant un lien entre Le verseau et Mithra. Selon les concepts de création sumérien tout viendrait de l'eau. Une déesse qui redistribue l'eau douce et un dieu qui redistribue l'eau sombre. Eau qui pourrait s'apparenter à imagination inconscient mais aussi le principe de l'énergie qui se mélange avec la lumière pour se décanter dans un spectré complet.
Cette coupe serait elle le resceptacle pour récupérer ces eaux et les redistribuer tel un verseau en mal d'amour. Mr. Green

On comprend maintenant l'intéraction du soleil vert. Mr. Green

Mythe plus ancien que le messie.
Ceci dit les apôtres devaient être des bons hermétistes. Hermes çà remonte à quand, d'ailleur -2000 Av JC ?
Sumer, le code d'hamourabi -3200 Av JC, qui parlait déjà de ce mythe.
Mais le sphinx qui est chiffrée actuellement à -8000 ??? Question
Les mythes dogons qui parlent du retour de la déesse de Sirius. Sirius apparenté en terme d'esprit au foyer et à la famille. proche d'une Héra? Demeter? Sarah la noire? ou des mythes tel la vierge noire? Lilith?
Pourquoi Nazca fait donc références à ces étoiles.

gourmand

Disparition du serpent à plumes arc en ciel (caducée d'hermes serpent + colombe + coupe qui redistribue le spectre lumineux) remplacé par le Serpent crocodile.


Kundalini Awakening
j ai penser a toi en visualisant cette vidéo..
c est en Anglais ..

http://video.google.com/videoplay?docid=-8101989694941061600&hl=en-CA
_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"
Revenir en haut
Roze
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2007
Messages: 1 684

MessagePosté le: 10/09/2007 06:34:20    Sujet du message: Le soleil Vert? Répondre en citant

Wawww!, c'es bien cette animation !

Encore....encore Mr. Green  


#%^*
Revenir en haut
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 21/09/2007 15:46:24    Sujet du message: Le soleil Vert? Répondre en citant

bonjour Rose
j avais pas vu Embarrassed
Il y en a d autre sur ce lien pouce
_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"


Dernière édition par Mélane le 24/06/2008 09:24:47; édité 1 fois
Revenir en haut
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 24/06/2008 09:22:23    Sujet du message: Le soleil Vert? Répondre en citant

De la couleur verte et de quelques-unes de ses correspondances*
Par CEAPT Symbole copyright, lundi 1 janvier 2007 à 17:09 - Symboles - #18 - rss

par Jean Reyor

Dans son premier article sur Dante hermétiste, Argos(1) soulignant l'importance de la couleur verte dans le symbolisme hermétique observe que le vert est consacré à l'apôtre saint Jean. Cette remarque m'a suggéré quelques rapprochements entre les données de l'astrologie, de la mythologie gréco-latine et de la symbolique chrétienne. En effet, la couleur verte correspond en astrologie à la planète Vénus, de même que dans la mythologie elle est attribuée à la déesse Vénus née de l' écume de la mer, le vert se rapportant à l'eau parmi les éléments. Parmi les pierres précieuses, l'émeraude correspond à saint Jean et aussi à la planète Vénus d'après les meilleurs auteurs.






Je rappellerai ici que, selon la légende, le Saint-Graal a été taillé dans une matière translucide, vert-foncé qu'on assimile à l'émeraude tombée du front de Lucifer lors de sa chute. Or Lucifer fut un des noms de Vénus envisagée comme astre du matin. Le Saint-Vase étant lié étroitement à l'idée de la conservation de la tradition, on comprend aisément pourquoi l'émeraude est la pierre de saint Jean et pourquoi la tradition musulmane attribue la couleur verte au prophète Élie qui garde sur la plus haute montagne du globe le trésor de la connaissance Sacrée.
Mais l'émeraude dont il est question est-elle ce qu'on appelle communément ainsi ? D'après Anne-Catherine Emmerich, le calice de la Sainte Cène, c'est-à-dire le Graal, était fait d'une matière inconnue, revêtue ou sertie d'or ; cette matière singuliére, transparente, ne semblait pas avoir été travaillée comme les métaux, mais être le produit d'une sorte de végétation. Le lecteur hermétiste comprendra sans doute ce qu'était cette substance du vase qui devait recevoir le sang du Christ, le veritable Élixir rouge, la vraie Médecine des Sages.

Instrument de la régénaration

Revenons à la couleur verte sur laquelle Portal(2) donne de précieuses indications auxquelles le lecteur fera bien de se reporter. Disons simplement que Portal distingue trois degrés de régénération correspondant aux trois sphères célestes qui se retrouvent dans l'initiation antique avec leurs couleurs symboliques, le rouge, le bleu et le vert. Le vert, ajouterai-je, semble correspondre à la dernière des trois renaissances dont parle d'Eckartshausen : la renaissance corporelle.




Dans l'Inde, la couleur verte est rapportée à Ganesha, le Seigneur de la Connaissance, dieu de la Sagesse et du mariage ; on peut entendre ce dernier mot de plusieurs façons... Inutile, d'autre part, de souligner à nouveau le rapprochement bien connu de Ganesha, du Janus des Latins et de saint Jean l'Évangéliste. Dans l'Apocalypse (IV, 3) Dieu apparaît au centre d'un arc-en-ciel vert ; quelques chapitres plus loin, il est ordonné aux sauterelles de ne faire aucun mal à l'herbe de la terre, ni à aucune verdure, ni à aucun arbre, et de n'en faire qu'aux hommes qui n'auraient pas le sceau de Dieu sur leurs fronts (Apoc. IX, 4). Cette opposition de la verdure et des profanes démontre que l'herbe verte était le symbole des régénérés. Ajoutons que les peintres chrétiens du moyen-âge représentaient de couleur verte la croix, instrument de la Régénération.

La correspondance des signes du zodiaque avec les lieux géographiques fait également ressortir de bien curieuses indications : les îles placées sous l'influence du signe du Taureau, domicile de Vénus, telles que Pathmos, Chypre, l'Irlande (l'île verte), sont également en corrélation avec ce qu'on peut appeler l'Église johannite ; nous n'avons pas besoin de rappeler leurs rapports avec saint Jean l'Évangéliste, l'Ordre du Temple et l'Église celtique. D'ailleurs, si Jean est l'apôtre de l'Amour, Vénus n'est-elle pas aussi la déesse de l'Amour ? Mais ici c'est d'Amour supérieur qu'il s'agit et par conséquent de la Vénus-Uranie dont parle Platon dans le Banquet, et non de la Vénus vulgaire. Pausanias reconnaît également deux Vénus, l'une céleste et l'autre terrestre, l'une verte et l'autre noire. A cette Vénus-Uranie se rapporte le symbolisme de la rose cher aux ésotéristes se rattachant à saint Jean, tandis que la Vénus terrestre est plutôt en relation avec ce que le moyen-âge appelait le symbolisme de la fraise sauvage.

( ou de framboise sauvage tirelangue a noter que cela n est pas de l auteur juste une reflexion perso, tout un symbole notre framboise) )



Le Graal, calice hermétique qui est aussi le réceptacle du "véritable Elixir rouge",
Médecine des Sages, Anatomia Auri, 1628

Dans le symbolisme hermétique, la rose correspond à la quintessence, c'est-à-dire à l'éther primordial et indifférencié, première manifestation de la Sophia. Or Vénus est prise par de nombreux alchimistes pour le symbole de leur matière première et parfois aussi de leur matière prochaine. C'est alors que j'appellerai à nouveau l'attention du lecteur sur la couleur verte et sur le symbolisme de la Table d'émeraude qu'a si bien vu M. Fidel Amy-Sage. Michel Maïer dit que les anciens entendaient par Vénus une matière sans laquelle on ne peut faire le Grand Œuvre. Flamel cite ces paroles du pseudo-Démocrite : « Ornez les épaules et la poitrine de la Déesse de Paphos ; elle en deviendra très belle, et quittera la couleur verte pour en prendre une dorée. »
C'est sur la citation du grand alchimiste que j'arrêterai ces courtes notes sans prétention, avec l'espoir de les voir développer un jour par quelque « inquisiteur de science » plus avancé que moi sur la voie de l'initiation hermétique.

(*) Ce texte, paru dans Le voile d'Isis en janvier 1932, figure dans le recueil d’articles de Jean Reyor intitulé A la suite de René Guénon - Études et recherches traditionnelles, Éditions Traditionnelles, 318 p., 24 €. Nous le reprooduisons ici avec l’aimable autorisation des Éditions Traditionnelles, 32 rue des Fossés Saint Bernard, 75005 Paris - Tél : 01.43.54.03.32 - braire@voila.fr)
(1) Argos ou Georges Tamos : pseudonymes de Georges-Auguste Thomas (1884-1966) fut l’une des principales figures du Voile d’Isis — et l’un des deux collaborateurs de la revue (avec Grillot de Givry) que Guénon accepta de conserver lorsqu’il engagea, à partir de 1929, à la demande de Paul Chacornac, la “reorientation” de la revue dans une perspective traditionnelle plus orthodoxe, qui conduisit à sa transformation en Études Traditionnelles.
(2) Frédéric Portal est notamment l’auteur de Des couleurs symboliques dans l’antiquité, le moyen-âge et les temps modernes (1837) et des Symboles Égyptiens comparés à ceux des Hébreux (1840). Ces ouvrages sont réédités aux éditions Pardès, 9 rue Jules Dumesnil, BP. 47, 45390 Puiseaux – Tél: 02.38.33.58.99






Le « sinople » et le symbolisme des couleurs héraldiques
« Les couleurs héraldiques définissent et symbolisent les degrés d’approche et de réalisation en soi de la lumière divine. La palette du blason est ainsi fixée par rapport à la nature de cette lumière intérieure et par rapport aux différentes étapes de sa recherche. Cette lumière étant la vie véritable, les couleurs du blason évoquent les degrés de réalisation de cette vie, ou les aspects particuliers qui en ont été perçus et développés. Ce n’est pas un jeu théorique, car la hiérarchie des couleurs qui en résulte exprime des états d’être effectivement différents ; en sorte qu’on ne saurait les confondre sans faire preuve par là même de son ignorance et, au pire, de son inaptitude à faire partie de la compagnie chevaleresque, puisque l’essentiel même de son langage ne serait pas compris. (…) Les couleurs sont au nombre de sept : les cinq émaux (sable, gueules, azur, sinople et pourpre) et les deux métaux (argent et or) auxquels il faut ajouter aussi deux fourrures : l’hermine et le vair.

Les sept couleurs héraldiques sont les sept barreaux de l’échelle de l’initiation hermétique (…).
1. L’argent est le symbole de la première renaissance, de l’initiation proprement dite. Il correspond à l’éveil de la conscience après la « première mort », mort au monde profane et libération des étreintes du monde physique. (…) Par cette première initiation, l’homme découvre en lui-même « cette lumière qui éclaire tout homme venant en ce monde (Saint Jean) mais encore sous de nombreux voiles, qu’il faudra ôter un à un, pour parvenir à ne faire qu’un avec cette lumière. (…)
2. Le sable est un symbole de mort et de passage. Il n’est pas exactement une couleur puisque le noir est l’état indifférencié avant que se manifestent les couleurs et qui les contient toutes en puissance. (…) Le sable peut se référer aux trois morts initiatiques et comme Saturne, évoquer aussi bien « l’âge de fer » et le plomb, c’est-à-dire le chaos du monde profane et chuté avant le « Fiat Lux » initiatique re-créateur, ou bien « l’âge d’or » des origines paradisiaques reconquises et l’accomplissement des Grands Mystères. (…)
3. Le gueules, ou bellic, est l’émail de la guerre que mène le chevalier contre les ennemis de la Foi, de la vraie lumière, et contre ses démons intérieurs. Par là, il témoigne de ce combat pour résorber la dualité dans l’unité qui conduit à sacrifier le moi, au besoin en versant son sang. Car le sang est le support de la régénération comme il l’est de la vie en général. C’est par là que s’amorce le chemin de l’œuvre au rouge. (…).
4. L’azur est la couleur du firmament, c’est-à-dire du suprême degré de la création visible. Il symbolise l’accession à la maîtrise cosmique. Le moi une fois combattu et dominé, l’homme libéré parvient à l’unité dans le Soi, au seuil de la Paix, par la réalisation de l’accord avec la volonté du Ciel et des Noces de l’âme et de l’esprit. C’est pourquoi l’azur est la couleur particulière du manteau des rois et le champ de l’écu qui combine les symboles de la royauté par excellence, celui de la France « Fille aînée de l’Eglise ». (…) Avec cette couleur on atteint le seuil où décroît définitivement l’individualité mortelle et où s’épanouit la personnalité véritable spirituelle dans la connaissance parfaite qui est l’or. (…)
5. L’or, seul métal inaltérable, marque le centre de la vie spirituelle, l’état où l’être abolit définitivement le moi corruptible pour revêtir l’incorruptibilité. L’or (…) dans le langage de l’ésotérisme (…) correspond au passage des « Petits » aux « Grands Mystères », à l’état de restauration de la nature humaine d’avant la chute, celui d’Adam dans le Paradis, et à la réalisation du salut. (…) La Foi que symbolise l’or, connaissance véritable et sans voile de la lumière divine, au-delà des limites de la raison individuelle et de la perception discursive, suffit à la justification de l’homme et à son salut. Encore s’agit-il de la Foi plénière, féconde en œuvres, qui « déplace les montagnes » et non de la croyance plus ou moins aveugle et sentimentale que l’on place souvent sous ce terme. (…)
6. Le sinople est à proprement parler la couleur de la vie nouvelle et de la vivification. On dit de quelqu’un demeuré jeune qu’il est « vert ». De même ceux qui ont accédé dés ici-bas à l’immortalité ont été peints ou dépeints comme verts ou vêtus de vert : ainsi pour saint Jean l’Évangéliste ou pour le Prophète Élie qualifié de « verdoyant ». Tous deux possédaient « l’élixir de jouvence » qui n’est qu’une manifestation de l’effusion totale de l’Esprit vivifiant en tout l’être. (…) Le sinople est l’emblème de l’Espérance qui est la certitude de la seule réalité durable et du caractère illusoire des apparences du monde visible. Elle signifie la floraison de l’Esprit et le printemps de l’Homme régénéré, tourné vers l’été du Paradis et les fruits de la Grâce. Sinople vient du bas latin « sinopis » qui signifie à la fois rouge et vert : la vertu secrète du vert et du sinople est qu’il contient le rouge et le pourpre.
7. Le pourpre est à la fois un émail et un métal (…) la synthèse et comme l’achèvement des couleurs héraldiques, ou plutôt leur point central où elles s’unissent. (…) Le pourpre est la couleur de la Pierre Philosophale, et aussi, non sans raison, celle du chrême de la Sainte Ampoule du sacre des rois de France. Elle exprime la plénitude de l’Esprit, le seuil de la vie divine, et la souveraineté sur l’univers. (…) L’homme qui l’a atteinte est dans la béatitude et sur la voie de la délivrance définitive. (…) Au-delà de cet ultime échelon, il ne peut plus exister de couleurs car l’être échappe au cosmos et au monde des formes visibles pour entrer par la Grâce dans le monde divin. De la transmutation en l’or, le pourpre conduit à la dernière transformation dans l’union définitive avec l’Être au-delà de tout être, au centre du Soi. »

Gérard de Sorval

Extrait du livre de Gérard de Sorval, Le langage secret du blason, chapitre 5 “La lumière d’or des origines”, éd. Dervy, 2003
_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"
Revenir en haut
Albedo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 25/06/2008 02:17:20    Sujet du message: Le soleil Vert? Répondre en citant

Archange Raphael 
 
"Faites appel à nous et Nous Répondrons" 
L'Archange Raphaël est le Maître du Rayon Vert de Dieu
Archange de la Vérité, de la Guérison et des Sciences
 
Citation:
Citation:
L'Archange Raphael est aussi appelé :
Maître Raphael
L'Archange de Guérison
L'Archange du Cinquième Rayon
L'Archange de la Consécration et de la Dédicace

Raphael a en charge la guérison de la Terre et de ses habitants. C'est lui qui aurait veillé sur le rétablissement d'Abraham après sa circoncision et aurait confié à Moïse, l'herbier permettant de guérir toutes les maladies.
Le Libre de Tobit, dans l'Ancien Testament, raconte comment Raphaël rendit la vue au père de Tobias grâce à un onguent confectionné avec la vésicule biliaire d'un énorme poisson.
On cite Raphaël comme le protecteur des vents du soir, le Gardien de l'Arbre de la Vie au jardin d'Eden, l'Ange du repentir, l'Ange de la Prière, l'Ange de l'Amour, l'Ange de la Joie et de la Lumière.
Mais, c'est surtout l'Ange de la Guérison, de la Science, de la Connaissance et de la Providence, qui veille sur toute l'Humanité.
 
Son nom signifie, Guérisseur Divin ou "Dieu guérit". C'est de lui que procède toute guérison, et en tant que Messager de la Divine Providence, il guide ceux qui sont en quête d'unité. Il est la guérison essentielle et définitive de tout mal, autrement dit, il est le retour même à la Source.
Raphaël intervient pour sauver nos corps, nos esprits et nos cœurs. Il allège nos souffrances. Il nous dirige vers de bons thérapeute qui pourront nous aider. Et lorsque nous prenons véritablement en charge notre guérison, il encourage le thérapeute qui sommeille en nous et qui sait intuitivement ce qui est le mieux pour notre santé et notre vitalité.
Vibration / Rayon / Flamme :

Flamme Verte
Flamme Emeraude

 Anges :

La Guérison d'Anges
Les Anges de Guérison
Les Légions du Cinquième Rayon
Les Légions de Guérison
Les Légions de Feu Émeraude
Les Légions de Foudre Émeraude



http://angelsplace.club.fr/ArchangeRaphael.htm

Quan Yang
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 09/12/2016 11:41:06    Sujet du message: Le soleil Vert?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Esotérisme/Esoterism.Groupe/group -> Archives 2007-2009 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com