Forum sans frontières-without boundary Index du Forum

Forum sans frontières-without boundary


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Notice board-Panneau d'affichage 
Invité
Notre forum a une autre adresse http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php où nous vous attendons
Ce site n'est maintenant que les ARCHIVES de " Connaître le Monde Forum sans frontières "

Our forum has a new address http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php where we are waiting for you
This site is only the archives of " Connaître le Monde Forum sans frontières "
L'Athéisme est difficile.
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Au-delà de l'Essence - further that our Essence -> Philosophie-philosophy -> Archives 2007-2009
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 02/10/2009 10:15:49    Sujet du message: L'Athéisme est difficile. Répondre en citant

pouce Comme nous essayons tous de le faire clind
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 02/10/2009 10:15:49    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Madarion-2
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 09 Sep 2009
Messages: 688
Perpignan - France

MessagePosté le: 02/10/2009 11:35:40    Sujet du message: L'Athéisme est difficile. Répondre en citant

Non, moi je fais plus d'effort que toi et j'ai exactement la même montagne à gravir.
furie

Ce n'est pas si difficile de décaler légèrement son énergie pour que quand tu dors tu aille te brancher sur des pays ou l'homme vie et ainsi capter un esprit.
Surtout l'Australie qui n'a que l'embarra du choix.


_________________
_-==|==-_


Dernière édition par Madarion-2 le 02/10/2009 11:43:54; édité 1 fois
Revenir en haut
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 02/10/2009 11:43:29    Sujet du message: L'Athéisme est difficile. Répondre en citant

je suis toute chamboulé a vous lire , finalement je me demande si je suis pas Athée  puzzled
je croie au paranormal , mais pas en un dieu , tel par exemple d ecrit dans la bible ,encore faut il définir comment chacun  entrevoie " Dieu" 
un ami l autre jour me disais j était agnostique ..
c est une réflexion parfois que je me suis demandé si je devais  me mettre dans une de ces " cases"
je li qu il y a plusieurs forme d Athées" puzzled
_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"
Revenir en haut
Madarion-2
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 09 Sep 2009
Messages: 688
Perpignan - France

MessagePosté le: 02/10/2009 11:48:16    Sujet du message: L'Athéisme est difficile. Répondre en citant

Celons certaine cultures aborigènes, chaqu'un est lié intimement à un animal de l'autre monde.
Tu peux être lié à cet animal avec des proportions différentes suivant si c'est un petit ou un grand, ou alors qu'il appartient a telle ou telle race.
Donc oui il y a plusieurs façons d'être athée !

Mais tu peux aussi être lié a un humain, a ce moment là tu es croyant.

---

NB: A une époque ces connaissances de l'autre monde étaient trés répendus,
c'était justement la base du savoir Egyptien en autre.

_________________
_-==|==-_
Revenir en haut
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 02/10/2009 11:56:53    Sujet du message: L'Athéisme est difficile. Répondre en citant

L'athéisme spirituel
Le spiritualisme et l'athéisme ne sont pas forcément opposés. En effet, les systèmes athées peuvent ne mettre en cause que le caractère transcendant du spirituel, et le conserver sous d'autres formes immanentes. On peut citer par exemple la vision darwiniste d'intelligence planificatrice du marché.
L'athéisme n'empêche pas la croyance en d'autres formes de pensée abstraite ou d'émotions mystiques[16] . Ainsi, des religions dont les dogmes[17] ne font pas intervenir la notion de divinité peuvent, dans une certaine mesure, être considérées comme athées, tel le bouddhisme. Il existe également des personnalités, tels que le théologien John Shelby Spong, qui se définissent à la fois comme chrétiens et comme athées.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Athéisme#Ath.C3.A9e_ne_signifie_pas_antith.C3.…
_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 02/10/2009 12:18:41    Sujet du message: L'Athéisme est difficile. Répondre en citant

Mélane a écrit:
je suis toute chamboulé a vous lire , finalement je me demande si je suis pas Athée  puzzled
je croie au paranormal , mais pas en un dieu , tel par exemple d ecrit dans la bible ,encore faut il définir comment chacun  entrevoie " Dieu" 
un ami l autre jour me disais j était agnostique ..
c est une réflexion parfois que je me suis demandé si je devais  me mettre dans une de ces " cases"
je li qu il y a plusieurs forme d Athées" puzzled


Dieu n'est pas un homme,Il n'est pas un être. donc Il n'existe pas .
Etre un être, c'est exister. Ce mot contient le préfixe, ex-, qui indique un mouvement "hors de", voire un surgissement. En conséquence, l'existence désigne une manière d'être tout à fait particulière.
L'existence est un ensemble de mouvements, un noeud de relations , un devenir qui s'apparait à lui-même par l'expérience....ceci est mon humble avis
Citation:
Si tu rencontres quelqu'un qui te dit:"je sais que Dieu n'existe pas", ce n'est pas un athée, c'est un imbécile. Disons que c'est un imbécile qui prend son incroyance pour un savoir .Et, de même, si tu rencontres quelqu'un qui te dit:"Je sais que Dieu existe", c'est un imbécile qui a la foi. La vérité,Il faut y insister , c'est que nous ne savons pas.
A.Comte Sponville
please

Mon Dieu
Oui ,moi je n'en ai qu'un.
Je ne l'ai pas inventé,
La vie me l'a révélé.
J'avais entendu dire
Qu'il avait bien des titres:
Le Seigneur de la danse
Qui jouait bien du fifre.
Qu'il était un rocher,
Qu'il savait consoler
Qu'il pouvait être une étoile brûlante
ou un vent bien léger
Mais ses formes?
Peu m'en avait parlé.
Me prenant pa la main
La Vie ,me les a montrées:
IL est la terre, IL est le vent ,
IL est aussi l'enfant
Que personne n'entend
C'est LUi qui meurt de faim
C'est LUI qui est orphelin
IL est les affamés
IL est les violés
IL est les massacrés
IL est les refugiés
Et "Mon Dieu" me dit
JE SUIS LES TOUT PETITS
ER

_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 02/10/2009 12:40:08    Sujet du message: L'Athéisme est difficile. Répondre en citant

clind J aime bien ton " humble avis " Mr. Green
_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"
Revenir en haut
Madarion-2
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 09 Sep 2009
Messages: 688
Perpignan - France

MessagePosté le: 02/10/2009 12:44:08    Sujet du message: L'Athéisme est difficile. Répondre en citant

Citation:
En effet, les systèmes athées peuvent ne mettre en cause que le caractère transcendant du spirituel, et le conserver sous d'autres formes immanentes.


Voila, exactement !

L'athéisme n'est qu'une transcendance de la spiritualité.
D’ailleurs, est ce que les athées ne reproduisent pas matériellement le même schéma que de l'autre coté ?
_________________
_-==|==-_
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 03/10/2009 10:45:41    Sujet du message: L'Athéisme est difficile. Répondre en citant

23 mars 2009 LA PREMIÈRE TOMBE ATHÉE DE FRANCE
L'athée souhaite mourir sans regrets, en paix avec lui - même et avec les autres, avec le sentiment du devoir accompli, entouré des êtres qui lui sont chers, et en leur souhaitant bon courage pour continuer sans lui l'aventure humaine...

Les lois du 14 novembre 1881, du 15 novembre 1887 et du 29 decembre 1904 garantissent la laïcité dans les cimetières et le respect de la volonté du défunt quant à l’ornement de sa sépulture.

La première tombe athée de France se trouve au nouveau cimetière de Saint-Cyprien dans les Pyrénées - Orientales.
En parcourant les cimetières de France, on trouve sur les tombes, un certain nombre de symboles, d'abréviations et d'inscriptions funéraires, révélateurs des options philosophiques ou religieuses du défunt. Certains sites internet sont très bien documentés à ce sujet. Mais à ma connaissance il n'existait jusqu'à présent aucune tombe portant un signe ou une inscription indiquant sans ambiguïté que le défunt était athée.
On trouve bien des tombes avec des stèles ne portant pas d'autre indication que le nom du défunt suivi de sa date de naissance et de celle de son décès, pouvant laisser supposer que l'intéressé n'était pas croyant mais ne permettant pas d'affirmer qu'il était vraiment athée.
Étant athée, je veux finir ma vie en accord avec moi-même, et être enterré comme un athée qui a le courage de ses convictions. Afin d'être sûr qu'à ma mort les choses se passeraient telles que je les aurai voulues, j'ai fait construire ma tombe de mon vivant au cimetière de Saint-cyprien. La tombe est en granit du Tarn. Sur la stèle, au-dessous de mon nom Louis BALLESTER, j'ai fait gravé tout simplement, en lettres d'or sur fond noir, le mot: ATHÉE.
Elle se trouve au nouveau cimetière de Saint-Cyprien, carré L, lot 78. Maintenant, quoi qu'il puisse m'arriver demain, je peux mourir tranquille.
Le 20. 02. 2008 la ministre de l'Intérieur a adressé aux maires, une circulaire pour leur recommander d'aménager des carrés confessionnels dans leurs cimetières, c'est à dire "des espaces regroupant les défunts de même confession". Ce texte était très attendu, paraît - il, par les communautés juive et musulmane, parce que les carrés juifs sont pleins et qu'il n'existe pas beaucoup de carrés musulmans.
Étant athée et laïque, ayant cotoyé durant toute ma vie des chrétiens, des juifs et des musulmans je n'ai aucune raison de vouloir m'en séparer à ma mort. J'ai donc fait faire ma tombe au milieu des autres, sans chercher à savoir de quelle religion seraient ceux qui seront enterrés autour de moi.
Aux athées qui me liront je leur dis: "N'ayez plus peur. Le moment est venu pour les athées de sortir de leur réserve. Soyez vous-mêmes et soyez fiers d'être athées."
Louis BALLESTER
Fondateur de l'Association des Athées des Pyrénées-Orientales
http://associations.midiblogs.com
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 03/10/2009 11:11:51    Sujet du message: L'Athéisme est difficile. Répondre en citant


Un chrétien convaincu et un athée spirituel débattent de la foi



Le premier mise sur l’espérance, l’autre fait l’apologie de la volonté. André Comte-Sponville affirme : « Ma spiritualité est plutôt cosmique » quand Jean-Claude Guillebaud assure : « Le message évangélique est fracassant »

La Croix : Jean-Claude Guillebaud, vous vous qualifiez désormais de « chrétien ». Et vous, André Comte-Sponville, vous ébauchez une « spiritualité sans Dieu ». Vous partez d’un étonnement commun, qui est d’ordre mystique. Peut-on mettre vos expériences sur le même plan ?

André Comte-Sponville : J’ai le sentiment que la spiritualité – au sens le plus large de vie mystique – de Jean-Claude Guillebaud est fidèle à une partie de la tradition chrétienne, dans le sens où elle est essentiellement humaniste. Moi, je suis humaniste en matière de morale, mais pas du tout de spiritualité. Ce que j’appelle vie spirituelle, c’est la vie de l’esprit dans son rapport à l’infini, à l’éternité, à l’absolu. Mes expériences spirituelles ou mystiques se font plutôt sous une forme océanique : non pas la rencontre d’un « Tout Autre », mais l’immersion dans le « tout même », dans un rapport avec la nature et sans privilège absolu. En un sens, ma spiritualité est plutôt cosmique

Jean-Claude Guillebaud : Dans le livre d’André Comte-Sponville , il n’y a guère de paragraphe que je ne pourrais contresigner. Mais, à bien réfléchir, ce n’est pas sur le terrain de la mystique que je poserais la différence entre nous, car je ne suis pas encore mystique, je reste encore en lisière. Pour moi, le vrai désaccord, c’est l’espérance. Je ne peux pas concevoir une philosophie qui, tout en s’inscrivant dans la continuité du message évangélique, congédie l’espérance. Je dis cela sur le plan théologique, mais aussi anthropologique : je ne pense pas que la démocratie puisse fonctionner si elle est amputée de l’espérance, au sens de « goût de l’avenir » de Max Weber.

Si nous n’avons pas la conviction que nous sommes engagés dans la construction du monde de demain, la démocratie n’a plus de sens. Pour des raisons que je comprends, André Comte-Sponville congédie cette espérance : au fond, pourquoi se priver du bonheur d’aujourd’hui en reportant sur l’avenir une espérance qui peut-être ne viendra pas ? C’est dans sa bouche une critique de l’utopie politique et de ses déconvenues.

Mais, pour moi, il y a là presque un contresens philosophique. Quand je le lis sur ce point, j’ai l’impression qu’il voit l’espérance comme une soustraction qui enlève au bonheur présent quelque chose, pour le reporter sur le futur. Or, à mes yeux, l’espérance concerne l’avenir, mais se vit au présent. Une société qui espère n’est pas moins heureuse qu’une société qui n’espère pas.

André Comte-Sponville : C’est en effet un vrai désaccord, même si, de mon point de vue, il ne s’agit pas de renoncer à tout rapport à l’avenir. Il s’agit d’avoir un rapport à l’avenir qui soit le plus possible de volonté et le moins possible d’espérance. Ma philosophie n’est donc pas une condamnation de l’avenir, mais une apologie de la volonté. Sénèque, dans une de ses lettres, écrit : « Quand tu auras désappris à espérer, je t’apprendrai à vouloir. » Pour l’athée fidèle que je suis, le royaume est ici et maintenant. Ce n’est pas l’espérance qui sauve, c’est la connaissance, l’action et l’amour.

Vous racontez tous deux des expériences mystiques. Mais on a l’impression que vous vous retenez sur ce plan, peut-être par pudeur. Pouvez-vous en dire plus ?


André Comte-Sponville : Pas beaucoup plus, parce que ce sont des expériences rares pour moi. Je suis quelqu’un qui, depuis toujours, pense que l’essentiel est du côté de la mystique, plus que de la morale. Je n’ai aucun talent particulier pour cela, mais cela m’intéresse et me fascine. J’ai vécu quelquefois des expériences qui m’ont paru bouleversantes, sur lesquelles j’ai écrit trente ou quarante pages dans mon livre ; je ne peux guère aller plus loin.

Ce que je peux préciser, c’est qu’au cours de ces expériences d’éternité (pour reprendre un terme d’inspiration spinoziste) ou de « sentiment océanique » (comme aurait dit Freud), ce n’était certainement pas une rencontre de quelqu’un. J’ai senti quelque chose, mais pas quelqu’un. Ce n’est pas une expérience d’amour, rien à voir avec ce que l’on appelle Dieu.

Je ne suis pas quelqu’un qui fait semblant de ne pas être chrétien, de ne pas croire en Dieu alors qu’il aurait en secret des relations avec le Très-Haut. Je suis un athée non dogmatique mais convaincu, qui parfois a expérimenté ce que veut dire Spinoza quand il écrit : « Nous sentons et expérimentons que nous sommes éternels. » Ce n’était pas l’éternité de Dieu, mais celle de l’être, de la nature ou du présent.

Jean-Claude Guillebaud : Je vais être très prudent, je n’oserais pas me rengorger d’expériences que je n’aurais pas intimement, profondément vécues. Je suis sur le seuil… J’aborde petit à petit les choses. Cela passe, chez moi, par des quantités de choses assez périphériques, des rencontres fortes avec deux ou trois personnes. J’ai par exemple des liens d’amitié avec un moine bénédictin de l’abbaye de Maredsous, en Belgique ; avec lui, nous parlons assez peu, mais j’ai l’impression que, quand c’est le cas ou que j’assiste à la messe qu’il dit dans la crypte de l’abbaye, quelque chose se passe de l’ordre de l’indicible. Ce n’est rien, cela affleure tout juste.

Par ailleurs, je commence à comprendre ce que veut dire la prière, y compris au sens corporel. Prier, c’est aussi prendre une position corporelle. J’ai l’impression d’avancer sur ce territoire. Et puis, de manière plus concrète, presque triviale, j’éprouve depuis quatre ou cinq ans le besoin pressant, cinq ou six fois par an, de partir seul en montagne.

Je ne suis pas particulièrement sportif ni amateur d’exploits, mais j’éprouve ce besoin de planter ma tente à 2 600 m d’altitude, pendant deux ou trois nuits, tout seul. Dans mon esprit, tout cela est lié. D’autant qu’il m’arrive parfois – je vais toujours au même endroit – de croiser un pèlerin en marche vers Compostelle, avec qui je bavarde. Je ne peux guère en dire plus. Je suis, sur cette question, encore démuni, prudent, les mains vides avec seulement le sentiment qu’il se passe quelque chose.

Sur ce chemin, le chrétien et l’athée spirituel se reconnaissent-ils ?

André Comte-Sponville : Je me sens très proche de ce que Jean-Claude Guillebaud vient de dire. J’utilise d’ailleurs l’expression « pèlerinage dans l’immanence ». Il y a peut-être un mot qui, encore mieux qu’« éternité », dit l’essentiel pour moi, c’est le mot « silence ». Silence qui n’est pas privation de la parole, mais ce moment où l’on n’a plus besoin de mots. Ce goût pour la spiritualité, le silence, la solitude nous est commun. Et comme Jean-Claude Guillebaud ne met pas de discours religieux sur cette dimension-là, je me sens proche de ce qu’il dit.

Simplement, le silence m’intéresse davantage que la prière. Je ne suis pas sur le seuil au sens où bientôt des mots viendraient le remplir. La méditation, pour moi comme pour les maîtres zen, est plutôt attention pure, silencieuse et sans objet. Le silence, pour moi, n’attend pas d’être rempli par une parole. C’est toute la différence entre les spiritualités de l’immanence et celles de la transcendance. Si Dieu est verbe, logos, il faut bien que cela se retrouve quelque part. S’il n’y a pas de Dieu, le fin mot de tout est le silence.

Jean-Claude Guillebaud : Pour moi, et par rapport à André Comte-Sponville , le message évangélique change tout à mes yeux. Ce message est fracassant. Il est en rupture avec la pensée grecque. L’énormité du message me bouleverse. C’est la « folie de la croix ».

André Comte-Sponville : Pourquoi en effet Jean-Claude Guillebaud est-il chrétien et moi pas ? Parce qu’il croit à la résurrection et moi pas… La pierre de touche est là. Avoir du respect pour Jésus-Christ comme homme, c’est la moindre des choses. Même Nietzsche en a ! Mais être chrétien, ce n’est pas croire que Jésus-Christ a existé, ni l’admirer : c’est croire à la résurrection. Et ça, je n’y crois pas. C’est pourquoi je suis amené à relire Jésus assez modestement, comme aurait pu le faire un Grec rationaliste du Ier siècle. Jésus, pour moi, est un sage et un maître spirituel, pas un Dieu ni un Messie.

Dans vos livres, vous faites une forme de « coming out spirituel ». Est-ce représentatif d’une dynamique actuelle, d’une génération culturelle ?

André Comte-Sponville : Régis Debray ne parle plus que de religion, Benny Lévy en est devenu presque caricatural, BHL est fasciné par le précédent, Luc Ferry, tout agnostique qu’il soit, est de plus en plus fasciné par la tradition chrétienne… Même Michel Onfray, par son excès d’agressivité, montre bien que le sujet est revenu à l’ordre du jour. Quand j’étais étudiant, la question religieuse était supposée ringarde. Si l’on avait dit, à cette époque, que le plus grand rassemblement de jeunes à Paris avant la fin du siècle serait les JMJ autour de Jean-Paul II,personne ne l’aurait cru !

Et si on nous avait dit qu’un cinéaste aux Pays-Bas et un professeur de philosophie en France seraient menacés de mort parce qu’ils auraient osé s’en prendre à l’islam en général et au Prophète en particulier, on aurait cru à un cauchemar. Évidemment, je ne mets pas sur le même plan Redeker et les JMJ, mais il y a un retour du religieux qui explique, d’ailleurs, que les athées soient amenés à reprendre le flambeau. Michel Onfray avec son Traité d’athéologie, Elie Barnavi avec son essai Les religions meurtrières, ou moi. Nos livres ont en commun de considérer que le retour du religieux est tel qu’il faut que les athées se réveillent et s’expliquent.

Jean-Claude Guillebaud : Attention à l’expression « retour du religieux ». Il y a un retour crispé du religieux comme identité. Un « retour panique », que l’on constate aujourd’hui dans le christianisme, l’islam, partout. Ce retour du religieux crispé, identitaire est la chose la plus terrifiante qui puisse exister à mes yeux. Mais l’expression recouvre aussi la reconnaissance de la spiritualité comme dimension fondamentale de l’être humain. Il y a trente ans, la question religieuse était considérée comme une vieillerie, qui serait renvoyée dans les poubelles de l’histoire par la progression du savoir. Désormais, tout le monde se rend compte que le religieux n’est pas derrière mais devant nous. Nous n’en avons donc pas fini avec les questions spirituelles et, depuis le 11 septembre 2001, avec la question du mal.

André Comte-Sponville : On a cessé de croire que Marx et Freud changeaient tout. La vie spirituelle fait partie de la condition humaine. La question métaphysique reste parfaitement ouverte. Le paradoxe est que, dans les années 1960, aucun intellectuel un peu à la mode ou un peu lu ne parlait de Dieu : Emmanuel Levinas n’était pas aussi lu qu’aujourd’hui, ni Vladimir Jankélévitch ou Paul Ricœur. On pardonnait à Maurice Clavel, et encore ! Aujourd’hui, Dieu est redevenu un sujet à la mode intellectuelle.

Dans ce retour, quel est le statut des institutions religieuses ?

André Comte-Sponville : L’Église catholique est extrêmement fragilisée, mais son clergé me paraît globalement très estimable. J’ai de l’estime, de la sympathie pour la plupart des prêtres queje rencontre. Après, c’est vrai, tout dépend des gens que l’on a croisés. Michel Onfray, dans son livre, raconte ses quatre années passées dans un orphelinat tenu par des religieux incultes, violents, d’une propreté douteuse et, pour certains, pédophiles. On comprend qu’il en soit ressorti anticlérical.

Pour moi, qui n’ai fréquenté que l’école publique, c’est plutôt l’inverse. Je n’ai rencontré que deux adultes d’exception, avant mon prof de philo : les deux aumôniers de mon lycée. C’est peut-être parce que j’ai découvert l’Église par des prêtres qui étaient d’abord des êtres humains d’exception que je n’ai pas été porté à être anticlérical.

Depuis, l’Église a été tellement attaquée, critiquée que, sincèrement, j’ai envie de la défendre plutôt que de rajouter des attaques aux attaques. Cela ne veut pas dire que j’ai toujours été d’accord avec Jean-Paul II ou Benoît XVI, tant s’en faut : je trouve que l’Église, à son sommet, a du mal à épouser la modernité et que c’est dommage. Comment peut-elle se réconcilier avec l’époque ? On dira que c’est peut-être l’époque qui est mauvaise… Soit. Mais alors, comment lutter contre la décadence – pour reprendre ce mot que j’ai mis vingt ans à m’autoriser – sans faire le jeu de la réaction ? Là est la vraie question.

Jean-Claude Guillebaud : Sur cette question des institutions, je suis assez surpris d’entendre André Comte-Sponville raconter une expérience proche de la mienne. L’histoire de l’Église est paradoxale. Il a fallu pendant deux mille ans des dissidents, des rebelles pour porter le message quelquefois contre l’institution, mais il a fallu en même temps que l’institution soit là pour assurer la continuité. Nous avons besoin des deux : de l’institution, et de l’énergie suffisante pour la contester, la critiquer, éviter qu’elle ne se sclérose.

Faire de l’anticléricalisme aujourd’hui, comme si l’Église était un danger, me paraît aussi bête que l’antisémitisme sans juifs en Pologne aujourd’hui. Je pense que nous avons des raisons de fond, et pas seulement de sympathie, de défendre l’institution. C’est comme cela que j’ai envie de parler de l’Église. Avec une grande tendresse, agacée souvent, rebelle, mais une tendresse quand même.

Que diriez-vous aux jeunes générations de croyants qui expriment plutôt un besoin d’orthodoxie et de rigueur ?


Jean-Claude Guillebaud : Ne refaites pas les mêmes bêtises qu’au XIXe siècle, ne nous refaites pas le coup du « Syllabus » ! Par réaction contre l’agressivité antichrétienne, anticléricale, laïcarde, ne basculez pas dans un dogmatisme fermé, dans une revendication identitaire. Au cours de mes déplacements, c’est vrai, je rencontre souvent des jeunes prêtres, des jeunes pasteurs, des jeunes rabbins qui me font froid dans le dos.

André Comte-Sponville : Je leur dirais que la liberté d’esprit est le bien le plus précieux. Elle a besoin d’institutions, de savoirs, mais aucune institution, aucun savoir n’en tient lieu. Quand on finit par aimer davantage son Église que la vérité, il y a toujours un danger. C’est une formule de Lequier qui a été oubliée : « Quand on croit détenir la vérité, il faut savoir qu’on le croit, et non pas croire qu’on le sait. » Un dogmatique, c’est quelqu’un qui croit savoir. Un esprit libre, c’est quelqu’un qui sait qu’il croit. On n’a pas le droit d’imposer sa croyance. Donc, pour moi, la tolérance est indissociable et de la vraie foi et de l’athéisme véritable. »

Recueilli par Jean-Marie GUENOIS et Robert MIGLIORIN http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2304156&rubId=4078
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Weiki
Esotérisme -Esoterism

Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2009
Messages: 94
Avignon

MessagePosté le: 07/10/2009 10:15:05    Sujet du message: L'Athéisme est difficile. Répondre en citant

Madarion-2 a écrit:
Citation:
des croyances différentes au nom de la survie ? Au lieu de s'entraider, car on vit tous dans le même monde, on se fait des guerres

je t'addore, enfin j'ai une personne avec laqu'elle je peut discuter de certainnes idées.
pouce



Tout d'abords, milles excuses pour ne pas etre revenue plus tot Embarrassed

Aucun soucis Mandarion, j'aurais beaucoup de plaisir à discuter avec toi aussi danse


Corwn, ne dis pas que tu es du coté obscure voyons Laughing Tu sais, pour certaines personnes, les athées sont confondus avec les satanistes, pfffff, du grand n'importe quoi en somme furie

Teiwas, je ne comprend pas une chose, tu parles de sentiments de solitude pour les athés, que veux tu dire par là ?
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 07/10/2009 12:37:55    Sujet du message: L'Athéisme est difficile. Répondre en citant

Weiki, pour moi, et je dis bien pour moi, l'athéisme réel dénie toute spiritualité...attention je ne dis pas sentimentalité.
Spriritualité vient de l'esprit, et si je suis athée je ne peut pas croire à l'esprit.Si j'y crois , je dois admettre qu'il y a des esprits supérieurs et inférieurs.
Sentimentalité viens des sens, sentir, ressentir etc...

L'athéisme, c'est de croire au néant , c'est à dire être sorti de rien et de retourner à rien = totale solitude.

Tu as raison l'athéisme ne peut pas être comparé au satanisma car les démons sont des esprits et un athée n'y croit pas Laughing


Les scientifiques athées nous parlent des lois " d'heureux accidents ",et c'est une chose que je ne comprends pas. Je ne comprends pas du tout la logique d'un athée qui va me dire qu'il ne peut pas comprendre que l'univers puisse avoir été créé par un esprit, ou une force ou une entité (peut importe le nom donné) , mais qu'il est plus intelligent de croire qu'avant l'univers il n'y avait rien et que tout d'un coup il y a eu une explosion et tout c'est mis en route, dans un équilibre parfait, et que des petites bactéries tombées du ciel ,ayant survécu des températures d'enfer Laughing ont créé la vie sur la planète et que tout est du à l'évolution.
Scientifiquement il est prouvé, qu'il y a des animaux, des insectes, des plantes, qui ne peuvent pas être nés de l'évolution, car certains éléments qui les composent doivent existés en même clind
N'est-ce pas curieux que seule au milieu de la voie lactée, la Terre abrite la vie humaine, étant ni trop chaude, ni trop froide, ni trop dure, ni trop douce, juste bien clind
Si l'Univers n'était pas tel qu'il est,nous n'existerions pas Exclamation

Un peu de faits scientifiques:
Citation:
Le soleil rayonne une énergie de 3.9 x 1026 Watts depuis des milliards d'années.

La réaction de fusion thermonucléaire dans le soleil est un processus progressif dans lequel l'Hydrogène est brûlé pour donner de l'Hélium:

1 - La réaction commence par la collision de 2 protons pour former un deutéron [ 1H + 1H ] donne [ 2H ] avec la création simultanée d'un positron (e +) et d'un neutrino (v) :

[ 1H + 1H ] donne [ 2H + e+ + v ].

2 - Le positron rencontre très vite un électron libre (e-) et les particules s'annulent, l'énergie de leur masse se manifestant sous la forme de 2 photons gamma (g) :

[ e+ + e- ] donne [ g + g ].

3 - Dès que le deutéron a été produit, il collisionne un autre proton pour former un noyau Hélium 3He et un photon gamma (g) :

[ 2H + 1H ] donne [ 3He + g ].4 - Deux de ces noyaux 3H peuvent se rencontrer :

[ 3He + 3He ] donne [ 4He + 1H + 1H ].

5 - A la fin cela conduit à la combinaison de quatre photons et de deux électrons pour former une particule alpha (a) [a , 4He ], deux neutrinos et six photons. L'équation finale :

[4 1H + 2 e- ] donne [ 4He + 2 v + 6 g ].

L'énergie libérée est colossale [ Variation Energie = Variation mc2 = 4 [ 4 x (1.007825u) - 4 x 002603u ] x (931 Mev / u) = 26.7 Mev
où 1.007825 u est la masse d'un atome d'hydrogène et 4 .002603 u celle d'un atome Hélium. Les neutrinos et les photons n'ont pas de masse et n'interviennent pas dans le calcul d'énergie produite.
La fusion de l'Hydrogène sur le soleil dure depuis environ 5 milliards d'années et les calculs les plus récents indiquent qu'il y a encore assez d'hydrogène pour que cela dure pour une durée équivalente !
.

N'est-ce pas un fait extraordinaire que la force nucléaire engendrée par le soleil soit responsable de la clarté et donc de la vie sur la Terre Question C'est un heureux accident Question puzzled


Ce Big Bang, cette explosion gigantesque comment a t'elle été créée? Il est nécessaire d'avoir un élément ou plusieurs qui sont explosifs. La détonation, c'est une onde de pression qui comprime violemment la substance explosive....
D'où sortaient les éléments explosifs ? comment c'est produit cette onde de pression?
On parle maintenant d'explosion d'un trou noir puzzled .Un trou dans quoi? Comment peut-on faire exploser une chose qui n'existe pas?

Que l'explosion soit appelée Big Bang ou Dieu ou Mystérieux néant, le fait est que rien ne peut être prouvé, et qu'il est donc auss logique ou illogique de croire à ce que l'on ressent. kiss
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Raphaël
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 396
Centre

MessagePosté le: 27/10/2009 22:15:06    Sujet du message: L'Athéisme est difficile. Répondre en citant

Bonjour à tous

Merci pour tes interventions Weiki ; je n'ai pas encore tout lu, mais j'apprécie ce que j'ai déjà lu.



Je crois que si le discours n'est pas plus ordonné, nous n'avancerons pas.

A mon sens, il faut distinguer les concepts, et les idées.

Éviter les amalgames...





Weiki a écrit:

Bonjour tout le monde, je souhaiterais intervenir étant athée.

Il existe plusieurs sortes d'athéisme, mais la principale est celle de la non croyance en un Dieu. Je respecte totalement les gens qui croient, si ils ont leur équilibre dedans, ou est le soucis ? Maintenant je ne suis pas croyante? Cela ne m'empêche pas d'avoir une moralité évidemment. Ce que je fais, je le fais pour les autres, et aussi pour moi, ça peut vous sembler égoiste je pense, mais je me dis que si j'ai pu aider une personne, si je lui ai apporté quelque chose, cela me réconforte et me dit que mon passage dans la vie de certains n'a pas été vain.

On apprend beaucoup en apprenant par soi, en réfléchissant sans avoir à suivre certaines règles imposées par les religions. Certains tournent mal, d'autre bien. Le tout est de savoir ce que l'on veut dans la vie.

Je voudrais répondre à ces question :

Citation:




"celui qui n'a pas de dieu" peut il accéder à la spiritualité ?



Je répondrais que oui, le tout est de trouver en sois même les réponses aux questions que l'on se pose. Mais au fond qu'est ce que la spiritualité, c'est vaste quand même.


Tout à fait d'accord ;

il y a un premier
AMALGAME DE CONCEPTS : athéisme / spiritualité. Dieu et l'Esprit (Theos, voire Zeus / Spiritus) sont deux entités conceptuelles différentes.



Citation:


"celui qui n'a pas de dieu" est-il forcément dans l'inconscience du Mal ?


Qu'est ce que le bien ? Qu'est ce que le mal ? Quelque chose qui parrait mal à certains n'est il pas bien pour d'autres ? Tout est relatif. Le mal selon moi est une nuisance faite à autrui, la cruauté, la méchanceté .......... Certaines personnes trouvent du plaisir à faire souffrir, ce que je trouve immonde, je ne supporte pas ce genre de personne de toute manière. Mais ou est le bien, ou est le mal ?


Bonne question !

Deuxième
AMALGAME DE CONCEPTS : athéisme / morale. Même si la croyance en un Dieu qui dicte des lois est le fondement de la société et de la morale, ce sont deux entités conceptuelles distinctes. L'Histoire nous montre de nombreux et désastreux exemples d'un tel amalgame. Combien de morts au nom des doctrines, quelles qu'elles soient ?




Citation:


"celui qui n'a pas de dieu" ne peut-il pas, dans certains cas, être animiste ?


Qui sait vraiment si nous avons une ame, pourquoi se poser ce genre de question. Pourquoi ne pas penser que nous ne sommes que de passage, est ce si réconfortant de se dire qu'il y aura un après ?


Attention, Weiki, l'animisme n'est pas simplement la croyance en l'existence de l'âme ; malheureusement, on a "fourré" sous ce terme tout un tas d'autres croyances, notamment d'origines ethniques.

En tout cas, c'est un troisième
AMALGAME DE CONCEPTS : Theos / Animus...


Citation:


L'athée serait "l'adulte non assagi"


Peut etre bien Laughing
Plus sérieusement, je me sens un peu comme un animal sauvage, ni Dieu, ni maitre, libre de penser ce en quoi je crois. Nous sommes dotés d'une "intellignece" qui nous permet de réfléchir, de penser par nous même, d'agir comme nous le souhaitons, sans limites, mais bien évidemment, il faut le faire en respectant chaque personne, quelque soit ses croyances. Ne pas mettre d'entraves ou de conditions permet de se sentir plus épanouie, plus libre, de mieux réfléchir, sans avoir à se poser de questions, vivre pour soi, avec ses idées.

C'est vraiment très difficile d'intervenir dans un tel sujet, mais j'espère vous avoir apporté quelque chose de constructif


Cela restera difficile (et peu attractif de surcroît), si l'on continue à tout mixer. Impossible de faire progresser l'échange si on ne peut se centrer sur une question précise.

Quatrième amalgame : Dieu / Sagesse




J'aime bien ce que dit Hubert Reeves de la question. Pour moi, c'est un exemple de sagesse...



Citation:
Que signifie être croyant ? Croyant en quoi ? Je ne suis pas athée, parce que l'athée sait. Je pense qu'il y a quelque chose au-delà de la réalité, Mais quelle est cette chose ? Et a-t-elle un projet ? Je me sens proche de Job qui interpelle Dieu au sujet de la misère et de l'horreur du monde. Dieu lui répond: "Tais-toi, regarde mes œuvres et tremble." De la même manière, quand je suis dans une salle de concert, je me sens en contact avec quelque chose qui est au-delà de ce que l'on voit, de ce que l'on connaît. D'une réalité qui est un au-delà.




_________________
"Seul est grand celui qui transforme la voix du vent en un chant que son propre amour aura rendu plus doux." [Khalil Gibran]
Revenir en haut
Raphaël
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 396
Centre

MessagePosté le: 27/10/2009 22:35:47    Sujet du message: L'Athéisme est difficile. Répondre en citant

CORWIN a écrit:
je ne veux pas polémiquer n'y mettre en cause personne, mais lorsque je lis

"Est-il difficile de vivre sans dieu?
Bien entendu! c'est pourquoi...."

"L'athéisme c'est ne pas avoir conscience du mal"

par exemple

C'est ce que j'appelle des affirmations péremptoires, des phrases fermées.


Je suis d'accord avec toi Corwin, et ça m'agace d'autant plus que ces phrases sont balancées sans préambule, ni argumentation.



Je ne suis pas d'accord avec toi Teiwas, même si tu prends plus de pincettes :

Teiwas a écrit:
l'athéisme réel dénie toute spiritualité...

je ne crois pas

attention je ne dis pas sentimentalité.
Spriritualité vient de l'esprit, et si je suis athée je ne peut pas croire à l'esprit.Si j'y crois , je dois admettre qu'il y a des esprits supérieurs et inférieurs.

amalgame Dieu / Esprit

Sentimentalité viens des sens, sentir, ressentir etc...

ne pas confondre avec sensibilité

L'athéisme, c'est de croire au néant , c'est à dire être sorti de rien et de retourner à rien = totale solitude.

non, l'athéisme n'est pas "de croire au néant"

Tu as raison l'athéisme ne peut pas être comparé au satanisma car les démons sont des esprits et un athée n'y croit pas Laughing

je pense qu'il faut bien définir le mot "esprit" pour savoir de quoi on parle.

il me semble que le "Daïmôn" n'a rien à voir ni avec l'Esprit, ni avec Dieu.



« Daïmôn » est un mot grec dont nous avons fait « démon », mot qui connote un seul aspect du « monde daïmonique » : un aspect d'ombre et de tentation. Cette réduction représente un appauvrissement considérable des expériences humaines que recouvre le terme grec.Toute culture a sa daïmonologie, c'est-à-dire une théorie et une expérience de puissances supra ou infrapsychiques (esprits, anges, archontes, archanges, génies, démons, démiurges, fravartis, djinns, chérubins, éons, fées...) dont l'apparition peut signifier pour l'être humain une rencontre avec son propre destin : salut, tentation, chute, oracle, conseil, guide, initiation, perte, présage... Ce polymorphisme ne signifie pas pour autant un illogisme. Au contraire, une phénoménologie de ces expériences montre qu'il s'agit d'une dimension humaine essentielle. Que les irruptions du daïmonique dans le monde humain se réalisent spontanément ou par une technique métapsychique ; il semble que ces puissances (H. Corbin parle d'« énergies ») se manifestent toujours comme des entités psychiques plus ou moins autonomes. Elles s'accompagnent de tout un ensemble caractéristique de visions, de voix, de traces sémantiques telles que blessures, brûlures, hématomes (ou au contraire d'une insensibilisation comme dans les marches sur le feu), de prémonitions, d'anamnèses, de sorties du corps, de lévitations, etc.[...]"





_________________
"Seul est grand celui qui transforme la voix du vent en un chant que son propre amour aura rendu plus doux." [Khalil Gibran]
Revenir en haut
Madarion-2
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 09 Sep 2009
Messages: 688
Perpignan - France

MessagePosté le: 28/10/2009 01:26:11    Sujet du message: L'Athéisme est difficile. Répondre en citant

Citation:
Qu'est ce que le bien ? Qu'est ce que le mal ? Quelque chose qui parrait mal à certains n'est il pas bien pour d'autres ? Tout est relatif. Le mal selon moi est une nuisance faite à autrui, la cruauté, la méchanceté .......... Certaines personnes trouvent du plaisir à faire souffrir, ce que je trouve immonde, je ne supporte pas ce genre de personne de toute manière. Mais ou est le bien, ou est le mal ?


C'est relatif !

Par définition, l'observateur est toujours de signe positif.
A partir de là, tout ce qui va a l'encontre de l'observateur est perçus négativement par lui.

---

Certes, il y a plusieurs almagames dans cette discution.

Citation:
Sentimentalité viens des sens, sentir, ressentir etc...

ne pas confondre avec sensibilité


Il ne fau pas les confondre mais l'un est pourtant l'opposé de l'autre :
    La sensibilité est en relation avec le Yang qui est en nous.
    Le sentiment est en relation avec le Yin qui est en nous.


Citation:
amalgame Dieu / Esprit


Ce n'est pas tout à fait un amalgame

Dissont que le savoir catholique dit que :

    Dieu nous parlent par l'esprit
    l'esprit étant le connecteur entre le père et le fils
    C'est le troisième élément dans la Trinité.


---

L'esprit c'est le cerveau, ou plutot la relation entre le cerveau et le corps (ou l'au delas).

Citation:
Citation:
"celui qui n'a pas de dieu" peut il accéder à la spiritualité ?

Je répondrais que oui, le tout est de trouver en sois même les réponses aux questions que l'on se pose. Mais au fond qu'est ce que la spiritualité, c'est vaste quand même.


Tous les ètre humains utilisent tout les jours la spiritualité
Mais à plusieur niveaux.

Le niveau le plus bas est la spirtiualité dans notre corps
puis avec un amis
puis dans une famille
puis dans un village
puis ...

Jsuqu'a atteindre un dialogue entre nous et Dieu.
toujours par la spiritualité bien attendus.

Citation:
Je ne comprends pas du tout la logique d'un athée qui va me dire qu'il ne peut pas comprendre que l'univers puisse avoir été créé par un esprit, ou une force ou une entité


Ce n'est pas ce qui est écrit dans la Bibble.

Quand ont lis la Bibble scrupuleusement il n'est pas question de la création du monde.
Mais plutot de la création de notre monde.

Citation:
Scientifiquement il est prouvé, qu'il y a des animaux, des insectes, des plantes, qui ne peuvent pas être nés de l'évolution, car certains éléments qui les composent doivent existés en même


Il fau distinguer deux existences :
la vie qui est né sur Terre, et là vie qui à était amené sur Terre.
L'un est chez lui mais l'autre est invité.

Citation:
N'est-ce pas un fait extraordinaire que la force nucléaire engendrée par le soleil soit responsable de la clarté et donc de la vie sur la Terre C'est un heureux accident


Notre soleil est de couleur jaune (classe C)
Pour que la vie éclose il fau une couleur blanche, c'est a dire un soleil de classe A.
Pour équilibrer le spectre notre atmosphère offre un filtre bleu aux rayons solaires.
(bleu+jaune=gris / gris+lumière=blanc)

Il y a là deux constats :

1) Notre système solaire n'est pas prévus pour faire éclore la vie.
2) La Terre à était adapté pour faire éclore la vie.
_________________
_-==|==-_
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 08/12/2016 02:07:13    Sujet du message: L'Athéisme est difficile.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Au-delà de l'Essence - further that our Essence -> Philosophie-philosophy -> Archives 2007-2009 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
Page 4 sur 5

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com