Forum sans frontières-without boundary Index du Forum

Forum sans frontières-without boundary


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Notice board-Panneau d'affichage 
Invité
Notre forum a une autre adresse http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php où nous vous attendons
Ce site n'est maintenant que les ARCHIVES de " Connaître le Monde Forum sans frontières "

Our forum has a new address http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php where we are waiting for you
This site is only the archives of " Connaître le Monde Forum sans frontières "
L'Etoile de David
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Esotérisme/Esoterism.Groupe/group -> Archives 2007-2009
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Albedo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 07/08/2008 23:22:46    Sujet du message: L'Etoile de David Répondre en citant

Raphaël a écrit:
Albedo a écrit:
savais tu que je t'aime toi? clind
( j'aime aussi ta facon de présenter les choses. j'y réfléchis et je revien la dessus )

l'ether par contre est un élément don bien des effets restent mystérieux... les végétaux en sont dotés donc le bois ainsi que les minéraux donc les métaux.

l'ether pour les chinois c'est le chi.

Albedo


houla houla...
les deux notions ne sont pas tout à fait similaires, tout de même...

peut-tu élaborer sur les différences svp?

Albedo
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 07/08/2008 23:22:46    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Raphaël
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 396
Centre

MessagePosté le: 08/08/2008 07:01:37    Sujet du message: L'Etoile de David Répondre en citant

Dans ma compréhension des choses, l'Ether est un élément, le Chi une énergie ; je pense que l'on peut dessiner des liens forts entre les deux notions, mais pas les assimiler.

Bien à toi




Articles de Wikipédia...
 
Citation:
L'éther dans l'Antiquité [modifier]
À l'origine, Éther est un dieu primordial de la mythologie grecque, personnifiant les parties supérieures du ciel, ainsi que sa brillance (cela nous est resté au travers de la langue poétique classique, où l'on parle d'éther pour un ciel pur).
Se fondant sur le principe dictant que la Nature a horreur du vide, Aristote emploie le terme d'éther pour désigner un supposé cinquième élément, composant la sphère céleste, par opposition aux quatre éléments terrestres classiques (eau, feu, air, terre).
Cette vision ambiguë de l'éther comme « matière incarnant le vide » connut un succès qui s'étendit bien au-delà de l'Antiquité. On en discute encore au XVIIIe siècle en dépassant largement le cadre de l'optique et l'électromagnétisme sous des formes plus ou moins adaptées : les métaphysiciens notamment s'en emparèrent, mais aussi les alchimistes et les magiciens.

L'éther gravitationnel en physique pré-relativiste [modifier]
René Descartes élabora une mécanique des tourbillons pour expliquer que le mouvement des planètes est dû à de grands tourbillons d'éther (matière subtile composée de minuscules globules transparents) remplissant l'espace et qui les emportent et les maintiennent sur leurs trajectoires. Cette physique qualitative était propre à justifier le mouvement des planètes de manière mécaniste, en réfutant l'existence du vide. Ce même éther était supposé transmettre instantanément la lumière sous la forme d'une pression.[1]
Après avoir réfuté la théorie des tourbillons de Descartes (vers 1680)[2], Isaac Newton élabore sa théorie de la gravitation universelle où la force gravitationnelle se transmet instantanément d'un corps à l'autre, sur des distances quelconques et à travers l'espace, vide ou non.
Newton, bien que satisfait de l'efficacité de sa théorie, ne se satisfaisait de cette situation où une force se transmet à travers le vide. Dans une lettre de Newton à Richard Bentley en 1692 : « Que la gravité soit innée, inhérente et essentielle à la matière, en sorte qu'un corps puisse agir sur un autre à distance au travers du vide, sans médiation d'autre chose, par quoi et à travers quoi leur action et force puissent être communiquées de l'un à l'autre est pour moi une absurdité dont je crois qu'aucun homme, ayant la faculté de raisonner de façon compétente dans les matières philosophiques, puisse jamais se rendre coupable »[3]
Ainsi, dans le Scholium général du livre III des Principia, conçoit-il un « espèce d'esprit très subtil qui pénètre à travers tous les corps solides », ajoutant que « c'est par la force, et l'action de cet esprit que les particules des corps s'attirent mutuellement » : un éther mécanique, emplissant l'espace et justifiant la transmission de la force gravitationnelle.
Cet éther est médiateur de la force gravitationnelle mais n'y est pas soumis, et semble soustrait aux caractéristiques et principes physiques énoncés dans les Principa. Newton soutenait ce point de vue à partir de considérations théologiques, disant que l'espace est le sensorium Dei, sorte d'organe sensoriel de Dieu qui Lui permet de transmettre les influences d'un corps à l'autre[4]. Cet éther est toujours resté une hypothèse passive, n'intervenant pas dans les calculs, ayant le statut d'hypothèse rassurante quant à la cohérence de cette théorie. De plus, pour Newton, cet éther se semble pas identifiable à l'éther luminifère, mais la confusion fût souvent faite par ses successeurs.[5]

L'éther luminifère en physique pré-relativiste [modifier]
Pendant très longtemps, les physiciens, dont Christian Huygens, ont supposé que, comme le son dans l'air ou les ondes à la surface d'un milieu liquide, la lumière se propageait dans un fluide : l'éther. L'éther était censé remplir le vide de l'univers, puisque la lumière des étoiles nous parvient. Il n'était pas nécessaire dans la théorie corpusculaire de la lumière de Newton, mais celle-ci fut définitivement réfutée par Fresnel.
Partisan de la théorie vibratoire de la lumière, Thomas Young adopta ce point de vue, et Lord Kelvin (William Thomson) étendit les propriétés à la transmission des phénomènes électriques et magnétiques. Cette idée fut reprise en 1861 par James Clerk Maxwell lors de sa théorie qui synthétise électricité et ondes magnétiques, l'électromagnétisme.
L'interprétation de Fresnel de la célérité c/n dans un milieu matériel va dans ce sens: l'onde plane incidente trouble le milieu qui ré-émet à son tour, etc.
L'éther est donc nécessaire comme « substance » support de l'ondulation, car l'ondulation du vide n'est pas encore envisagée à l'époque !
Mais ce fluide avait des propriétés étranges : il aurait dû être d'une rigidité quasi infinie pour nous transmettre la lumière d'étoiles situées à plusieurs années-lumière, tout en offrant une résistance nulle au déplacement des objets matériels (puisque la Terre tourne autour du Soleil sans en être ralentie). On fera en fin de compte l'économie d'un concept qui, en apparence, n'apportait pas grand-chose (voir rasoir d'Occam).
Pour Fresnel, l'éther est immobile dans le vide de l'espace absolu : l'aberration de Bradley s'explique ainsi très aisément. Pour le vent d'Arago, sa théorie élimine le vent d'éther, après un calcul somptueux (« tour de force »), appelé « Entraînement partiel de l'éther [le fameux facteur (1-1/n^2)] par la matière en mouvement. »
Pour Stokes, l'éther est immobile par rapport à la matière, donc à la Terre (donc, comme pour Fresnel, pas de vent d'Arago). Le problème du vent est rapporté au monde loin de la Terre : en prenant un fluide sans rotationnel, le mouvement de la Terre dans ce fluide est estompé : c'est le classique problème d'hydrodynamique qu'a précisément traité Stokes : à la limite des très faibles viscosités, on ne voit rien et l'aberration stellaire s'explique donc ainsi parfaitement.
1850 : expérience de Hippolyte Fizeau : de l'eau en mouvement de vitesse v sur un bras de l'interféromètre et -v sur l'autre bras. Confirmation très claire de la théorie de l'éther de Fresnel, avec toutefois un petit problème subtil à résoudre pour la dispersion n(λ).
1855-1865 : célèbres travaux de James Clerk Maxwell : équations de Maxwell, re-rédigées par Hertz plus tard, écartant les théories de Weber, de Bernhard Riemann et de Ludvig Lorenz (pas Hendrik Lorentz, attention). Mise en chantier de la théorie d'Helmholtz, qu'Hertz doit « démontrer expérimentalement », mais Hertz réplique : « Maxwell suffit ! »
1881 : Expérience de Michelson (1852-1931, Nobel 1907), reprise en 1887.
1886 : Michelson refait l'expérience de Fizeau, et confirme de manière cette fois irréfutable la théorie de l'éther de Fresnel.
1887 : Michelson reprend avec Edward Morley sa célèbre expérience de Michelson-Morley : confirmation éclatante de la théorie de l'éther de Stokes.
L'idée que la lumière devait avoir une vitesse fixe par rapport à son milieu porteur, l'éther, a amené Michelson à tenter de mesurer la vitesse de la terre par rapport à l'éther, imaginé comme le repère absolu.
  • Une première expérience tentée en 1881 ne put mesurer de déplacement de la terre par rapport à l'éther.
  • Une seconde, à laquelle s'associa Edward Morley en 1887 avec un appareillage beaucoup plus précis, fut également négative (voir Expérience de Michelson-Morley).

Michelson posa alors solennellement à la communauté scientifique le « paradoxe des deux éthers » : en aucun cas il n'était encore question de propagation dans un milieu absolument vide. Bien au contraire, on va même chercher à analyser les propriétés de cet éther universel. Par exemple, après la découverte des gaz rares par William Ramsay, Mendeleïev ira jusqu'à effectuer des recherches sur les propriétés chimiques de l'éther.

L'éther s'efface devant la théorie de la Relativité Restreinte [modifier]
Il fut démontré que l'éther n'existait pas, en même temps que la constance de la vitesse de la lumière.
En effet, si l'éther existait :
  • Ou bien il serait indépendant de la matière et, dans ce cas, il constituerait un référentiel fixe, absolu : la relativité serait inutile et l'on devrait observer une variation de la vitesse de la lumière selon la direction (en raison de notre propre déplacement dans l'espace, par rapport à l'éther) ;
  • Ou bien il serait au moins partiellement dépendant de la matière (de sorte que la matière entraînerait l'éther dans son mouvement) et, on devrait là encore observer des phénomènes optiques (comparables à ceux qu'on observe dans une eau tourbillonante), phénomènes en fait absents.

Parmi les physiciens qui tentèrent d'expliquer cette apparente vitesse absolue de la lumière (même si le référentiel est lui-même en mouvement par rapport à l'éther), Hendrik Lorentz imagina un ensemble d'équations pour prouver que cela était dû à une contraction des longueurs dans le sens du mouvement. Celles-ci furent retravaillées par Henri Poincaré dans une optique voisine de celle de Lorentz, puis reconsidérées par Albert Einstein dans le cadre d'un modèle où l'éther était cette fois absent, et aboutirent en 1905 à la théorie de la relativité restreinte.
Poincaré disait: ”Peu nous importe que l'éther existe réellement, c'est l'affaire des métaphysiciens ; l'essentiel pour nous c'est que tout se passe comme s'il existait et que cette hypothèse est commode pour l'explication des phénomènes. Après tout, avons-nous d'autre raison de croire à l'existence des objets matériels. Ce n'est là aussi qu'une hypothèse commode ; seulement elle ne cessera jamais de l'être, tandis qu'un jour viendra sans doute où l'éther sera rejeté comme inutile.”[6]
Cette dernière phrase fut prophétique: dans la théorie de la relativité restreinte, suivant le sens physique que lui donna initialement Einstein, l'éther est un postulat inutile et même encombrant; par conséquent, cette hypothèse fut définitivement abandonnée.

L'éther après 1905 [modifier]
Le temps de réception de la Relativité Restreinte fut long : surtout les conséquences aussi « absurdes » que le paradoxe des jumeaux de Langevin, la dilatation du temps, la contraction des longueurs, la précession de Thomas, tout ce qui contre-carrait la notion de temps absolu, faisaient obstacle. Dans les années 1920, Gamow fut écœuré de voir que les plus grands physiciens soviétiques croyaient encore à l'éther.
Bref, il y eut réticence. Et des dizaines de contradicteurs d'Einstein encombrent encore la littérature scientifique, alors que des dizaines d'accélérateurs ont délimité la précision de la Relativité Restreinte, au-delà des étalons primaires.
Et surtout, la Relativité Générale en déformant la « texture de l'espace » en une géométrie riemannienne, a fait disparaître définitivement l'éther du XIXe siècle.
Néanmoins, le développement de la Relativité Générale conduira Einstein a revenir de façon radicale sur ses conceptions de 1905, ainsi qu’il l’explique dans la célèbre conférence qu’il prononça à l’Université de Leyde le 5 mai 1920. Le texte de celle-ci, intitulée « L’éther et la théorie de la Relativité Générale, » a été traduit en français par Maurice Solovine, publié par les Editions Gauthier-Villars en 1921, puis réédité en 1964. Einstein y indique notamment :
« La théorie du champ électromagnétique de Maxwell - Lorentz a servi de modèle à la théorie d'espace-temps et à la cinématique de la théorie de la relativité restreinte. Cette théorie satisfait par conséquent aux conditions de la théorie de la relativité restreinte, mais elle reçoit, quand on l'envisage au point de vue de la dernière, un aspect nouveau. Soit K un système de coordonnées, par rapport auquel l'éther de Lorentz se trouve au repos. Les équations de Maxwell - Lorentz restent tout d'abord valables par rapport à K. Mais, d'après la théorie de la relativité restreinte les mêmes équations restent valables dans le même sens par rapport à tout nouveau système de coordonnées K' qui se trouve dans un mouvement de translation uniforme par rapport à K. Il se pose maintenant la question troublante : pourquoi faut-il que je donne en théorie au système K auquel les systèmes K' sont physiquement tout à fait équivalents, une préférence marquée, en supposant que l'éther se trouve en repos par rapport à lui ? Une telle asymétrie dans l'édifice théorique, à laquelle ne correspond aucune asymétrie dans le système des expériences, est insupportable pour le théoricien. Il me semble que l'équivalence physique entre K et K', si elle n'est pas logiquement irréconciliable avec la supposition que l'éther est immobile par rapport à K et en mouvement par rapport à K', ne s'accommode cependant pas bien avec elle.
Le point de vue qu'on pouvait, au premier abord, adopter en face de cet état de choses semblait être le suivant : l'éther n'existe point du tout. Les champs électromagnétiques ne représentent pas des états d'un milieu, mais sont des réalités indépendantes, qui ne peuvent être réduites à rien d'autre et qui ne sont liées à aucun substratum, exactement comme les atomes de la matière pondérable. Cette conception s'impose d'autant plus que, selon la théorie de Lorentz, le rayonnement électromagnétique porte avec soi le pouvoir d'impulsion et de l'énergie, comme la matière pondérable, et parce que, d'après la théorie de la relativité restreinte, la matière et le rayonnement ne sont tous les deux que des formes particulières de l'énergie éparse. La masse pondérable perd ainsi sa position privilégiée et n'apparaît que comme une forme particulière de l'énergie.
Une réflexion plus attentive nous apprend pourtant que cette négation de l'éther n'est pas nécessairement exigée par le principe de la relativité restreinte. On peut admettre l'existence de l'éther, mais il faut alors renoncer à lui attribuer un état de mouvement déterminé, c'est-à-dire il faut le dépouiller par l'abstraction de son dernier caractère mécanique que Lorentz lui a encore laissé. [...] »
« Il est vrai que Mach, pour échapper à la nécessité de supposer une réalité inaccessible à l'observation, s'efforça d'introduire en mécanique, à la place de l'accélération par rapport à l'espace absolu, l'accélération moyenne par rapport à la totalité des masses de l'univers. Mais la force d'inertie envers l'accélération relative de masses éloignées suppose une action à distance sans milieu intermédiaire. [...] La pensée de Mach reçoit son plein épanouissement dans l'éther de la théorie de la relativité générale. D'après cette théorie, les propriétés métriques du continuum spatio-temporel sont différentes dans l'entourage de chaque point spatio-temporel et conditionnées par la matière qui se trouve en dehors de la région considérée. Ce changement spatio-temporel des relations entre les règles et les horloges, ou la conviction que l'espace vide n'est physiquement ni homogène ni isotrope – ce qui nous oblige à représenter son état par dix fonctions, les potentiels de gravitation gµν – ces faits, dis-je, ont définitivement écarté la conception que l'espace serait physiquement vide. Par là, la notion de l'éther a de nouveau acquis un contenu précis, contenu certes qui diffère notablement de celui de l'éther de la théorie ondulatoire mécanique de la lumière. L'éther de la théorie de la relativité générale est un milieu privé de toutes les propriétés mécaniques et cinématiques, mais qui détermine les phénomènes mécaniques (et électromagnétiques). »
Einstein termine son exposé en ces termes :
« En résumant, nous pouvons dire : d'après la théorie de la relativité générale, l'espace est doué de propriétés physiques ; dans ce sens, par conséquent un éther existe. Selon la théorie de la relativité générale, un espace sans éther est inconcevable, car non seulement la propagation de la lumière y serait impossible, mais il n'y aurait même aucune possibilité d'existence pour les règles et les horloges et par conséquent aussi pour les distances spatio-temporelles dans le sens de la physique. Cet éther ne doit cependant pas être conçu comme étant doué de la propriété qui caractérise les milieux pondérables, c'est-à-dire comme constitué de parties pouvant être suivies dans le temps : la notion de mouvement ne doit pas lui être appliquée. »
Notons enfin, bizarrerie du XXIe siècle, que les propriétés déconcertantes découvertes concernant le vide (énergie du vide, énergie sombre) rappellent étrangement les propriétés mystérieuses de l'éther. Mais les physiciens soulignent bien qu'il ne s'agit pas de revenir aux hypothèses d'avant 1905. Il règne néanmoins une certaine incompréhension sur ce sujet, qui devient de fait une porte ouverte à la pseudo-science.

Autres approches de l'éther [modifier]
S'il est bien clair que la physique n'a définitivement plus besoin du concept d'éther, le mot et l'idée sont maintenant employés en heroic fantasy. L'éther est donc souvent décrit comme le milieu de transmission de la Magie.



 
Citation:


Le qi (en chinois, sinogramme 氣 / 气 (炁), prononcer « tchi »[1]) ou ki (en japonais, kanji ), est un mot chinois qui a pour traduction « vapeur », « exhalaison », « fluide », « influx », « énergie », le terme le mieux adapté étant « les souffles ». Il s'agit d'un concept essentiel de la culture chinoise.
Dans cette approche spirituelle, le qi englobe tout l'univers et relie les êtres entre eux ; dans un organisme vivant, il circule à l'intérieur du corps par des méridiens qui se recoupent tous dans le « centre des énergies » appelé « champ du cinabre », seika tanden au Japon et dantian en Chine. Il est donc présent dans toutes les manifestations de la nature.


Le concept de qi n'a pas d'équivalent précis en Occident. On peut toutefois noter de nombreux liens de convergence avec la notion grecque de pneuma (ayant pour traduction « souffle »), et dans la même optique avec la notion d'esprit, en latin « spiritus » (dérivé de spirare = souffler) qui signifie souffle, vent.


Un concept indien s'en rapproche : le prana.


Sommaire [[url=javascript:toggleToc()]masquer[/url]]
//

Écriture [modifier]
Le sinogramme représente dans sa partie inférieure gauche un grain de céréale qui éclate sous l'effet de la cuisson, ou de la digestion. Ce faisant, il produit la partie droite et supérieure du sinogramme qui représente le dégagement d'une vapeur qui s'élève en accumulation.

Le qi, principe fondamental de l'univers [modifier]
Dans la cosmologie chinoise, le qi, ou souffle originel (??, yuanqi), précède la scission binaire du yin et du yang, elle-même à l'origine des dix-mille êtres (wanwu) qui composent tous les êtres du monde. On remarquera que le qi est à l'œuvre dans les règnes vivants, mais également dans le règne minéral : les nervures du jade, en particulier, sont considérées comme inter-agissant avec les veines du corps humain. Par ailleurs, dans la peinture chinoise, les strates géologiques des montagnes sont une des manifestations macro-cosmiques du qi.
Ainsi, le concept de qi est présent dans toutes les manifestations de la nature.
Dans la philosophie chinoise, le qi est associé au li (?), principe structurel ayant une connotation morale.
Dans la spiritualité indienne, le prāna est un équivalent du qi.

Le centre des énergies [modifier]
Le centre des énergies (dantian en chinois, hara ou seika tanden en japonais), point d'intersection de tous les méridiens, est donc le « carrefour » du qi. Il se situe dans le ventre, à deux largeurs de doigt (environ 3 cm) sous le nombril.
Ce point est un symbole fort dans cette croyance. On peut remarquer que :
  • lorsqu'une personne respire, c'est son ventre qui se gonfle et se dégonfle (les poumons s'étendent vers le bas en poussant le diaphragme et les viscères à l'inspiration), on peut le constater en regardant une personne dormir ;
  • le centre de gravité du corps humain se situe vers cet endroit : si l'on allonge une personne sur une balançoire à bascule, il faut que ce point soit au dessus du pivot pour que la planche puisse rester horizontale ; au judo, de nombreuses techniques de projection consistent à bloquer le corps sous ce point pour le faire basculer ;
  • la mère porte le fœtus dans son ventre.

La coïncidence de ces phénomènes explique l'importance qu'ont pu accorder certaines cultures à ce point précis du corps. La manifestation la plus dramatique de l'importance de ce point est sans doute le seppuku (suicide rituel japonais parfois appelé à tort hara kiri), qui consiste à s'ouvrir le ventre avec un tantō (couteau-sabre).

Les applications de la théorie du qi [modifier]
La médecine chinoise se base en grande partie sur la notion du qi. Dans cette médecine, on y distingue les liquides organiques, le sang et le qi, qui est lui-même subdivisé en plusieurs types.
La notion de qi est à l'origine de techniques comme l'acupuncture et les massages qui consistent à stimuler les points de rencontre des méridiens ; l'équilibre alimentaire et l'exercice tels que ceux pratiqués dans les arts martiaux dits « internes » comme le taiji quan, et la gymnastique, basée sur la respiration, qu'est le qi gong, Leur but est de maintenir l'équilibre et le dynamisme du qi dans le corps. De même au Japon, le but du shiatsu (massages) et des exercices physiques (dont les exercices respiratoires) est de stimuler le ki.
La maîtrise du qi fait aussi partie de l'enseignement avancé des bouddhistes à travers la méditation et divers exercices, ce qui met l'accent sur l'aspect du qi lié à l'activité mentale.

Le qi et les arts martiaux [modifier]
Les arts martiaux chinois (wushu) et japonais (budo) font beaucoup référence à cette notion, respectivement le qi ou le ki.

Arts martiaux chinois [modifier]
La notion de qi est utilisé dans les applications du taiji quan en tant que source de la force qui servira à renvoyer la force à l'adversaire après avoir détourné la sienne. Le dantian est fondamental ; faire descendre le souffle (en respirant comme les bébés, avec le ventre) permet d'ancrer les postures et d'améliorer la circulation énergétique. Lors d'entraînements de taiji quan, l'attention portée à ces détails permet de travailler mieux (en respirant par le ventre le souffle peut être plus profond), plus longtemps, plus efficacement. Dans la croyance du qi, la mise en circulation de l'énergie dans les méridiens générée par les enchaînements du taiji quan est identique à ce que produit l'acupuncture.
Le kung fu shaolin s'appuie pour certaines techniques sur des points du corps, spécialement sensibles, afin de rendre les attaques plus efficaces.
Lors des guerres, les médecins stimulaient la circulation du qi pour prolonger la période pendant laquelle les prisonniers de guerre pouvaient être torturés si l'on désirait obtenir des informations sur l'ennemi.

Arts martiaux japonais [modifier]
Pour désigner le ki, on utilise parfois l'expression « souffle-énergie » (kokyu-ryokyu).
Dans les arts martiaux japonais, lorsqu'un coup est porté (atemi en japonais), c'est le ki du frappeur qui est transmis à l'adversaire et provoque la blessure ; à ce titre, l'important est plus de frapper un point vital (rencontre de méridiens) que de mettre de la puissance physique. Le cri, kiai (parfois vu à tort comme le « cri qui tue » des karatékas), est une autre manière d'extérioriser le ki. Lors des exercices de casse (de briques, tuiles, planches, pierres, blocs de béton…), le ki est concentré à l'extrémité du poing et provoque la rupture. La concentration du ki dans le seika tanden est un des éléments fondamentaux des budo : les hanches sont la liaison entre le haut du corps (qui manipule les armes) et le bas du corps (la stabilité). D'un point de vue symbolique, le seika tanden réalise la liaison entre « le ciel et la terre » (tenchi), notion que l'on peut traduire par unification entre l'intention (le ciel, la pensée) et l'énergie (la terre) ; on peut par exemple y voir la métaphore d'un arbre qui puise sa nourriture dans la terre pour tendre vers le ciel.
Le ki reliant les êtres, il relie également les deux adversaires (ou partenaires dans le cadre d'une pratique amicale). Ainsi, un des principes de l'aikido est d'unir les énergies des partenaires afin de supprimer l'agression. Au kyudo (tir à l'arc zen), on considère que la flèche est reliée à la cible, qu'elle fait déjà partie de la cible avant même d'être décochée.
La notion de vigilance, le zanshin que l'on retrouve dans tous les arts martiaux japonais (y compris le ninjutsu, l'art des ninjas), s'appuie aussi sur le concept de ki. À travers le ki, on peut « sentir » l'intention de l'ennemi, ce qui permet de riposter plus efficacement, voir d'agir avant que l'adversaire ait pu lui-même agir. On utilise également le terme sen pour désigner cette action simultanée (sensen no sen : attaque anticipant l'action adverse ; go no sen : riposte anticipant l'action ; sen no sen : attaque simultanée).
Les arts martiaux japonais font également appel à la médecine traditionnelle, avec les notions de kappo et katsu, par exemple pour « réanimer » une personne sonnée.

Expressions [modifier]
  • 元气 (en chinois, yuanqi) : originel + souffle : le souffle originel à l'origine du monde ;
  • 天气 (en chinois, tianqi, en japonais, tenki) : ciel + souffle = temps (météorologie) ;
  • 生气 (en chinois, shengqi) : naître + souffle = se mettre en colère ;
  • 脾气 (en chinois, piqi) : rate + souffle = colère ;
  • 气质 (en chinois, qizhi) : souffle + qualité = grâce (employé pour apprécier le raffinement d'une femme) ;
  • 合気 (en japonais, ai ki) : union des énergies ;
  • en japonais, ki no nagare : continuité du ki, désigne la fluidité des mouvements, par exemple l'application d'une technique d'aikido sans marquer d'arrêt et en maintenant constamment le déséquilibre du partenaire (s'oppose à kihon waza, techniques de base en tant qu'élément du mouvement complet)
  • en japonais, genki : forme physique, « genki desu ka ? » — « Tu vas bien ? » « Tu es en forme ? »


Inspiration [modifier]
La notion de ki a inspiré la notion de Force dans l'univers de La Guerre des étoiles, qui est d'ailleurs globalement très inspiré du Japon médiéval (forme des casque des soldats de l'Empire, scénario inspiré de la Forteresse cachée de Kurosawa…).
Les mangas rendent très souvent compte de cette notion qui est courante dans les sociétés asiatiques (Dragon Ball, Ranma 1/2…)


_________________
"Seul est grand celui qui transforme la voix du vent en un chant que son propre amour aura rendu plus doux." [Khalil Gibran]
Revenir en haut
Albedo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 08/08/2008 07:34:04    Sujet du message: L'Etoile de David Répondre en citant

Raphaël a écrit:
Dans ma compréhension des choses, l'Ether est un élément, le Chi une énergie ; je pense que l'on peut dessiner des liens forts entre les deux notions, mais pas les assimiler.
Bien à toi




Articles de Wikipédia...


Citation:
L'éther dans l'Antiquité [modifier] À l'origine, Éther est un dieu primordial de la mythologie grecque, personnifiant les parties supérieures du ciel, ainsi que sa brillance (cela nous est resté au travers de la langue poétique classique, où l'on parle d'éther pour un ciel pur).
Se fondant sur le principe dictant que la Nature a horreur du vide, Aristote emploie le terme d'éther pour désigner un supposé cinquième élément, composant la sphère céleste, par opposition aux quatre éléments terrestres classiques (eau, feu, air, terre).
Cette vision ambiguë de l'éther comme « matière incarnant le vide » connut un succès qui s'étendit bien au-delà de l'Antiquité. On en discute encore au XVIIIe siècle en dépassant largement le cadre de l'optique et l'électromagnétisme sous des formes plus ou moins adaptées : les métaphysiciens notamment s'en emparèrent, mais aussi les alchimistes et les magiciens.

L'éther gravitationnel en physique pré-relativiste [modifier]
René Descartes élabora une mécanique des tourbillons pour expliquer que le mouvement des planètes est dû à de grands tourbillons d'éther (matière subtile composée de minuscules globules transparents) remplissant l'espace et qui les emportent et les maintiennent sur leurs trajectoires. Cette physique qualitative était propre à justifier le mouvement des planètes de manière mécaniste, en réfutant l'existence du vide. Ce même éther était supposé transmettre instantanément la lumière sous la forme d'une pression.[1]
 L'éther est donc souvent décrit comme le milieu de transmission de la Magie.






Citation:

Le qi (Dans cette approche spirituelle, le qi englobe tout l'univers et relie les êtres entre eux ; dans un organisme vivant, il circule à l'intérieur du corps par des méridiens qui se recoupent tous dans le « centre des énergies » appelé « champ du cinabre », seika tanden au Japon et dantian en Chine. Il est donc présent dans toutes les manifestations de la nature.



Le qi, principe fondamental de l'univers [modifier]
Dans la cosmologie chinoise, le qi, ou souffle originel (??, yuanqi), précède la scission binaire du yin et du yang, Ainsi, le concept de qi est présent dans toutes les manifestations de la nature.

Dans la spiritualité indienne, le prāna est un équivalent du qi.

le centre de gravité du corps humain se situe vers cet endroit :


Citation:

]
  • 元气 (en chinois, yuanqi) : originel + souffle : le souffle originel à l'origine du monde ;

Inspiration [modifier]
La notion de ki a inspiré la notion de Force dans l'univers de La Guerre des étoiles, qui est d'ailleurs globalement très inspiré du Japon médiéval (forme des casque des soldats de l'Empire, scénario inspiré de la Forteresse cachée de Kurosawa…).
Les mangas rendent très souvent compte de cette notion qui est courante dans les sociétés asiatiques (Dragon Ball, Ranma 1/2…)




force universelle reliant les éléments entre eux...

une force que l'on pourrai comparer au neutrons.

Albedo
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 08/08/2008 07:36:24    Sujet du message: L'Etoile de David Répondre en citant

Le Qi des Chinois est semblable au Souffle Divin des Kabbalistes
Les Chinois divise le Zodiac par 15° et la Kabbale par 5°, c'est la seule différence

Excusez la qualité, mes livres sont vieux et usagés Laughing






Comme cela nous sommes toujours dans la Kabbale et non pas en cabbale please
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 08/08/2008 07:48:06    Sujet du message: L'Etoile de David Répondre en citant

La force de pénétration des neutrons dépend de leur énergie.
Le Qi et les Souffles divins pénètrent tout
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Madarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 08/08/2008 08:59:51    Sujet du message: L'Etoile de David Répondre en citant

Citation:
Le concept de qi n'a pas d'équivalent précis en Occident. On peut toutefois noter de nombreux liens de convergence avec la notion grecque de pneuma (ayant pour traduction « souffle »), et dans la même optique avec la notion d'esprit, en latin « spiritus » (dérivé de spirare = souffler) qui signifie souffle, vent.


Pas tout a fait !

En fait le Qi pourrais être assimiler à beaucoup de chose essentiel qui fait défaut à travers le monde (et non pas seulement qu'en Occident).
Mais les deux termes qui ce rapprocherait le plus serait la " force de gravitation " et la puissance de " l'esprit "



Dernière édition par Madarion le 08/08/2008 09:40:34; édité 1 fois
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 08/08/2008 09:26:55    Sujet du message: L'Etoile de David Répondre en citant

Oui Madarion , le centre de gravité de l'être humain est situé sous le nombril
(On le trouve en mettant dessous le nombril le majeur et l'index joints). = le hara (Aikido)
Citation:
"Que votre hara (centre)reste en union avec le centre d el'Univers, c'est ainsi que le microcosme et le macrocosme deviennent un"
"Quand le triange, le cercle et le carré deviennent un, l'Univers s'anime en une rotation sphérique uni au flot du Qi(ki) et apparaît l'Aikido de Sumi-Kiri" -Morihei Ueshiba ,la Voie de la Compassion.


Sumi-Kiri = Action de tailler les 4 angles d'un carré, traduisant l'harmonisation de l'esprit des animae et des corpus.
Aiki = Ai ou harmonie et Ki = qi

Les Souffles deviennent le cercle, si nous réalisons leur harmonie
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Madarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 08/08/2008 09:42:07    Sujet du message: L'Etoile de David Répondre en citant

j'ai rajouté une vidéo

Ont peut remarquer que le maitre influence la force au centre de gravité du corps des élèves.
Les élèves sente instinctivement qu'ils sont en déséquilibre et essayent de garder l’équilibre en suivant la force.

Ce que je n’avais pas remarqué jusqu'à présent c'est que cette force ce propage en ondes.
Comme une pierre qui viendrais troubler un lac.
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 08/08/2008 10:08:15    Sujet du message: L'Etoile de David Répondre en citant

Oui et sous attaque, nous nous servons de l'énergie-force -vague,de l'assaillant pour l'amener à sa chute sans effort.
Citation:
Même le plus fort des humains possède une puissance limitée.Sortez-le de sa sphère, faites-le rentrez dans la votre,et sa force disparaîtra
.

Celui qui est en harmonie, ressent le moment de l'attaque, car l'énergie lancée par l'assaillant arrive avant l'action. C'est aussi une connaissance qui se développe au contact des animaux: prévoir l'action avant qu'elle ne se produise. siffle

L'étoile à 6 branches est le symbole de l'harmonie , le sceau de protection de Salomon
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Madarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 08/08/2008 11:20:03    Sujet du message: L'Etoile de David Répondre en citant

Malheureusement, notre corps est conçus par le nombre cinq.
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 08/08/2008 12:08:50    Sujet du message: L'Etoile de David Répondre en citant

Rien ne nous empêche d'y rajouter une autre branche ( c'est du travail , je l'admets). Nous avons 5 sens et un esprit.
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Madarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 08/08/2008 12:36:03    Sujet du message: L'Etoile de David Répondre en citant

Détrompe-toi !

Ce qui nous empêche d'avoir une queue, ou des ailes, ou des cornes, ou même un pouvoir quelquonque c'est exclusivement de pouvoir rester à 5 quoi qu'il arrive.

Ainsi, nous pouvons donner la vie et nous pouvons aussi aimer.
Dés que nous passerons a 6 cela ne seras plus possible avant d’avoir des personnes qui tenterons le 7
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 08/08/2008 12:48:16    Sujet du message: L'Etoile de David Répondre en citant

Pourrais-tu élaborer plus sur cette idée STP Merci
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Madarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 08/08/2008 14:08:19    Sujet du message: L'Etoile de David Répondre en citant

développer plus ?! Rolling Eyes

Ceci sont des corps exclusivement basé sur le nombre 5
Ils ont décidé de rester à 5 et de donner le 6



Ils peuvent ainsi investir ce surplus dans les créations d'un enfant ou dans beaucoup d'autres choses

----

Ce corps là est au contraire de nombre 6

Revenir en haut
Albedo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 08/08/2008 17:58:56    Sujet du message: L'Etoile de David Répondre en citant

il faut passer par le 6 pour en arriver au 7, c'est innévitable. ceux qui tentent de sauter des étapes ont souvent de mauvaises surprises.

de plus le sixième aspect constitue notre sixième sens...

l'intuition et l'accès a un nouveau type de discernement qui peu anticiper les choses en les ressentant venir a l'avance.

celui en harmonie et conscient de ses forces peu effectivement saisir l'énergie d'attaque de l'adversaire et la propulser sur l'attaquant.

infligant ainsi a l'autre précisément le même sort qu'il a voulu nous infliger.

mais on peu aussi utiliser les énergies yin et yang combinés pour chréer une zone de neutralité qui annule l'effet de toute énergie dirigée vers nous. ( un cercle de protection ) le tai chi enseigne comment faire ce genre de chose, le tai chi est considéré comme l'art martial ultime par les chinois.

et la défense que le tai chi nous apprend est absolument invincible a tout les niveau.

la puissance du vide. le prana. le mana, la force légendaire universelle, le chi.

la nature a horreur du vide alors quand Dieu se retira une force apparu.

la première de toute les manifestations de l'univers.

invisible mais omniprésente elle garde le tout cohérent et stable...

la force de pénétration des neutrons dépend de leur énergie, celle ci est donc variable en intensité mais elle est néanmoins présente dans toute matière...

car si on enlève les neutrons BOOM! explosion nucléaire et tout explose, la chréation exploserai et tout disparaitrai instantanément.

c'est la force permettant a la dualité de coexister au contraires de ne pas exclusivement se repousser mais pouvoir travailler ensemble soudés unis...

le pouvoir de l'unité, du dieu éros des grecs.

la force de vie.

l'étoile a six branche pourrai bien représenté l'unité de l'homme avec ses 6 sens...

l'étoile a six branche a un septième point en son centre révélé seulement par l'unité et l'harmonie des 6 autres points.

ce septième point selon moi ce n'est rien de moins que le coeur sacré de compassion infini... la connexion avec ce point propulse n'importe qui vers un énorme désir d'aimer tout être vivant. et le sentiment que tout est possible.

Albedo
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 09/12/2016 09:43:00    Sujet du message: L'Etoile de David

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Esotérisme/Esoterism.Groupe/group -> Archives 2007-2009 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 4 sur 7

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com