Forum sans frontières-without boundary Index du Forum

Forum sans frontières-without boundary


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Notice board-Panneau d'affichage 
Invité
Notre forum a une autre adresse http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php où nous vous attendons
Ce site n'est maintenant que les ARCHIVES de " Connaître le Monde Forum sans frontières "

Our forum has a new address http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php where we are waiting for you
This site is only the archives of " Connaître le Monde Forum sans frontières "
dangers du mythe chrétien
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Au-delà de l'Essence - further that our Essence -> Sagesse-wisdom -> Archives 2007-2009
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Albedo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 08/05/2008 08:35:26    Sujet du message: dangers du mythe chrétien Répondre en citant

dans une parole et une attitude de pécheur envers dieu, l'homme se met en danger de s'exclure lui même d'une relation d'amour authentique avec dieu et même s'exclure lui même de dimentions paradisiaques. je m'explique:

dans une prière on dis je sais que je suis indique mais une parole de toi et je serai guéris.

mais si au départ on se considère indigne de dieu on chréer une séparation avec lui qui rend tout contact psychique impossible.

il faut savoir que la séparation originelle provien des jugements de valeurs que le couple originel se mis a avoir sur la chréation et sur dieu lui même. tel qu'expliqué dans le genèse.

avec jésus, on accède a l'amour inconditionnel de dieu pour ses enfants et ainsi a la vie éternelle... par son sacrifice il a voulu faire comprendre a l'humain qu'il était libre de retourner vers dieu en l'accéptant comme leur sage et aimant chréateur. et qu'en se libérant du jugement négatif en cultivant l'humilité face a dieu il est possible de se libérer de la condition de mortalité qui a accompagné l'homme depuis qu'il s'est livré au jugement.

jésus en a fais la démonstration de par sa résurection contestée par beaucoup mais sans quoi la foi catholique serai vaine.

cependant jésus était le sauveur en nous tous... le christ cosmique.

et c'est le christ qu'il nous invite a découvrir en nous par son exemple, l'humble serviteur de dieu et de sa lumière dans la chréation. de par son service il accomplit bien des choses magnifiques grace a dieu...

il est donc faux de se croire indigne car on est indigne aussi longtemps qu'on se croit ainsi.

dieu nous aime et attend patiamment que nous nous débarassions de nos fausses conceptions pour embrasser sa vérité...

tel est selon moi le véritable sens de la révélation.

Quan Yang
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 08/05/2008 08:35:26    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 08/05/2008 10:13:07    Sujet du message: dangers du mythe chrétien Répondre en citant

J'ai déplacé ton post, car le sujet n'appartient pas à la Philosophie, nous avons tous tendance à mélanger les sujets et c'est troublant pour les visiteurs kiss
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 08/05/2008 10:49:20    Sujet du message: dangers du mythe chrétien Répondre en citant

j aurais meme vu ce post etre mis dans dans etude biblique.. innocent
_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 08/05/2008 12:14:42    Sujet du message: dangers du mythe chrétien Répondre en citant

Oui tu as raison danse Jésus c'est le Nouveau Testament innocent
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 08/05/2008 12:19:55    Sujet du message: dangers du mythe chrétien Répondre en citant

Quan Yang pourrais-tu développer un peu plus ce que tu perçois comme un mythe? Jésus? sa vie? sa mort? son enseignment? car le Christianisme c'est vaste et bien que chrétiennes les Eglises ne se ressembles pas dans leurs croyances.
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Albedo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 08/05/2008 16:40:04    Sujet du message: dangers du mythe chrétien Répondre en citant

alors je préciserai le mythe chrétien véhiculé par l'église catholique romaine.

cette même église qui devais ouvrire la bonne parole a tous et qui a traduis la bible en latin interdisant quiquonque sauf les prètres de la lire.

cette même église qui semble issue de la corruption du pouvoir et de l'argent tel que démontré par le massacre des cattares. http://fr.wikipedia.org/wiki/Croisade_des_Albigeois

une véritable honte qui servirai a tout véritable catholique a abjurer sa foi envers cette église de mensonge et de corruption, qui parle au nom du christ mais qui n'oeuvre qu'en son propre nom.

Quan Yang
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 08/05/2008 23:08:35    Sujet du message: dangers du mythe chrétien Répondre en citant

Ok pour faire une bonne discussion il nous faut donc commencer avec le "Credo" du Catholicisme.

les grands mystères de la foi chrétienne :

  • la Trinité (un Dieu unique en trois personnes distinctes) ;
  • l’Incarnation (Jésus, vrai Dieu et vrai homme, né de Marie) ;
  • la Rédemption (Jésus nous sauve par sa mort sur la croix et sa résurrection).
C’est pourquoi l’adhésion à ces textes et à ce qu’ils affirment est une condition nécessaire pour faire partie de l’Église catholique romaine.

Credo : symbole des Apôtres

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant,
Créateur du ciel et de la terre.
Et en Jésus Christ, son Fils unique, notre Seigneur;
qui a été conçu du Saint Esprit,
est né de la Vierge Marie,
a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié,
est mort et a été enseveli,
est descendu aux enfers ;
le troisième jour est ressuscité des morts,
est monté aux cieux,
est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant,
d'où il viendra juger les vivants et les morts.
Je crois en l'Esprit Saint, à la sainte Église catholique,
à la communion des saints, à la rémission des péchés,
à la résurrection de la chair, à la vie éternelle.

Amen.

_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 08/05/2008 23:45:45    Sujet du message: dangers du mythe chrétien Répondre en citant


Le credo d'un athée par Roger Léger
Je crois qu´il est souhaitable et possible de connaître les lois simples qui gouvernent l´ensemble de l´univers et président à son évolution inexorable; que ces lois sont éternelles comme l´univers, objectives, extérieures à nous, invariables, universelles, et vérifiables.
Je crois qu´elles sont progressivement connues des humains, que ces lois ne sont pas de pures créations de leur cerveau, et qu´elles ne sont pas la propriété de l´un ou de l´autre sexe, ou de quelques cultures particulières.
Je crois que tous les humains peuvent y avoir accès et que, si d´aventure il y a d´autres roseaux pensants dans l´univers, ils découvriront les mêmes lois de la nature que nous et expliqueront de la même manière la naissance et la mort des étoiles, l´explosion des supernovas, la formation des trous que l´on dit noirs, et la structure des protons, des atomes ou de l´ADN.
Je crois que notre destin est de ce monde, où nous pourrions être seuls, et où nous avons fait irruption par la plus grande des chances et le plus incroyable des hasards.
Je crois comme Aristote que ce qui est engendré par hasard n´est pas engendré en vue d´un but; et je crois comme Stephen Jay Gould que les humains sur cette planète sont de simples possibles et non pas le but recherché et nécessaire de l´univers, semblables en cela aux abeilles, aux dinosaures, aux roses et aux nénuphars, aussi bien, hélas, qu´aux rats, à la mouche tsé-tsé, à la peste, à la variole et aux plantes vénéneuses.
Je crois comme Parménide que l´univers est incréé et éternel, je crois comme Martin Rees qu´un multivers est possible, et je crois comme Bertrand Russell qu´il est sans compagnon divin inutile.
Je crois comme Pascal, Lao-Tseu et le Bouddha qu´il y a un infini et que nous en ignorons la cause et la nature; et je crois comme la Bible qu´il ne faut pas invoquer le nom de dieu en vain. Je veux dire, ici, qu´il est, en effet, vain et inutile de se référer à un dieu pour expliquer le monde.
Je crois que la planète Terre et la vie qu´elle supporte sont pour nous ce qu´il y a de plus précieux dans l´Univers, que notre lot, notre devoir, notre souci, ou même notre mission, est de prêter vie, notre vie, si l´on peut, à cet univers pour le temps qu´il durera dans le multivers; que c´est là la plus sacrée de nos tâches de Terriens, notre joie, notre passion et notre dramatique aventure.
Je crois que rien de nous ne subsistera après notre mort que les descendants et les souvenirs que nous laisserons après nous, et que les atomes dont nous étions faits et qui seront recyclés dans l´Univers; je crois que nous serons éternellement anéantis, et qu´il faut accepter notre destin sans se plaindre. Pas de vaine et consolatrice espérance.
Je crois que nous devons nous reconnaître pour ce que nous sommes, des êtres finis et mortels qui participons tous de l´infirmité commune : rien ne pourra jamais totalement nous satisfaire, et nous serons toujours irrémédiablement ignorants du secret ultime des choses. Nobliau ou grand seigneur de l´Univers, notre destin est fait de joies et de peines terrestres passagères, et de connaissances limitées. Évitons les peines, si l´on peut, et combattons notre ignorance. Sachons nous contenter de notre condition; sortis de l´Univers, connaissons l´Univers. Là est notre tâche et notre destin, là est la sagesse humaine, là, le bonheur des Terriens.
Je crois que nous ne savons pas pourquoi il en est ainsi. Mais je crois qu´il en est ainsi.

Voilà mon credo.
Je ne crois pas en un Dieu qui aurait créé le Ciel et la Terre; on sait assez comment la Terre a été formée et les cieux étoilés ont été allumés au-dessus de nos têtes. Et nous n´avons pas besoin de “cette hypothèse” pour expliquer le Big Bang.
Je ne crois pas à la fable du dénommé Jésus-Christ, Fils unique de ce que l´on appelle le Père Éternel, qu´il ait été conçu du Saint-Esprit, et soit né d´une vierge de Palestine il y a 2000 ans pour le salut du genre humain.
Je peux admettre qu´un Galiléen ait souffert sous Ponce-Pilate, ou sous un autre, qu´il ait été crucifié, qu´il soit mort et ait été enseveli; ce sont là des choses que l´on peut vérifier, qui peuvent donc être vraies ou fausses, et qui arrivent lorsque l´on n´est pas raisonnable et que l´on se prend pour le fils de Dieu et le Roi des Juifs.
Il est absurde de dire que ce crucifié soit descendu aux enfers, qu´il soit ressuscité, et qu´il ait monté au ciel.
Il est prétentieux et absurde d´affirmer qu´un faux prophète de Palestine soit assis à la droite d´un être éternel, et qu´il viendra juger les vivants et les morts.
Il est inutile et également absurde de croire à un saint-esprit, troisième personne d´un dieu trine.
Je n´estime guère l´Église catholique qui se qualifie elle-même de sainte, et je lis son histoire avec tristesse, horreur, colère et indignation.
J´admire sans réserve les croyants en une divinité qui vouent leur vie au soulagement des maux qui affligent les Terriens, mais je trouve inutile de faire accompagner ce dévouement admirable de dogmes absurdes; j´ai en sainte horreur les fables, les censures, les mensonges, les fabrications de faux, les inquisitions et les excommunications; et je n´ai que faire d´un dieu qui nous menace des feux de l´enfer tout en disant nous aimer.
Je ris franchement de la communion des saints et de la résurrection de la chair, comme je ris de la transmigration des âmes, mais je crois de tout mon être en la solidarité nécessaire de tous les humains sur terre.
Je trouve inadmissible d´affirmer sans preuve qu´il y a une vie éternelle.
Quant à la rémission des péchés, nous avons les tribunaux pour les crimes contre l´hu- manité, les vols, les viols et les évasions fiscales; nous invitons les humains à se corriger de leurs défauts et à se repentir de leurs fautes, et nous faisons ce que nous pouvons pour faire progresser l´humanité et lui enlever de l´esprit de fausses et d´inutiles croyances.
Abandonnons ces mysticismes inquiétants qui troublent les coeurs et qui égarent les esprits, ces dogmes et ces dévotions inutiles qui distraient les humains de la vérité la plus haute: l´Univers est comme un temple et la vie est sacrée; il n´y a pas d´autre dieu à chercher; seul est véritablement religieux, qui sert, qui respecte et qui sauve les vivants.
Je ne vois pas ce que l´affirmation gratuite d´un dieu muet, caché, silencieux et distinct du monde, donc à toutes fins utiles inexistant, vient ajouter de lumières à ce monde ténébrescent qu´il nous faut, ombres noctiluques, illuminer de nos connaissances, de nos rêves, de nos chants, de nos désirs, de nos amours et de nos créations.
 

_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Madarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 09/05/2008 08:02:19    Sujet du message: dangers du mythe chrétien Répondre en citant

Il y a de bonne idées que je n'avais lus depuis longtemps, ont vois que cette personnes est allé chercher plus loin que pas mal de monde ... mais .... Il est a coté de la plaque le pauvre.

Une remarque quand même :
 
La connaissance est certes donnée à tout le monde sans besoin de désigner un esprit en particulier, mais seul ceux qui on la graine en eux ont le droit et le devoir de l'exploiter. Certes, ont peut, si ont en fais le vœu ne pas s'en servir, donc être en formation.
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 09/05/2008 08:20:27    Sujet du message: dangers du mythe chrétien Répondre en citant

Madarion a écrit:

La connaissance est certes donnée à tout le monde sans besoin de désigner un esprit en particulier, mais seul ceux qui on la graine en eux ont le droit et le devoir de l'exploiter. Certes, ont peut, si on en fait le vœu ne pas s'en servir, donc être en formation.

kiss Cela aussi il y a longtemps que je ne l'avais pas entendu:lol:
Je suis entrain de rechercher tous les "Credos" alors si vous voulez m'aider, ne vous gênez pas Laughing
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Albedo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 09/05/2008 20:39:59    Sujet du message: dangers du mythe chrétien Répondre en citant

credos et fonctionnement de l'église cathare

Les Églises cathares [modifier]
Au milieu du XIIe siècle (1167) les Églises cathares sont au nombre de cinq : Albi, Toulouse, Carcassonne, Agen (Aragnensis) et Epernon en France. Au XIIIe siècle, en 1226 un nouvel évêché est créé, celui de Razès, la région de Limoux. Ces Églises sont indépendantes. Elles ne reconnaissent pas d'autorité supérieure à celle de leurs évêques, comme celle du pape pour l'Église romaine. Les maisons de parfaits étaient réunies sous l'autorité d'un diacre et chacune dirigée par un ancien ou une prieure. L'évêque est lui-même assisté par un « fils majeur » et un « fils mineur », qui sont choisis parmi les diacres et qui lui succèdent, le fils mineur remplaçant le fils majeur devenant évêque à la mort de celui-ci, ce qui arrivera fréquemment lorsque la persécution commencera. Les Bonnes femmes pouvaient aussi donner le sacrement du consolament. Cette ordination était plus généralement pratiquée par les diacres ou les évêques.

Doctrine
La théologie cathare provient d'un travail de recherche scripturaire, centré sur l'Évangile selon Jean. C'est une interprétation très différente des évangiles de celle de l'Église catholique. Les cathares s'appuient aussi sur de nombreux écrits (Paul, Marcion, Livre des deux principes, rituels, etc.) et s'inspirent de courants de pensée plus anciens (paulinisme, gnosticisme, manichéisme, bogomilisme) tout en gardant, sur bien des points, de notables distances avec ces philosophies ou religions auxquelles le catharisme ne peut être assimilé. En effet, les cathares n'ont jamais parlé de Mani, de Sophia ou des Éons et ont aussi des différences réelles avec les Bogomiles.
Le catharisme s'est manifesté dès le Xe siècle siècle en Europe centrale (Bulgarie, Dragovitie, etc.) et en Europe occidentale, quelques années plus tard. Les zones où il s'est fait remarquer ne lui ont pas permis de s'implanter ouvertement (Flandres, Champagne, Orléanais, etc.)[réf. nécessaire] à l'exception de la plus grande partie de l'Occitanie. Il s'est également répandu en Italie, en Allemagne et en Espagne essentiellement.[réf. nécessaire]
C'est d'ailleurs de Rhénanie que vient le terme cathare qui fut utilisé pour la première fois, avec une volonté péjorative, pour les désigner en référence aux catiers (ou chatiers), adorateurs du démon représenté sous la forme d'un chat ailé.[réf. nécessaire]
Les cathares recherchent le sens originel du message des Écritures. Leur foi se base sur les principes suivants :
  • Dieu, appelé le principe Bon, existe de toute éternité et n'aura pas de fin. Il est parfait et son œuvre est parfaite, inaltérable et éternelle. Il est omniscient et tout puissant dans le Bien.

Dieu est le créateur de ce qui est et ce qu'il n'a pas créé est rien (nihil traduit par néant).
  • Les esprits (appelés anges par simplification) sont de nature divine, c'est-à-dire qu'ils sont créés ou qu'ils émanent de Dieu, un peu comme le soleil et ses rayons.
  • Dans le néant est le principe mauvais ou principe du Mal.

Dieu, qui n'a pas de mal en Lui, ne peut connaître ce principe mauvais mais ce dernier ambitionnant d'imiter Dieu est parvenu à détourner une partie des esprits de la création divine.
  • Le principe mauvais a attiré les esprits par force (catharisme absolu) ou par tentation (catharisme mitigé) car il n'a d'existence que pour autant qu'il peut se mêler à la création divine (le Bien).

Cette vision de la constitution de l'univers visible constitue le mythe de la chute du tiers des anges ou, selon les interprétations, de la troisième partie de leur composition (être, âme, corps subtil). Introduits dans des corps charnels fabriqués par Lucifer, ces êtres sont différents de l'âme qui de création maléfique et qui assure la survie du corps charnel.
  • Cette création, issue d'un créateur imparfait et non éternel, est imparfaite et corruptible. Elle a eu un commencement et elle aura une fin.

Celle-ci surviendra quand le Mal s'étendra sur la création et que les esprits auront réussi à s'extraire de leur prison charnelle pour retourner à Dieu. Alors, le Mal ayant perdu les avantages du mélange, redeviendra néant. Le mal est donc vainqueur dans le temps mais, son accomplissement constitue sa perte. Il est donc vaincu dans l'éternité.
Les deux principes ne sont donc pas de même nature et de même puissance.
Le Christ, fils de Dieu (c'est à dire esprit créé par Dieu), est donc venu pour leur révéler leur origine céleste et pour leur montrer le moyen de retourner au ciel. Ainsi, le Christ est uniquement l'envoyé du Père venu porter le message du salut aux hommes. Il n'est pas, comme pour les catholiques, le rédempteur du péché. Il n'a donc pas souffert la Passion et il n'est pas mort sur la Croix, car son corps charnel n'est qu'une apparence. De même Marie, un autre esprit venu lui prêter assistance dans sa tâche, ne l'a jamais enfanté.
La différence fondamentale entre catharisme et catholicisme porte sur le fait que, pour les premiers Dieu subit le mal pour lequel il ne punit personne alors que les seconds, Dieu subit le mal et punit les pécheurs.
Les cathares du Moyen-Âge partagent l'essentiel de leurs croyances et les légères variantes observées (absolus ou dyarchiques et mitigés ou monarchiques) n'avaient pas de répercussions à l'époque.
Les principales croyances des cathares étaient donc :
  • Le dualisme qui comprend deux principes : le monde matériel et corruptible a été créé par Satan sous l'influence du principe mauvais. Ce monde de mélange procède donc du mal ; seul l'esprit et le monde parfait et éternel ont été créés par Dieu.
  • L'esprit était soit transmis par génération depuis le premier homme (traducianisme), soit par transmigration dans un nouveau-né après la mort (métempsycose, origénisme).
  • La christologie : Jésus, premier ange (également appelé fils de Dieu), ne s'est pas réellement incarné mais a pris l'apparence d'un homme avec l'aide d'un autre ange Marie. La christologie est inspirée par le docétisme.
  • Les cathares reconnaissaient un ou deux principes, selon qu'ils étaient « monarchiens » ou « dyarchiens », « mitigés » ou « absolus ». Les cathares absolus pensaient que le principe du Mal ne pouvait trouver son origine dans le principe du Bien. Autrement dit, représentant le Bien absolu, Dieu ne pouvait avoir créé un ange corruptible (Lucifer). Pour les dualistes absolus, les deux principes, donc le Bien et le Mal, coexistent depuis la création divine puisque c'est hors de cette création qu'il se trouve.
  • C’est uniquement par le Saint-Esprit que l'esprit peut être libéré du monde physique, et c’est par le baptême par imposition des mains, reçu par les apôtres et transmis par eux, que l’esprit pourra accéder au salut. Toutefois, hormis une exception et peut-être quelques cas isolés supplémentaires, le baptême ne pouvait être effectué sur un jeune enfant (moins de 13 ou 14 ans)- car jugé inapte à discerner l'importance de cet acte (anabaptisme). Celui-ci devait être effectivement accompli en connaissance de cause et sur la base de la conviction.
  • Il est à noter le respect inconditionnel de la vie qu'avaient et que prêchaient les Bons Chrétiens (ainsi qu'ils se nommaient à l'exclusion de toute autre appellation). Tout ce qui avait place dans le monde matériel méritait, pour eux, considération. C'est notamment pourquoi ils observaient un régime alimentaire très strict. Cela induisait une grande tolérance pour la nature humaine. Comme l'enseignait le Christ, ils se gardaient bien de juger, mais avaient à cœur de mener leurs contemporains sur la voie du salut afin d'écourter, un tant soit peu, leurs cycles de passage en ce monde.


Pratiques, sacrements et rites [modifier]

Refus de l’orthodoxie [modifier]
Les cathares, se considérant alors comme les seuls vrais disciples des apôtres, adoptent le modèle de vie, les rites et les sacrements, des premières communautés chrétiennes. Ils s'appuient principalement sur les enseignements du Nouveau Testament, leur unique prière étant le Notre Père. Ils considèrent que toutes les pratiques et sacrements instaurés par l'Église catholique romaine tout au long du Haut Moyen Âge, n’ont aucune valeur :
  • le sacrement du baptême d'eau que les prêtres catholiques confèrent aux nouveau-nés (incapables selon eux de comprendre l'engagement qu'est le baptême pour celui qui le reçoit) ;
  • la médiation des saints et le culte des reliques et des morts (offrandes et messes pour les défunts) ;
  • le sacrement de l'Eucharistie : refusant de croire en la transsubstantiation, c'est-à-dire la transformation du pain et du vin devenant le corps et le sang du Christ lors de leur consécration par le prêtre lors de la messe. En mémoire de la dernière Cène du Christ avec ses apôtres, les cathares bénissent le pain lors du repas quotidien pris avec leurs fidèles. C’est le rituel du « pain de l’Oraison ».
  • le sacrement du mariage, celui-ci légitimant à leurs yeux l'union charnelle de l'homme et de la femme, union à l'origine du péché du premier couple selon leur interprétation de la Genèse.

De même que dans certain courant de l'Église chrétienne primitive, l'idéal cathare est basé sur une vie ascétique, alors que le sacrement du mariage aurait été créé tardivement afin de permettre aux fidèles d'être chrétiens dans le mariage, leur donnant la possibilité d'accéder au salut sans suivre la voie monastique.
Ils n'attachent pas d'importance aux églises bâties qui ne sont pas pour eux les seuls lieux du culte car la parole du Christ peut être enseignée partout où se réunissent les fidèles.
Leur seul sacrement est le baptême, ou consolament.

Le consolament [modifier]
Le sacrement du consolament (consolation, en occitan du latin consolamentum) ou « baptême d'esprit et du feu » par imposition des mains, comme pratiqué par le Christ, est le seul à apporter le salut en assurant le retour au ciel de la seule partie divine de l'homme : l'esprit. Il met en contact l'esprit divin de l'homme et le Saint-Esprit, lui permettant de reconnaître sa nature divine et d'accéder au salut. Ce sacrement joue un rôle fondamental dans les communautés cathares car il est à la fois sacrement d'ordination et de viatique (extrême-onction), alors appelé « consolament des mourants ».
Le consolament est conféré par un membre de la hiérarchie et engage celui qui le reçoit dans une vie religieuse qui, comme toute ordination, suppose la prononciation de vœux et le respect d'une Règle : pratique de l'ascèse, abstinence de toute nourriture carnée, la pratique de la morale évangélique : interdiction de jurer, de mentir, de tuer. Il fait d'un croyant cathare un Bon Homme ou une Bonne Dame, membre du clergé, prédicateur, capable d'apporter lui-même le consolament aux mourants.
Il était donc aussi administré aux mourants qui en faisaient la demande, c'est-à-dire aux simples croyants qui n'avaient pas franchi le pas de l'ordination durant leur vie, mais souhaitaient rencontrer le Saint-Esprit, leur donnant une chance d'accéder au salut, avant de mourir. Les prières des parfaits après la mort du consolé pouvaient durer encore quatre jours, et si le mourant survivait, il devait alors embrasser la vie de parfait avec les contraintes associées.

La vie des « parfaits » et « parfaites » [modifier]

Travail manuel et vie communautaire [modifier]
Étant ordonnés, les parfaits entrent dans un ordre religieux, mais sans sortir du siècle. Ils sont en effet astreints au travail manuel pour vivre, ce qui leur donne un avantage considérable pour leur prédication, en les maintenant au contact de la population qu'ils vont chercher à convertir. Cela leur rapportera également, tout simplement, l'argent du produit de leur travail, argent qui leur permettra par exemple de se déplacer et, avec les dons et les legs, de créer les conditions de l'existence d'une hiérarchie. Par contre la pauvreté personnelle était prescrite.
Les cathares vivaient dans des « maisons de parfait(e)s », intégrées aux villes et aux villages, qui leur permettaient de rencontrer la population et de prêcher, et leur servaient d'atelier. Des jeunes y étaient envoyés par leurs parents simples fidèles ou déjà ordonnés, pour leur formation en vue de leur propre ordination.
Tout parfait rejoignait une maison de parfaits, et y travaillait de ses mains, y compris par exemple les nombreuses épouses nobles et leur progéniture qui firent partie des rangs des cathares. Le sacrement de mariage n'étant pas reconnu, elles se séparaient simplement de leur mari, généralement lui-même simple croyant.
Le consolament des mourants pouvait être conféré dans les maisons des parfaits, dans laquelle le consolé était transporté et y mourait.
Lorsque vint le temps des persécutions, les parfaits durent se cacher chez des fidèles, mais ils y payèrent toujours leur nourriture par le travail manuel, plus le prêche et l'enseignement.

Vie apostolique [modifier]
Se rapprochant des premiers chrétiens, les cathares croyaient que le salut passait par une vie de religion. Ils étaient astreints à la chasteté, et devaient constamment aller par deux personnes du même sexe : chacun avait son sòci, ou compagnon, ou sa sòcia, pour les femmes. Cette prédication au coin du feu de deux personnes de même sexe conduira à l'accusation de bougrerie (homosexualité) fréquemment enregistrée dans les registres de l'Inquisition. En réalité, cette façon de vivre toujours au moins à deux tenait à la conviction que seul l'esprit ne peut éviter de se fourvoyer alors qu'avec - au moins - un compagnon ou une compagne, les errements sont plus faciles à combattre.
Ils ne devaient pas mentir, s'abstenir de tout vice, de toute méchanceté, être simplement de Bons Chrétiens selon les Évangiles, ce qui conduisit inévitablement à l'édification des chrétiens, bien que le catharisme touchât essentiellement une population bourgeoise ou noble, sauf dans la dernière période. Les parfaits ne devaient évidemment pas tuer, mais cela s'appliquait également aux animaux.
L'interdiction de mentir, ainsi que l'interdiction de jurer, fut largement utilisée par les inquisiteurs pour identifier et pourchasser les bons chrétiens.
Ils devaient s'abstenir de toute consommation de produits de la fornication. En cela ils s'interdisaient toutes viandes (excepté le poisson) ainsi que le lait et les produits dérivés. On pense que la consommation du poisson était liée à la méconnaissance des phénomènes de reproduction de ces animaux (à vérifier).
Le jeûne était de pratique courante mais, le jeûne le plus strict prévoyait du pain et de l'eau. L'endura, qui servit à accuser les bons hommes de suicide, est en fait un jeûne suivant le consolament et qui a pu conduire certains bons chrétiens à la mort pendant l'inquisition en raison de situation particulières (mourants ou blessés consolés in extremis). En aucun cas les cathares ne validaient le suicide, pas plus que toute autre mort donnée volontairement.
Dernière obligation faite surtout aux hommes : la prédication. Les parfaits devaient prêcher le salut par l'ordination du consolament et la morale évangélique. Cette prédication se faisait dans les maisons ateliers, mais également étant invités par des fidèles ou sur la place publique.
Finalement, trois carêmes annuels étaient pratiqués.

Quan Yang
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 10/05/2008 00:29:53    Sujet du message: dangers du mythe chrétien Répondre en citant

Les anglicans ont trois professions de foi, le Credo de Nicée, le Credo de Saint-Athanase et le Credo des apôtres, qui datent tous de l'époque de l'ancienne Église chrétienne.

La doctrine de l'Église anglicane est définie dans les 39 articles de la religion.

Code de moralité

Le code de moralité est fondé sur les dix commandements et les enseignements de Jésus-Christ.

Les anglicans s'efforcent de suivre l'exemple de compassion, de justice, de clémence, de respect et d'amour du prochain qu'a donné le Christ.

Les anglicans croient également au principe « d'intendance » selon lequel tout élément de la création (y compris les talents, les habiletés et les ressources financières individuelles)*** est un don de Dieu, qui croit fermement que ce don sera utilisé sagement et de façon responsable



***Et nos fautes alors sont-elles aussi un don de Dieu qui croit fermement que nous devons avoir des handicaps sur notre chemin Question cause
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 10/05/2008 00:39:08    Sujet du message: dangers du mythe chrétien Répondre en citant

Quan Yang a écrit:
alors je préciserai le mythe chrétien véhiculé par l'église catholique romaine.
Quan Yang


Un mythe étant une légende, un récit populaire mettent en scène des êtres surhumains, on peut donc en déduire que toute croyance spirituelle est un mythe.
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Albedo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 10/05/2008 02:42:39    Sujet du message: dangers du mythe chrétien Répondre en citant

Teiwas a écrit:
Quan Yang a écrit:
alors je préciserai le mythe chrétien véhiculé par l'église catholique romaine.Quan Yang


Un mythe étant une légende, un récit populaire mettent en scène des êtres surhumains, on peut donc en déduire que toute croyance spirituelle est un mythe.

présisément, comme l'affirmais boudha, toute conception de l'esprit individuel est illusion.

vous êtes donc des êtres totalement libres de toute authorité morale puisque aucune n'aurai de fondation intrinsèquement vraie.

a mes yeux seul dieu est vérité, éternel il a été il est et sera toujours. et si boudha enseigna comment purifier notre perception des illusions jésus nous enseigna comment atteindre la vérité absolue.

si par contre on dois en croire la torah alors la chréation divine contient également des éléments objectifs universellement reconnaissables et qui témoignes de l'action du chréateur pour structurer la chréation.

les divers niveaux de chréations et de manifestations étants des faits universellement reconnaissables il ne s'agirait alors pas de mythes mais de faits.

a mon avi un critère pour distinguer une vérité absolue est que cette vérité est reconnaissable par n'importe qui dans les conditions nécessaires pour la reconnaitre.

nous respirons par exemple est un fait incontestable.

nous pensons est également un fait incontestable. nous avons accès a divers niveau de pensées qui nous donne accès a diverses idées et niveau d'inspirations... ca c'est pas encore reconnu mais ca vas surement venir...

la causalité est une vérité incontestable, toute action entraine une réaction qui a son tour entraine une autre réaction dans un cycle infini.

faire reconnaitre que tout a un but et que notre seule erreur a été de ne pas reconnaitre la sagesse du chréateur? et notre devoir de laisser pénétrer en nous sa sagesse. alors seulement aurons nous la juste perception de toute choses d'en haut comme d'en bas.

ca non plus pas évident encore a reconnaitre comme un fait. il faudrai surement élaborer sur ce point.

cela dis je suis de plus en plus convaincu qu'il s'agit de vérités objectives universellement reconnaissables par n'importe qui se manifestent si les circonstances nécessaire pour reconnaitre ces vérités sont mises en place.

la vérité enseignée a été éparpillée... a nous d'en recoller les morceau et de la présenter de facon universellement comprehensible.

Quan Yang
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 10/05/2008 03:20:13    Sujet du message: dangers du mythe chrétien Répondre en citant

Quan Yang a écrit:

1.présisément, comme l'affirmais boudha, toute conception de l'esprit individuel est illusion.

2.a mes yeux seul dieu est vérité, éternel il a été il est et sera toujours. et si boudha enseigna comment purifier notre perception des illusions jésus nous enseigna comment atteindre la vérité absolue.

3.si par contre on dois en croire la torah alors la chréation divine contient également des éléments objectifs universellement reconnaissables et qui témoignes de l'action du chréateur pour structurer la chréation.

les divers niveaux de chréations et de manifestations étants des faits universellement reconnaissables il ne s'agirait alors pas de mythes mais de faits.

Quan Yang


1.Si tout est illusion, toute conception de Dieu en est une.

2.(i)Dieu , être surhumain est donc un mythe
(ii) si on admet que tout est illusion,comment peut-on en clarifier la perception ? tu vois le mirage ou tu ne le vois pas Laughing

3.Partant de points 1 & 2,comment peut-on parler d' éléments objectifs ? les divers niveaux d'existence et de ses manifestations sont en effet universellement reconnaissables , mais il y a bien plus d'une explication en dehors de la théorie de la création

Le mystere de la création par un être divin fait partie des croyances et non pas de la vérité universelle.
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 07/12/2016 22:16:58    Sujet du message: dangers du mythe chrétien

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Au-delà de l'Essence - further that our Essence -> Sagesse-wisdom -> Archives 2007-2009 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com