Forum sans frontières-without boundary Index du Forum

Forum sans frontières-without boundary


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Notice board-Panneau d'affichage 
Invité
Notre forum a une autre adresse http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php où nous vous attendons
Ce site n'est maintenant que les ARCHIVES de " Connaître le Monde Forum sans frontières "

Our forum has a new address http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php where we are waiting for you
This site is only the archives of " Connaître le Monde Forum sans frontières "
Je propose un nouveau sujet : Les POESIES DU MONDE
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Au-delà de l'Essence - further that our Essence -> poésie- poetry -> Archives 2007-2009
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aliénor
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 24/01/2007 11:43:05    Sujet du message: Je propose un nouveau sujet : Les POESIES DU MONDE Répondre en citant

Mon combat, c'est la poésie. La poésie sans frontières. La faire connaître, la faire aimer. la faire vivre ou la redécouvrir. Mes propres écrits n'étant qu'un accident de poésie, une goutte d'eau dans l'océan des mots.


Lorsque cela est possible, nous pourrions peut-être mettre aussi l'original, puisque ce site est "sans frontières". Il suffira de le demander.
Je commence avec un poème de langue allemande de Johannes Kühn. Bien que je n'aie aucune connaissance de la langue allemande, je peux recopier l'original , je pense si quelqu'un est intéressé.

Vieux mineur

Es-tu allé dans la nuit...
Je connais
La nuit , c'est la roche
De mes mains j'ai frappé,
des battoirs mes mains à force.
Ils sont partis en fumée
les charbons que j'ai abattus,
et dans les airs
se sont dissipées les fumées,
et dans les poêles des blancs hivers
elle est morte
la chaleur.

A la place des mains des battoirs.

Mais ils ne sont pas morts
les gens dans le froid
des blancs hivers.
A l'usine, qui fumait de toutes ses cheminées,
ce que j'ai abattu
est devenu fer
il sert pour les voitures
et étaye les maisons

Habite! vis! tout va bien,
mes mains sont des battoirs:
pas pour rien.

traduction de Claude Vercey

.......................................................................................................................

Alter bergmann

Bist du in der Nacht gegangen-
ich kenn
die Nacht, die Gestein ist.
Ich schlug mir die Hände zu Brettern.
Es sind verraucht
die Kohlen, die ich gebrochen,
es sin die Rauschschwaden
vergangen in Luft,
es its in öfen
des weiben Winter
die Wärme
gertorben.

Mir sind die Hände zu Brettern geworden.

Gestorben sind nicht die Menschen
in Kälte
der weiben Winter.
In Fabriken, who durch Schornsteine rauchte,
was is geworden,
das dient as Wagen,
als Träger in Häusen.

Wohnt! Lebt! Whie gut,
mir sind die Hände zu Brettern geworden
nicht umsonst.

Johannes Kühn


Dernière édition par Aliénor le 27/01/2007 10:48:30; édité 4 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 24/01/2007 11:43:05    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 24/01/2007 11:55:18    Sujet du message: Je propose un nouveau sujet : Les POESIES DU MONDE Répondre en citant

Excellente idée :ok: mais:faut-il mettre l'original et la traduction? car souvent le poème perd de sa beauté lorsqu'il est traduit Exclamation
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 24/01/2007 12:06:10    Sujet du message: Je propose un nouveau sujet : Les POESIES DU MONDE Répondre en citant

ADVANCE AUSTRALIA FAIR (National Anthem)

Australians all let us rejoice,
For we are young and free;
We've golden soil and wealth for toil;
Our home is girt by sea;
Our land abounds in nature's gifts
Of beauty rich and rare;
In history's page, let every stage
Advance Australia Fair.
In joyful strains then let us sing,
Advance Australia Fair.

Réjouissons -nous jeunes Australiens
Car nous sommes sans liens
Nous avons richesses et travail
Les mers embrassent nos plages
La terre est bénie par nature
D'une beauté rare et pure
Laissons l'Histoire écrire tes pages
Australie équitable
A l'unissons chantons c'refrain
Avançons Australiens!!!

Traduit par votre humble "moi" oeil
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle


Dernière édition par Teiwas le 24/01/2007 12:35:42; édité 1 fois
Revenir en haut
Fred
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2007
Messages: 143
Australia

MessagePosté le: 27/01/2007 06:36:06    Sujet du message: Je propose un nouveau sujet : Les POESIES DU MONDE Répondre en citant

There’s Only The Two Of Us Here

I camped one night in an empty hut on the side of a lonely hill.

I didn’t go much on empty huts, but the night was awful chill.

So I boiled me billy and had me tea and seen that the door was shut.

Then I went to bed in am empty bunk by the side of the old slab shed.


It must have been about twelve o’clock – I was feeling cosy and warm –

When at the foot of me bunk I sees a horrible ghostly form

It seemed in shape to be half an ape with a head like a chimpanzee

But wot the hell was it doin there, and wot did it want with me?


You may say if you please that I had DTs or call me a crimson liar,

But I wish you had seen it as plain as me, with it’s eyes like coals of fire.

Then it gave a moan and a horrible groan that curdled me blood with fear,

And ‘There’s only the two of us here,’ it ses. ‘There’s only the two of us here!’


I kept one eye on the old hut door and one on the awful brute;

I only wanted to dress meself and get to the door and scoot.

But I couldn’t find where I’d left me boots so I hadn’t a chance to clear

And, ‘There’s only the two of us here,’ it moans. ‘There’s only the two of us here!’


I hadn’t a thing to defend meself, not even a stick or stone,

And ‘There’s only the two of here!’ It ses again with a horrible groan.

I thought I’d better make some reply, though I reckoned me end was near,

‘By the Holy Smoke, when I find me boots, there’ll be only one of us here.’


I get me hands on me number tens and out through the door I scoots,

And I lit the whole of the ridges up with the sparks from me blucher boots.

So I’ve never slept in a hut since then, and I tremble and shake with fear

When I think of the horrible form wot moaned, ‘There’s only the two of us here!’

Edward Harrington
Revenir en haut
Aliénor
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 27/01/2007 09:52:58    Sujet du message: Fable Répondre en citant

Erase una vez
Un lobito bueno
Al que maltrataban
Todos los corderos

Y habia también
Un principe malo
Una bruja hermosa
Y un pirata honrado

Todas estas cosas habia una vez
Cuando yo sonaba
Un mundo al revés.

José Agustin Goytisolo

......................................
Il était une fois
un bon petit loup
maltraité par tous
tous les agnelets

Toutes ces choses étaient une fois
quand je rêvais le monde
à l' endroit, à l'envers.
Revenir en haut
Aliénor
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 27/01/2007 10:04:23    Sujet du message: Je propose un nouveau sujet : Les POESIES DU MONDE Répondre en citant

ACEITUNEROS
Andaluces de Jaén,
aceituneros altivos,
decidme en el alma: ¿quién,
quién levantó los olivos?

No los levantó la nada,
ni el dinero, ni el señor,
sino la tierra callada,
el trabajo y el sudor.

Unidos al agua pura
y a los planetas unidos,
los tres dieron la hermosura
de los troncos retorcidos.


¡Cuántos siglos de aceituna,
los pies y las manos presos,
sol a sol y luna a luna,
pesan sobre vuestros huesos!

Andaluces de Jaén,
aceituneros altivos,
pregunta mi alma: ¿de quién,
de quién son estos olivos?

Jaén, levántate brava
sobre tus piedras lunares,
no vayas a ser esclava
con todos tus olivares

Miguel Hernandez


............................................................
Dites, andalous de Jaén
Altiers ramasseurs d'olives
Dites-moi du fond du coeur
Qui a fait naître l'olivier?

Ce ne fut pas le néant
ni l'argent ni le seigneur
mais la terre silencieuse
le travail et la sueur.


Avec l'aide de l'eau pure
et aux planètes unis
ils ont donné à eux trois
la beauté des troncs tordus.

Combien de siècles d'olives
attachés là, pieds et mains
de l'aurore au clair de lune
pèsent leur poids sur vos reins

Jaén dresse ton courage
sur tes grands rochers de lune
tu ne vas pas être esclave
avec tous tes oliviers....
Revenir en haut
Fan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 27/01/2007 10:42:53    Sujet du message: Edgar Allan Poe - Répondre en citant


A dream within a dream


Take this kiss upon the brow!
And, in parting from you now,
Thus much let me avow_
You are not wrong, who deem
That my days have been a dream;
Yet if Hope has flown away
In a night, or in a day,
In a vision, or in none,
Is it therefore the less GONE?
ALL that we see or seem
Is but a dream within a dream.


I stand amid the roar
Of a surf-tormented shore,
And I hold within my hand
Grains of the golden sand_
How few ! yet how they creep
Through my fingers to the deep,
While I weep_while I weep!
O God! Can I not grasp
Them with a tighter clasp?
O God! Can I not save
ONE from the pitiless wave?
Is all that we see or seem
But a dream within a dream?



Edgar Allan Poe







Un rêve dans un rêve


Reçois ce baiser sur le front!
Et, puisque que c'est l'heure de te quitter
Alors c'est bien haut que j'avoue
Tu n'as pas tort, toi qui juges
Que mes jours ont été un rêve;
Et si l'Espoir s'est enfui
Pendant la nuit ou pendant le jour
Dans une vision ou dans aucune,
Pour autant s'en est-il moins allé?
TOUT ce que nous voyons ou paraissons
N'est qu'un rêve dans un rêve.


Je me tiens au coeur rugissant
D'une grève que les brisants tourmentent,
Et je tiens dans la main
Des grains du sable d'or
Bien peu! et encore comme ils se défilent
A travers mes doigts vers l'abîme
Pendant que je pleure_pendant que je pleure!
O Dieu! Que ne les puis-je étreindre
D'une poigne plus ferme?
O Dieu! Que n'en puis-je sauver
UN de la houle sans pitié?
TOUT ce que nous voyons ou paraissons n'est-il
Qu'un rêve dans un rêve?



Traduit par: Gilles de Seze

Merci Aliénor pour se sujet très sympathique - quel beau partage
love
Revenir en haut
johal
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 27/01/2007 12:12:58    Sujet du message: Oies sauvages Répondre en citant

Le Vol en V des oies sauvages

Elles ont tracé la seule et unique
lettre qu'elles savent écrire,
V magnifique
dans le ciel de leur exil.

Elles laissent quelque chose après elles,
elles emportent quelque chose
par-delà les nuages ;
pour cette beauté existentielle,
grâces vous soient rendues, oies sauvages.

Car il a suffi d'une seule et unique lettre
dans le ciel démesurément gris
pour que, mieux qu'une bibliothèque,
vous donniez corps à notre nostalgie.

Ismaïl KADARE (albalnais)

Flutuimi i patave
të egra në formë V-je

E krijuan gërmën
e vetme që dinë :
V-në superbe,
dhe u nisën për fluturim.

Diçka lënë pas,
diçka marrin mbi re.
Faleminderit, pata,
për aq sa bëtë për ne.

Me një gërmë të vetme
në qiellin e madh
sa një raft librash
na zgjuat mall.

(si vous relevez des fautes d'ortographe dans le texte albanais, n'hésitez pas à les signaler!!!)
Revenir en haut
Dany
Membre confirmé
Membre confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2007
Messages: 304
France

MessagePosté le: 27/01/2007 13:29:05    Sujet du message: mes neurones transpires Répondre en citant

Mes propres écrits n'étant qu'un accident de poésie, une goutte d'eau dans l'océan des mots.

le poème est beau.............. mais ta phrase est vraiment belle aussi .............bises...........DANY
_________________
dany qui prend le temps
Revenir en haut
Aliénor
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 28/01/2007 12:24:17    Sujet du message: en OCCITAN Répondre en citant

[[color=#6633cc]b]De cap ta l'immortéla.

L 'immortéla, en francés, qu 'ei l'edelweis.
Qu 'ei la flor blanca de la montanha nauta.
e tà l'anar cercar, que cau estar véra valent ... o véra amorós...
.......................................................................
S'ei un pais e una flor
E una flor, e una flor
Que l'aperam la de l'amor
La de l'amor, la de l'amor.

Haut Peirot, vam caminar, vam caminar
De cap ta l'immortéla,
Haut Peirot, vam caminar, vam caminar
Lo pais vam cercar.

Au som deu mailh que ia una lutz
Qu'i cau guardar los uelhs dessus
Los uelhs dessus, los uelhs dessus.

Qu'ens cau traucar tot los segas
Tot los segas, tot los segas:
T'ans arrapar sonque las mans
Sonque las mans, sonque las mans.

Las veiaram pas jamei la fin
Jamei la fin , jamei la fin
La libertt qu'ei lo camin,
Qu'ei lo camin, qu'ei lo camin.

Après lo malh, un aute malh,
un aute malh, un aute malh
Après la lutz, un aute lutz
Un aute lutz, un aute lutz....

Los de Nadau

................................................................................................
L'immortelle en français, c'est l'edelweiss. C'est la fleur blanche de la montagne haute.
Et , pour aller la chercher, il faut être très vaillant...ou très amoureux. On ne sait jamais si on va la trouver.....Après une autre montagne , s'en dessine une autre...Ne jamais se décourager. Quand j'étais jeune, j'ai eu la joie d'aller à la recherche de l'immortelle et j'en ai gardé une longtemps, longtemps...elle y est peut-être encore dans un coin de mon porte-carte....Aliénor
.................................................................................................
Je sais un pays et une fleur
Qu'on dit être celle de l'amour.

Viens , Petit Pierre, on va faire chemin ensemble
Vers l'immortelle.
Viens Petit Pierre, ensemble
on va chercher le pays.

En haut de la montagne, il y a une lumière
Il faut y garder les yeux fixés.....

Il faut traverser les ronces
Pour s'accrocher uniquement avec les mains....

Peut-être qu'on ne verra jamais la fin
La liberté fait son chemin...

Après la montagne, une autre plus haute encore
Après la lumière, une autre lumière encore

Viens, Petit Pierre........[/b][


Dernière édition par Aliénor le 06/02/2007 19:44:36; édité 1 fois
Revenir en haut
Aliénor
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 29/01/2007 22:52:18    Sujet du message: RAFAEL ALBERTI Répondre en citant

Si mi voz muriera en tierra,
Llevadla al nivel del mar
Y dejadla en la ribera.

llevadla al nivel del mar
Y nombradla capitana
De un blanco baje de guerra.

Oh mi voz condecorada
Con la insignia marinera:
Sobre el corazon un ancla
Y sobre el ancla una estrella
Y sobre la estrella el viento
Y sobre el viento la vela!

Rafael Alberti
.....................................................................................

Si ma voix meurt à terre
Portez-là au niveau d ela mer
Et laissez-la sur le rivage

Portez-là au niveau de la mer
Et nommez-la capitaine
D'un blanc bateau de guerre

Oh ma voix décorée
D'une insigne maritime:
Sur le coeur une ancre
Et sur l'ancre une étoile
Et sur l'étoile le vent
Et sur le vent la voile!
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 06/02/2007 02:20:46    Sujet du message: Je propose un nouveau sujet : Les POESIES DU MONDE Répondre en citant

Poésie Améridienne que nos amis Canadiens doivent certainement connaître:
Les yeux de Geronimo
Dans les yeux de Geronimo , on y a souvent puisé des mots
De son regard il remplissait un étendard
Sa présence était une foule à lui tout seul
Sa stratégie et son génie en détruit plus d'un.
Moi ce que je perçois dans son regard,
C'est une homme qui aimait son peuple plus
que sa vie.
Philippe Fontaine

http://lesindiensdenormandie.nuxit.net/mespoemesamerindiens.html[/center]
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Oldtimer
Nouveau Membre
Nouveau  Membre

Hors ligne

Inscrit le: 11 Jan 2007
Messages: 23
Turquie

MessagePosté le: 06/02/2007 17:50:09    Sujet du message: Toward freedom Répondre en citant

Whaddya waitin’ for, pop, jump in the sea!
Forget who’s waitin for you back there.
Don’t you see: Freedom is all around you.
Be the sail, the oar, the rudder, the fish, the water
And go, go wherever you can.
(Orhan Veli)
_________________
Oldtimer
Revenir en haut
Nerwen
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 06/02/2007 23:55:04    Sujet du message: Je propose un nouveau sujet : Les POESIES DU MONDE Répondre en citant

JARDIN

Nubes a la deriva, continentes
Sonambulos, paises sin substancia
ni peso, geografias dibujadas
por el sol y borradas por el viento.

Cuatro muros de adobe. Buganvillas :
en sus llamas pacificas mis ojos
se bañan. Pasa el aire entre murmullos
de follajes y yerbas de rodillas.

El heliotropo con morados pasos
cruza envuelto en su aroma. Hay un profeta :
el fresno – y un meditabundo : el pino.
El jardin es pequeno, el cielo immenso.

Verdo sobreviviente en mis escombros :
en mis ojos te miras y te tocas,
te conoces en mi y en mi te piensas,
en mi duras y en mi te desvaneces"


Octavio Paz

JARDIN

"Nuages à la dérive, continents
somnambules, pays sans substance
ni poids, géographies dessinées
par le soleil, effacées par le vent.

Quatre murs de terre. Bougainvilliers :
dans leurs flammes pacifiques mes yeux
se baignent. Passe l'air entre des murmures
de feuillages et d'herbes à genoux.

L'héliotrope aux pas violets
croise enveloppé de son parfum. Il y a un prophète :
le frêne — et un méditatif: le pin.
Le jardin est petit, le ciel immense.

Verdeur qui survit dans mes décombres :
dans mes yeux tu te vois et te touches,
tu te connais en moi et en moi tu penses,
en moi tu dures et en moi disparais."
Revenir en haut
Aliénor
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 07/02/2007 12:13:45    Sujet du message: Japon Répondre en citant

Je ne m'adosserai à rien

Finalement
je ne m'adosserai à aucune pensée
Finalement
je ne m'adosserai à aucune religion
Finalement je ne m'adosserai à aucun savoir
Finalement je ne m'adosserai à aucun pouvoir

Vivre longtemps m'a appris au plus profond du coeur
A ne croire que ce que je vois et entends moi-même
A ne me tenir que sur mes propres jambes
Face à l'adversité
Si je devais m'adosser à quelque chose
Ce serait seulement à un dossier de siège.

NORIKO IBARAGI

traduction de Camille Loivier
* le verbe "yoru' "s'adosser" "prendre appui sur" "dépendre de" contient un caractère d'écriture similaire au mot "siège"
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 04/12/2016 08:04:35    Sujet du message: Je propose un nouveau sujet : Les POESIES DU MONDE

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Au-delà de l'Essence - further that our Essence -> poésie- poetry -> Archives 2007-2009 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com