Forum sans frontières-without boundary Index du Forum

Forum sans frontières-without boundary


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Notice board-Panneau d'affichage 
Invité
Notre forum a une autre adresse http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php où nous vous attendons
Ce site n'est maintenant que les ARCHIVES de " Connaître le Monde Forum sans frontières "

Our forum has a new address http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php where we are waiting for you
This site is only the archives of " Connaître le Monde Forum sans frontières "
La Genèse ...Au Commencement

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Au-delà de l'Essence - further that our Essence -> Sagesse-wisdom -> Archives 2007-2009
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 14/11/2007 09:11:49    Sujet du message: La Genèse ...Au Commencement Répondre en citant

Au commencement Dieu créa le ciel et la terre.-- Genèse 1 : 1
C'est avec cette beauté, cette majesté et cette simplicité que commence le récit génésiaque de la création.

Ce qui suit (copié) est une analyse de la Genèse, et présenter les différentes formes de lectures et de compréhension
Citation:
L'analyse du chapitre 1 de la Genèse n'est pas aussi simple et évidente qu'elle ne parait à la suite d'une lecture superficielle du texte biblique.

Les interprétations modernes de la cosmogonie biblique dans Genèse 1 sont extrêmement compliquées et se partagent entre les non littérales et les littérales. Nous décrirons brièvement sept de ces interprétations et évaluerons chacune à la lumière des données bibliques.
Principales interprétations de Genèse 1

Interprétations non littérales
Les spécialistes qui soutiennent une interprétation non littérale de la Genèse abordent le problème de différentes manières. Certains voient Genèse 1 comme de la mythologie,1 d'autres comme de la poésie ;2 certains considèrent ce chapitre comme de la théologie3 et enfin d'autres comme du symbolisme.4
Toutes ces interprétations non littérales supposent que le récit génésiaque de la création n'est pas un compte-rendu historique littéral et évident de la création.



Interprétations littérales
Ceux qui acceptent une lecture littérale du récit de la création différent aussi dans leur approche de la cosmogonie biblique de Genèse 1. Nous pouvons distinguer trois conceptions.
L'idée de l'intervalle actif. Cette idée est aussi connue sous le nom de théorie de la restauration. Selon cette théorie,5 Genèse 1 : 1 décrit une création parfaite à l'origine ayant eu lieu à une époque inconnue remontant à des millions ou des milliards d'années. Satan gouvernait ce monde, mais à cause de la rébellion (Es. 14 : 12-17) le péché était entré dans l'univers. Dieu jugea la rébellion et la réduisit à l'état de dévastation et de chaos décrit dans Genèse 1 : 2. Ceux qui soutiennent cette idée traduisent Genèse 1 : 2 par « la terre devint informe et vide ».
Genèse 1 : 3 et les versets suivants présentent donc un récit de la dernière création dans laquelle Dieu restaure ce qui avait été détruit. On fait habituellement coïncider la colonne stratigraphique avec l'époque de la première création (Gen. 1 : 1) et du chaos qui lui a succédé et non pas avec le déluge biblique.
L'idée de la pré création « informe et vide ». Selon cette interprétation les termes hébreux tohubohu (« vide ») dans Genèse 1 : 2 décrivant l'état « informe et vide » de la terre. Le texte se réfère à un état antérieur à la création dont il est parlé dans la Bible. Cette idée a deux variantes fondées sur deux analyses grammaticales différentes. (« informe ») et
La première variante voit Genèse 1 : 1 comme un proposition subordonnée, entrant en parallèle avec les récits extra-bibliques de la création de l'ancien Proche-Orient.6 D'où la traduction proposée : « Quand Dieu commença à créer le ciel et la terre. » Ensuite Genèse 1 : 2 équivaut à une parenthèse décrivant l'état de la terre quand Dieu commença à créer (« La terre était... ») et Genèse 1 : 3 et les verset suivants décrivant la véritable activité créatrice (« Et Dieu dit... »).
L'autre variante principale prend Genèse 1 : 1 comme une proposition indépendante et comme un énoncé résumé, une introduction formelle ou un titre qui est ensuite détaillé dans le reste du récit.7 Genèse 1 : 2 est considéré comme une proposition circonstancielle liée au verset 3 : « Maintenant la terre était informe et vide... Et Dieu dit : Que la lumière soit. »
Dans cette idée de la pré création informe et vide, étayée par l'une ou l'autre des analyses grammaticales mentionnées ci-dessus, la Genèse ne présente pas un commencement absolu du temps dans le cosmos. La création ex nihilo n'est pas impliquée et il n'y a pas d'indication de l'existence de Dieu avant la matière. Rien n'est dit de la création de la matière originelle décrite dans le verset 2. Les ténèbres, l'abime et l'eau de Genèse 1 : 2 existaient déjà au moment de l'activité créatrice de Dieu.
Nous pourrions noter en passant une autre variante de la pré création. Elle considère le verset 2 comme une proposition subordonnée « quand... », mais elle diffère de la première variante dans l'interprétation des mots tohu et bohu et des mots « ténèbres » et « abime », tous signifiant « néant ». Ainsi le verset 1 est vu comme un résumé ; le verset 2 dit qu'au début il y avait le « néant » et le verset 3 décrit le commencement du processus créateur.8
L'idée de l'« informe et vide » initial. Cette idée représente une troisième interprétation littérale de la cosmogonie biblique. C'est la conception traditionnelle, qui a le soutien de la majorité des interprètes juifs et chrétiens à travers l'histoire.9 Selon cette interprétation, Genèse 1 : 1 déclare que Dieu créa à partir de rien la matière originelle, appelée ciel et terre, au commencement absolu. Le verset 2 précise qu'à sa création la terre était au début dans un état de tohu et bohu, informe et vide. Les versets 3 et suivants décrivant alors le processus divin du modelage de l'informe et du remplissage du vide.
Cette interprétation a deux variantes. Certains voient les versets 1 et 2 comme partie intégrante du premier jour de la semaine de la création en sept jours. Cette variante peut-être appelée « absence d'intervalle ».10 D'autres voient les versets 1 et 2 comme une unité chronologique séparée par un intervalle de temps du premier jour de la création décrit au verset 3. Cette variante est habituellement appelée « intervalle passif ».11
évaluation


L'espace ne permet pas une évaluation détaillée de tous les pour et contre de chacune des conceptions que nous avons résumées, mais nous présenterons le cadre fondamental des données bibliques dans la mesure où elles se rapportent aux théories sur l'origine et l'existence primitive de la matière et de la vie.


Interprétations non littérales
En considérant toutes les interprétations non historiques et non littérales, nous devons tenir compte de deux faits bibliques importants :
1. Le genre littéraire des chapitres 1 à 11 de la Genèse indique la nature littérale intentionnelle du récit.12 Le livre de la Genèse est structuré par le mot « générations » (toledoth en hébreu) en relation avec chaque section du livre (13 fois). C'est un mot utilisé ailleurs dans le cadre des généalogies concernées par le compte-rendu fidèle du temps et de l'histoire. L'utilisation de toledoth dans Genèse 2 : 4 montre que pour l'auteur le récit de la création était destiné à être tout aussi littéral que le reste des récits de la Genèse.13 D'autres auteurs bibliques prennent les chapitres 1 à 11 de la Genèse comme littéraux. En fait, tous les auteurs du Nouveau Testament se réfèrent bien à Genèse 1-11 comme à un récit littéral.14
2. La logique interne indique aussi que le récit de la création ne doit pas être pris symboliquement comme sept longues périodes se conformant au modèle de l'évolution, comme l'ont suggéré de nombreux spécialistes de la critique et de la théologie. Les termes « soir » et « matin » signifient un jour littéral de 24 heures. Ailleurs dans les écritures, le mot jour accompagné d'un nombre ordinal est toujours littéral. Si les jours de la création sont symboliques, Exode 20 : 8-11 commémorant un sabbat littéral n'est pas compréhensible. Les références à la fonction du soleil et de la lune comme signes pour les saisons, les jours et les années (Gen. 1 : 14) indiquent aussi un temps littéral et non pas symbolique. Nous devons donc conclure que Genèse 1 : 1 à 2 : 4a indique une création en sept jours littéraux successifs de 24 heures.15
Quoique les interprétations non littérales doivent être rejetées dans ce qu'elles nient (à savoir la nature historique littérale du récit de la Genèse), elles portent cependant un élément de vérité dans ce qu'elles affirment. Genèse 1-2 est concerné par la mythologie, non pour affirmer son interprétation mythologique, mais en tant qu'argument contre la mythologie de l'ancien Proche-Orient.16 Genèse 1 : 1 à 2 : 4 est très probablement structuré d'une façon similaire à celle de la poésie hébraïque (parallélisme synthétique),17 mais la poésie ne nie pas l'historicité (voir par exemple Exode 15, Daniel 7 et environ 40 pour cent de l'Ancien Testament, qui sont de la poésie).
Genèse 1-2 présente une théologie d'une grande profondeur : doctrines de Dieu, de la création, de l'humanité, du sabbat et ainsi de suite. Mais la théologie dans les Ecritures n'est pas opposée à l'histoire. En fait la théologie biblique est enracinée dans l'histoire. De même, il y a un profond symbolisme dans Genèse 1. Par exemple le langage du jardin d'Eden et des occupations d'Adam et Eve fait clairement allusion à l'imagerie du sanctuaire et au travail des Lévites (voir Exode 25 à 40).18 Le sanctuaire d'Eden est donc un symbole ou type du sanctuaire céleste. Mais ce n'est pas parce qu'il porte au-delà de lui-même qu'il amoindrit sa propre réalité littérale.
Gerhard von Rad, un spécialiste de la critique, qui refuse d'accepter ce que Genèse 1 affirme, confesse pourtant honnêtement : « Ce qui est dit ici (Genèse 1) se veut vrai intégralement et exactement tel qu'il est. »19
Nous affirmons donc la nature historique littérale du récit de la Genèse. Mais laquelle des interprétations littérales est correcte ?

Interprétations littérales
D'abord, nous devons immédiatement rejeter la théorie de la restauration ou de l'intervalle actif simplement sur des bases grammaticales. Genèse 1 : 2 contient clairement trois propositions nominales, et en hébreu ces propositions expriment fondamentalement quelque chose de passif, un état,20 et non pas une séquence ou une action. Selon les règles de la grammaire hébraïque, nous devons traduire « la terre était informe et vide » et non pas « la terre devint informe et vide ». La grammaire hébraïque ne laisse aucune place à la théorie de l'intervalle actif. Qu'en est-il de la pré création informe et vide dans laquelle l'état de tohu-bohu de Genèse 1 : 2 vient avant la création divine ? Certains soutiennent cette idée en traduisant le verset 1 par une proposition subordonnée. Mais les principales séries d'arguments sont en faveur de la lecture traditionnelle de Genèse 1 : 1 comme une proposition indépendante : « Au commencement Dieu créa le ciel et la terre. » Ceci comprend les arguments venant des accents hébraïques, toutes les anciennes versions, les considérations lexicales, grammaticales, syntactiques et stylistiques, les contrastes avec les histoires de l'ancien Proche-Orient.21 Le poids de l'évidence me conduit à retenir la lecture traditionnelle.
D'autres soutiennent la pré création informe et vide en interprétant Genèse 1 : 1 comme un résumé de tout le chapitre (la véritable création ne commençant qu'au verset 3). Mais si Genèse 1 ne commence qu'avec un titre ou un résumé, le verset 2 contredit alors le verset 1. Dieu crée la terre (verset 1), mais la terre existe avant sa création (verset 2). Cette interprétation ne peut tout simplement pas expliquer la référence à l'existence d'une terre déjà au verset 2. Elle interrompt la continuité entre le verset 1 et le verset 2 dans l'usage du terme terre.22 Je conclus donc que Genèse 1 : 1 n'est pas simplement un résumé ou un titre de tout le chapitre. Contre la suggestion que tous les mots dans Genèse 1 : 2 impliquent simplement le « néant », il faut observer que le verset 3 et les suivants ne décrivant pas la création de l'eau, mais supposent son existence antérieure. Le mot tehom, « abime », combiné avec tohu et bohu (comme dans Jér. 4 : 23) ne semblent pas se référer au « néant », mais plutôt à la terre dans un état informe et vide couvert par l'eau.
Ceci nous conduit à la position de l'informe et vide initial. Une simple lecture de l'enchainement dans la pensée de Genèse 1 : 1-3 a conduit la majorité des interprètes chrétiens et juifs dans l'histoire de l'interprétation à cette position, d'où son nom de conception traditionnelle

_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 14/11/2007 09:11:49    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Au-delà de l'Essence - further that our Essence -> Sagesse-wisdom -> Archives 2007-2009 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com