Forum sans frontières-without boundary Index du Forum

Forum sans frontières-without boundary


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Notice board-Panneau d'affichage 
Invité
Notre forum a une autre adresse http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php où nous vous attendons
Ce site n'est maintenant que les ARCHIVES de " Connaître le Monde Forum sans frontières "

Our forum has a new address http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php where we are waiting for you
This site is only the archives of " Connaître le Monde Forum sans frontières "
Les moines prient mais ne plient pas

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Our quotidien- Everyday life -> Nouvelles du Monde -World news -> Archives 2007-2009
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 25/09/2007 13:23:40    Sujet du message: Les moines prient mais ne plient pas Répondre en citant

Nous attendions cela depuis 45 ans", a dit un vieil homme de confession musulmane. "Je suis fière d'être bouddhiste", a surenchéri une femme en pleurant.

Des moines bouddhistes ont maintenu la pression vendredi sur le régime militaire birman en prenant la tête d'un nouveau défilé d'au moins 3.000 personnes qui ont marché pacifiquement, sous la pluie, dans les rues inondées de Rangoun, selon des témoins.
Le mouvement de protestation actuel contre les généraux apparaît comme le plus important depuis près de deux décennies.
Environ 1.500 bonzes, en robe couleur cannelle, ont traversé, pieds nus, la plus grande ville de Birmanie, attirant un nombre au moins équivalent de supporters, équipés de parapluies, qui ont spontanément quitté les trottoirs pour réciter avec eux des prières en faveur de la paix.
En chemin, des centaines de badauds ont applaudi le défilé.
La population, généralement apeurée, "est de plus en plus participative", a noté un diplomate occidental.
Depuis le début de la semaine, de jeunes moines sont à l'avant-garde du mouvement de protestation déclenché le 19 août contre la junte après l'augmentation massive des prix des carburants et des transports en commun, qui affecte durement la population de ce pays pauvre d'Asie du Sud-Est.
La manifestation de vendredi, qui rassemblait au départ quelque 500 moines, avait démarré dans l'est de Rangoun, sous une pluie battante. "Pratiquement toutes les rues sont inondées", a précisé un témoin, ajoutant: "Les moines ont de l'eau jusqu'aux genoux".
A un moment, les bonzes, qui portaient des drapeaux religieux multicolores, se sont arrêtés devant la municipalité de Rangoun. Leur nombre a alors augmenté, selon des journalistes sur place.
Une centaine de femmes ont formé une chaîne humaine devant les moines qui récitaient des prières et promettaient que "la paix et la sécurité prévaudraient" et que "la population ne subirait pas de mal".
De hauts responsables birmans se trouvaient à l'intérieur de la mairie mais les forces de sécurité n'étaient pas visibles autour de la place. De nombreux agents en civil se fondaient cependant dans la foule.
Les moines ont ensuite repris leur marche, alors que la nuit commençait à tomber, traversant le principal marché de la ville avant de retourner à une pagode d'où ils avaient lancé leur action près de six heures plus tôt.
Un autre rassemblement de quelque 200 bonzes s'était déroulé dans la matinée dans le nord de Rangoun.
Jeudi, trois défilés ayant rassemblé plus de 1.300 moines avaient été signalés dans la ville. La plus importante manifestation s'était déroulée à la pagode Sule, dans le centre, où des milliers de badauds avaient applaudi les religieux, malgré la pluie.
"Nous attendions cela depuis 45 ans", a dit un vieil homme de confession musulmane. "Je suis fière d'être bouddhiste", a surenchéri une femme en pleurant.
Alors que la junte a délibérément choisi de "temporiser", le caractère "répétitif" des manifestations religieuses accroît les risques de dérapage, a estimé un diplomate occidental.
En 1988, un soulèvement populaire avait été réprimé dans le sang en Birmanie. Des soldats avaient tiré dans la foule, faisant des centaines, voire des milliers de morts.
La Birmanie a été gouvernée par des juntes successives depuis 1962.
La principale opposante, Aung San Suu Kyi, 62 ans, est assignée à résidence à Rangoun depuis 2003. Elle a été privée de liberté pendant la majeure partie des 18 dernières années. Son parti avait largement remporté des élections en 1990 mais les généraux avaient rejeté les résultats.
Selon Amnesty International, plus de 150 personnes ont été arrêtées depuis le début du mouvement de protestation actuel, notamment parmi les partisans de Mme Suu Kyi.








Birmanie: environ 100.000 personnes manifestent à Rangoun AFP - 25.09.2007, 08:14






RANGOUN (AFP) - Environ 100.000 personnes, dont quelque 30.000 moines bouddhistes manifestaient pacifiquement mardi dans Rangoun malgré des mises en garde du régime militaire, selon des estimations citées par des témoins.
A 14H30 locales (08H00 GMT), les manifestants étaient rassemblés dans le secteur de la pagode Sule. Aucune force de sécurité en uniforme n'était visible dans le quartier, situé dans le centre-ville.
La manifestation avait commencé une demi-heure plus tôt à la célèbre pagode Shwedagon d'où sont partis tous les défilés depuis une semaine. "Nous devons être unis", scandaient les bonzes, alors que la foule grossissait.
Plus tôt, des responsables gouvernementaux circulant à bord de camions avait appelé la population à ne plus manifester, selon des témoins. "Nous prendrons des mesures conformément aux lois en vigueur", avaient-ils lancé se faisant l'écho de mises en garde citées par les organes de presse officiels.
Le régime militaire au pouvoir en Birmanie avait menacé lundi de "prendre des mesures" contre les moines bouddhistes dont le mouvement de protestation contre la junte s'est amplifié avec plus de 100.000 personnes qui ont défilé pacifiquement lundi dans Rangoun.
"Si les moines vont à l'encontre des règles et des règlements d'obéissance aux enseignements bouddhistes, nous prendrons des mesures conformément à la loi existante", a déclaré le ministre des affaires religieuses Thura Myint Maung, cité par la télévision d'Etat.
D'autres manifestations ont été signalées notamment dans le centre (Mandalay et Pakokku), et dans l'ouest (Sittwe). Il s'agit du plus sérieux défi aux militaires depuis la répression meurtrière de manifestations en faveur de la démocratie en 1988.
. Photo: Paz Pizarro (AFP)

Le régime du généralissime Than Shwe qui, habituellement, ne tolère aucune contestation, a jusqu'à présent adopté un profil bas, ne cherchant pas à réprimer le mouvement.
Des moines, en majorité jeunes, sont désormais à l'avant-garde d'un mouvement de protestation déclenché le 19 août par des opposants politiques après une augmentation des prix des carburants et des transports en commun.
La Chine a appelé mardi le gouvernement birman à gérer "correctement" le mouvement de protestation contre la junte militaire, tout en réaffirmant ne pas vouloir s'ingérer dans les affaires intérieures birmanes.
La Chine, principale alliée de Rangoun, souhaite "la stabilité et le développement économique de la Birmanie", a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Jiang Yu. "Nous espérons et nous sommes persuadés que le gouvernement et le peuple birmans géreront correctement la situation actuelle", a-t-elle ajouté.
Le dalaï lama, leader spirituel tibétain et autorité morale du bouddhisme, a apporté son "plein soutien" aux moines et appelé la junte à ne pas faire usage de la force.
Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon ainsi que l'Union européenne ont appelé la junte à faire preuve de "retenue".
Le mouvement de protestation contre la junte militaire en Birmanie, qui semble devoir se poursuivre, pourrait, selon des analystes, s'achever de deux façons avec soit une amorce de dialogue, soit une violente répression (3.000 morts) comme ce fut le cas en 1988. Les militaires, qui gouvernent la Birmanie depuis 45 ans, sont désormais confrontés à un mouvement de masse pacifique dirigé par des bonzes, profondément respectés dans le pays. "L'armée est habituée à réprimer tout mouvement pro-démocratie et n'a jamais hésité à le faire dans le passé", a rappelé Aung Naing Oo.
Une chose est sûre: ce qui avait commencé comme une timide tentative, par des opposants, de protester contre l'augmentation le 15 août des prix des carburants s'est transformé cette semaine en action populaire de masse contre les militaires.

Lors d'une manifestation dimanche, des slogans avaient été scandés en faveur d'un dialogue avec l'armée, de la réconciliation nationale et de la libération de la célèbre opposante Aung San Suu Kyi, seul Prix Nobel de la Paix privé de liberté dans le monde.
"(Les manifestations) pourraient se tarir, mais cela semble de moins en moins probable. Vous pourriez avoir une vive réaction du gouvernement, ce qui est plus probable", a estimé Mark Canning, l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rangoun. La Birmanie est une ancienne colonie britannique.
"La manière la plus évidente de sortir (de cette crise) est de s'asseoir avec les différentes parties impliquées dans tout ça et d'essayer de parvenir à une sorte d'entente", a-t-il ajouté.
Zarni, professeur birman à l'université d'Oxford et spécialiste de son pays, a estimé que le "scénario idéal" dans le contexte explosif actuel serait que la junte engage des discussions avec Mme Suu Kyi et son parti, la Ligue nationale pour la démocratie qui avait largement remporté des élections législatives en 1990 mais n'a jamais été autorisée à gouverner.
Cela pourrait ne pas aboutir à la libération de Mme Suu Kyi, a dit Zarni, mais il s'agirait d'un net progrès. Amorce de dialogue ou violente répression: il est impossible de dire dans quelle voie le régime va s'engager, alors que des luttes de pouvoir se sont toujours déroulées au sein de l'appareil militaire, a encore estimé Zarni.
Si les "durs" l'emportent, il pourrait y avoir une épreuve de force dans les rues de Rangoun et une répétition des événements de 1988.
A l'époque, la communauté internationale n'était pas aussi mobilisée alors que Mme Suu Kyi n'avait pas encore émergé sur la scène politique comme le symbole incontesté de l'espoir démocratique en Birmanie.
Les spécialistes de ce pays mettent également en garde contre tout optimisme démesuré sur un prochain renversement de la junte. En février 2006, les militaires ont déplacé la capitale et tous les ministères à Naypyidaw, ville nouvelle créée à 400 kilomètres au nord de Rangoun.






1-La_une.htmBirmanieLes moines prient mais ne plient pas

Plus d'un millier de moines bouddhistes manifestent en priant dans les rues de Rangoun pour protester contre la junte militaire.
(Photo : AFP)

Les manifestations des moines bouddhistes contre la junte prennent chaque jour de l'ampleur. Ce samedi, sixième jour consécutif de manifestations, plus de 1 000 moines ont marché pacifiquement dans les rues de Mandalay, dans le centre du pays, tandis que 1 500 autres  défilaient en silence à Rangoun. Depuis vendredi, un groupe de moines qui affirme être lié aux manifestants, appelle à des mouvements de protestation silencieux tous les soirs à 20h, heure locale.



Birmanie Les moines font école
Du jamais vu dans les rues de Rangoun, ce dimanche. 20 000 personnes, 10 000 moines et autant de civils ont défilé côte à côte dans les rues de la plus grande ville birmane en ce sixième jour consécutif de manifestations anti gouvernementales. Les moines appellent désormais la population et la population semble plus déterminée que jamais à faire plier le régime. Il s'agit du plus important rassemblement de protestation en Birmanie depuis le début du mouvement, il y a cinq semaines.
....
_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 25/09/2007 13:23:40    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Albedo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 25/09/2007 14:07:20    Sujet du message: Les moines prient mais ne plient pas Répondre en citant

un magnifique mouvement, mais qui risque de tres mal se terminer, je prie néanmoins pour une résolution pacifique. j'irai visiter le temple boudhiste de ma ville et prierai avec les moines la bas aujourd'hui meme car les choses pressent. http://cf.news.yahoo.com/s/25092007/3/world-myanmar-la-population-defie-le-…

si vous aimez la paix et souhaiter aider a peut etre éviter une effusion de sang pacifiste priez, priez de tout coeur pour ces courageux moines qui ne font de mal a personne.

je demande que la protection de boudha soi accordé a ces nobles moines.

Quan Yang
Revenir en haut
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 25/09/2007 15:25:03    Sujet du message: Les moines prient mais ne plient pas Répondre en citant

Vidéo des manifestations et un lien des manifestations d heure  par heure

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/asiepacifique/20070…


Vidéos=
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/asiepacifique/20070…
_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 25/09/2007 23:38:51    Sujet du message: Les moines prient mais ne plient pas Répondre en citant

Le Dr Sein Win, Premier Ministre du gouvernement birman en exil et cousin d’Aung San Suu Kyi, rencontrera M. Nicolas Sarkozy, Président de la République française, le mercredi 26 septembre 2007 à 17h30 à l’Elysée. Il sera accompagné de l’actrice Jane Birkin ainsi que de Frédéric Debomy, coordinateur d’Info Birmanie.
Il s’agit de la première entrevue entre un membre du gouvernement birman en exil et un Président de la République française.
Cette visite intervient à un moment où la Birmanie est au centre de l’actualité internationale en raison d’une mobilisation sans précédent. Les moines bouddhistes sont aujourd’hui à l'avant-garde d’une action de protestation pacifique et historique contre la junte. La rencontre brève entre les religieux et Aung San Suu Kyi samedi 22 septembre marque un tournant dans le mouvement de protestation déclenché le 19 août par l’opposition démocratique contre la hausse massive des prix des carburants. L’Association de tous les moines bouddhistes de Birmanie a demandé vendredi la poursuite des marches pacifiques quotidiennes jusqu’au renversement de la « dictature » des militaires, qualifiés d’« ennemis du peuple ».

Info Birmanie souhaite que cette rencontre marque le début d’une relation proche et d’une plan d'action concerté entre le gouvernement français et le gouvernement birman en exil au profit d’un véritable processus de démocratisation en Birmanie sous l’égide des Nations unies.
Nous apellons également le Président français à se prononcer de façon ferme contre les actes de violence perpétrés par la junte contre les manifestants et les opposants au régime. Selon des informations reçues de nos sources présentes dans le pays, quatre membres de Génération 88, emprisonnés suite aux premières manifestations d’août, auraient été victimes d’actes de torture lors de leur interrogatoire et la junte entreprendrait de mêler aux manifestants des agitateurs de façon à légitimer une éventuelle répression violente du mouvement.
Sein Win rencontrera par ailleurs Rama Yade, Secrétaire d’Etat aux affaires étrangères et aux droits de l’Homme, le 26 septembre dans la matinée.


Pour tout rendez-vous avec le Dr Sein Win, contacter Achraf Sebbahi (06 63 88 77 63) ou Frédéric Debomy (06 64 92 30 28). Le Dr Sein Win sera à Paris du 25 au 29 septembre.



RECTIFICATIF : INFO BIRMANIE a remarqué que la confusion est parfois faite entre le Docteur Sein Win, premier ministre du Gouvernement birman en exil et cousin d'Aung San Suu Kyi, et le journaliste et écrivain Ludu Sein Win, auquel nous tenons à rendre hommage. Opposant à la dictature depuis les débuts, ayant passé de nombreuses années en prison, où il a perdu l'usage de ses jambes à cause des mauvais traitements, Ludu Sein Win est une des figures intellectuelles les plus respectées des démocrates birmans, et est soutenu par Reporter Sans Frontière. Très âgé et en mauvaise santé, il vit encore actuellement à Rangoon.

http://www.info-birmanie.org
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Albedo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 26/09/2007 12:17:24    Sujet du message: Les moines prient mais ne plient pas Répondre en citant

Myanmar : Le junte militaire durcit le ton

mardi 25 sep, 23 h 20


Au Myanmar, des soldats et des policiers encerclent depuis mercredi matin plusieurs monastères et temples bouddhistes à Rangoun. Ils tentent visiblement d'empêcher toute nouvelle manifestation des bonzes qui tiennent tête à la junte militaire depuis plus d'une semaine.
PUBLICITÉ



Plusieurs centaines de membres des forces de l'ordre se trouvent notamment dans un stationnement du centre de la ville, près de la pagode Sule, qui a été au centre de plusieurs manifestations.

Ce déploiement survient quelques heures après que la junte eut imposé un couvre-feu à Rangoun et dans la deuxième ville du pays, Mandalay, et interdit les rassemblements de plus de cinq personnes. Ces deux mesures sont en vigueur pour les 60 prochains jours.

La dictature militaire n'a pas précisé quelles sanctions elle infligerait aux contrevenants, mais la loi birmane prévoit déjà une peine d'emprisonnement de deux ans pour tout rassemblement illégal.

Autre signe de durcissement des autorités birmanes, un acteur vedette, Za Ga Na, qui avait joint les rangs des moines lundi, a été arrêté à son domicile de Rangoun dans la nuit de mardi à mercredi, ont déclaré ses proches.

Par ailleurs, l'agence Reuters affirme que Aung San Suu Kyi, chef de file de l'opposition démocratique qui est assignée à résidence depuis des années, a été conduite dimanche à la prison d'Insein.

Manifestation d'envergure à Rangoun

Malgré des mises en garde répétées du régime, quelque 100 000 personnes menées par des bonzes ont manifesté mardi à Rangoun. Portant des drapeaux religieux et des images de Bouddha, les moines, en robe couleur cannelle ou safran, ont ensuite invité la foule à se joindre à nouveau à eux mercredi et les jours suivants.

Les grandes manifestations de lundi et mardi sont les plus importantes depuis le début du mouvement de protestation contre l'explosion du coût de la vie, à cause de l'augmentation massive des prix de l'essence et des transports en commun décrétée par la junte militaire. La semaine dernière, les moines bouddhistes se sont joints au mouvement général de protestations déclenché par des opposants politiques, il y a cinq semaines.

Les manifestants jouent le tout pour le tout avec une dictature qui n'a pas hésité, par le passé, à réprimer dans le sang toutes manifestations d'envergure. En 1988, lors des dernières grandes manifestations prodémocratiques, quelque 3000 personnes avaient été massacrées par les militaires au pouvoir dans ce pays depuis 1962.

Craintes de répression

Les récents agissements du régime alimentent les rumeurs de plus en plus fortes selon lesquelles les militaires pourraient très prochainement réprimer les manifestants.

L'enquêteur des Nations unies sur les droits de l'homme chargé du Myanmar, Paulo Sergio Pinheiro, a dit craindre une répression très sévère. « Il y a urgence », a-t-il dit, estimant que la Chine était une puissance de la région à même de jouer un « rôle positif « pour désamorcer la tension au Myanmar.

Un chef d'une milice rebelle a pour sa part soutenu à Reuters que des militaires, membres d'une unité tristement célèbre pour ses massacres de civils en 1988, ont reçu l'ordre de se rendre à Rangoun.

Le premier ministre birman en exil, Sein Win, craint lui aussi que la junte militaire réagisse par la répression. Il estime que les pressions internationales sont la seule solution pour éviter un bain de sang.

Mardi, le président américain George W. Bush a annoncé de nouvelles sanctions contre le Myanmar à l'ouverture de la 62e Assemblée générale de l'ONU, à New York.
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 26/09/2007 12:43:39    Sujet du message: Les moines prient mais ne plient pas Répondre en citant

Espérons que nous n'allons pas vers un massacre cry diablo
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 26/09/2007 18:57:25    Sujet du message: Les moines prient mais ne plient pas Répondre en citant

Helas c etait a prevoir..teiwas..

ils on encore tiré sur des moines..



le régime militaire, faisant charger des dizaines de milliers de manifestants à Rangoun où au moins quatre personnes -un civil et trois moines- ont été tuées et cent blessées.
 

Trois autres civils ont été blessés par des balles tirées par les forces de sécurité, a indiqué à l'AFP un responsable hospitalier. Parmi ceux-ci figure une femme atteinte à la poitrine.
Dans des incidents distincts avec les militaires et policiers, au moins trois moines bouddhistes ont été tués, selon un responsable birman ayant requis l'anonymat.
Un bonze a été tué par un coup de feu alors qu'il tentait de désarmer un soldat et deux autres religieux ont été battus à mort, a dit cette source.
Un second responsable a précisé que les incidents avec des bonzes s'étaient notamment produits près de la célèbre pagode Shwedagon, point de ralliement des moines qui ont pris la tête de défilés quotidiens contre la junte depuis le 18 septembre à Rangoun.
Une centaine de manifestants, dont la moitié de bonzes, ont aussi été blessés, selon des témoins.
Par ailleurs, quelque 200 personnes ont été arrêtées, selon ces sources.
Parmi celles-ci se trouvent au moins une centaine de moines, selon un diplomate étranger.
Le Conseil de sécurité de l'ONU a été convoqué d'urgence pour des consultations sur la Birmanie mercredi à 15H00 (19H00 GMT), a annoncé à New York le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner, dont le pays assure ce mois-ci la présidence tournante du Conseil.
D'autres pays ont fait part de leur sérieuse préoccupation.
Le parti de l'opposante Aung San Suu Kyi, assignée à résidence depuis 2003, a déclaré que le régime militaire avait commis "une faute irréparable" au regard de l'Histoire, en chargeant des manifestants pacifiques, dont des bonzes.
Les premiers incidents ont été signalés vers 12H00 locales (05H30 GMT), lorsques les forces de sécurité ont chargé quelque 700 personnes, principalement des étudiants mais aussi des bonzes, qui commençaient à se rassembler non loin de la pagode Shwedagon. Les manifestants ont été frappés indistinctement à coups de matraque.
Un peu plus tard, dans le quartier de la pagode Sule, des policiers et des soldats ont tiré en l'air et ont fait usage de gaz lacrymogène, alors que des milliers de civils ovationnaient un millier de moines qui arrivaient, selon des témoins.
Les policiers et les militaires présents ont alors procédé à des tirs de sommation.
"Ils insultent même notre religion et nos moines", a protesté un quinquagénaire en s'enfuyant à l'écart des nuages de gaz lacrymogène.
Une heure plus tard, des dizaines de milliers de personnes, dont des bonzes, se regroupaient ailleurs dans le centre-ville, tandis que des tirs de sommation retentissaient dans d'autres quartiers, selon des témoins.
Confrontés à une montée en puissance des manifestations menées par des moines bouddhistes - 100.000 personnes sont descendues dans les rues respectivement lundi et mardi -, les généraux ont profité de la nuit de mardi à mercredi pour annoncer par haut-parleur un couvre-feu entre 21H00 à 05H00 locales (14H30 à 22H30 GMT).
La première ville de Birmanie a aussi été placée sous un régime d'accès restreint, un statut spécial ressemblant à l'état d'urgence. Mandalay, deuxième ville du pays située dans le centre, a fait l'objet des mêmes restrictions.
Plus tard dans la nuit, deux personnalités soutenant le mouvement de protestation, Zaganar, le plus célèbre des comiques birmans, et Win Naing, un homme politique modéré ont été arrêtées à leur domicile, selon leurs proches.
Ces deux personnalités avaient été vues ces derniers jours à Rangoun en train d'offrir de la nourriture et de l'eau aux moines qui défilaient.

..........



plusieurs organisations appellent à manifester jeudi à Paris

PARIS - La Ligue des droits de l'Homme (LDH), la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) et l'organisation Reporters sans Frontières (RSF) appellent à manifester jeudi après-midi devant l'ambassade de Birmanie à Paris pour dénoncer la "nouvelle répression sanglante" en cours dans le pays.
 







"Le Conseil de sécurité des Nations unies doit agir durgence pour des sanctions effectives contre le régime militaire" birman, ajoutent ces organisations dans un communiqué conjoint.
Le Parti communiste français a également appelé à manifester devant l'ambassade, alors que de leur côté, les Verts estiment que "le gouvernement (français) doit exiger de la compagnie pétrolière Total quelle se retire de Birmanie". "Il faut désormais agir vite et plus seulement se contenter de satisfaire les opinions publiques avec des déclarations de bonne conscience", estiment les Verts dans un communiqué.
"En signe de solidarité avec le mouvement de protestation et pour prévenir un nouveau massacre et en appeler à la responsabilité de nos gouvernements", RSF et les deux organisations de défense des droits humains appellent donc à "manifester avec les démocrates birmans en exil en France" jeudi en début d'après-midi, en présence de l'actrice Jane Birkin. AP

_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"
Revenir en haut
Albedo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 27/09/2007 17:45:27    Sujet du message: Les moines prient mais ne plient pas Répondre en citant

c'est bien triste tout ca, encore une fois on cherche a l'emporter par la loi de la force. dominer par la peur.

et ces courageux moines... je ne peu que prier pour qu'un mouvement internationnal de solidarité naisse d'un tel événement.

une chose est sure nous ne pouvons regarder le massacres de moines boudhistes les bras croisés sans rien faire.

Quan Yang
Revenir en haut
Albedo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 29/09/2007 05:29:33    Sujet du message: Les moines prient mais ne plient pas Répondre en citant

et la suite est de moins en moins roze...

Birmanie: la junte intensifie la répression

2007-09-28 19:52:00   

 Imprimer cette page


RANGOON - Manifestants dispersés dès le début des rassemblements à Rangoon, monastères bouclés par les militaires, accès à Internet coupé: le mouvement de contestation en Birmanie se heurtait vendredi à une répression méthodique, manifestement beaucoup plus meurtrière que ne l'admet la junte.

 


La junte militaire birmane interdit l'accès aux monastères bouddhistes. Associated Press

Le Premier ministre britannique Gordon Brown a réclamé vendredi des sanctions plus fermes de l'Union européenne, avant d'estimer que le bilan des violences était vraisemblablement "beaucoup plus lourd" que celui fourni par les autorités birmanes.
Le gouvernement fait état de dix morts, dont un journaliste japonais, depuis mercredi, quand les forces de l'ordre sont intervenues pour la première fois contre les manifestants. Jeudi, la journée la plus meurtrière, les soldats ont tiré sur la foule.
Mais l'ambassadeur australien en Birmanie Bob Davis disait avoir reçu des informations non confirmées selon lesquelles il y aurait plusieurs dizaines de victimes. Et l'organisation dissidente basée à Washington, US Campaing for Burma, faisait état d'environ 200 morts et d'innombrables arrestations.
Le bilan exact est très difficile à établir. La population a trop peur pour parler à la presse et les journalistes se voient interdire d'entrer dans le pays. Soldats et policiers ont même fait des descentes dans certains hôtels pour y débusquer les ressortissants étrangers.
A Rangoon, les forces de sécurité sont intervenues vendredi à coups de matraque et de gaz lacrymogènes pour empêcher les cortèges quotidiens de prendre de l'ampleur.
Vingt camions de soldats et policiers anti-émeutes ont bloqué le plus grand rassemblement de quelque 2.000 personnes près de la pagode Sule. Une poignée de manifestants qui tentaient de forcer un cordon de militaires ont été matraqués et traînés dans un camion, selon des témoins. Les forces de sécurité ont aussi dispersé des groupes de 200 à 300 personnes dans d'autres secteurs, bouclant au moins un quartier de Rangoon.
Les autorités semblent déterminées à vider les rues des robes safran des moines bouddhistes, qui défilent quotidiennement contre le régime depuis 11 jours, suivis par des dizaines de milliers de personnes. Cinq monastères clé ont été bouclés par l'armée, selon des diplomates, les routes alentour étant bloquées par des barricades de barbelés.
"On nous a dit que les forces de sécurité avaient les moines sous contrôle" et allaient désormais s'occuper des manifestants civils, confiait un diplomate asiatique. Autant d'éléments qui laissent craindre une répétition de la répression sanglante du soulèvement pro-démocrate de 1988, alors que la junte avait paru hésiter à user de la force contre les moines, profondément respectés dans ce pays bouddhiste. Selon des témoins et des sources diplomatiques, des centaines de personnes ont été arrêtées ces derniers jours, emmenées dans des camions dans la nuit, ou matraquées.
Vendredi, des manifestations de soutien ont eu lieu à Rome, Londres ou Bangkok. Alors que les images des dizaines de milliers de manifestants dans les rues de Rangoon ont fait le tour du monde, le gouvernement birman tente aussi de filtrer davantage les informations. Il a suspendu les services de deux fournisseurs d'accès à Internet, BaganNet et Myanmar Post and Telecom, alors que les grandes entreprises et les ambassades restaient connectées par satellite.
"Ils ne veulent pas que le monde voit ce qui se passe là-bas", a aussitôt dénoncé le porte-parole de la Maison Blanche Scott Stanzel. Washington a exhorté "toutes les nations civilisées" à faire pression sur la junte.
Le président George W. Bush et le Premier ministre britannique Gordon Brown se sont entretenus de la situation vendredi par téléconférence. Le chef du gouvernement britannique devait aussi s'entretenir avec son homologue chinois Wen Jiabao. Principal allié politique et économique du régime birman, Pékin est pressé d'intervenir mais a exclu pour l'heure toute condamnation ou sanction contre la junte.
Sourde aux appels à la retenue de la communauté internationale, la junte a toutefois accepté de recevoir la visite de l'envoyé spécial de l'ONU Ibrahim Gambari, attendu dès samedi dans le pays.
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 29/09/2007 05:51:07    Sujet du message: Les moines prient mais ne plient pas Répondre en citant

Et pour ceux qui pensent que l'Australie est un pays libre:
Citation:
In Australia, scuffles broke out as 40 police officers stopped around 60 protesters from marching outside the Burmese embassy in Australia's national capital, Canberra.

The crowd gathered in front of the Burmese embassy to protest against the military crackdown in Burma.

However, when the Canberra crowd tried to march onto the road in front of the embassy, scuffles broke out.

Police formed a line to push the protestors back, and several people fell to the ground.

Sergeant Trevor Coutts says some officers have only just graduated from a crowd training course and were following police guidelines.
demon demon demon


40 policiers pour 60 manifestants Question Question
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 04/12/2016 08:07:58    Sujet du message: Les moines prient mais ne plient pas

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Our quotidien- Everyday life -> Nouvelles du Monde -World news -> Archives 2007-2009 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com