Forum sans frontières-without boundary Index du Forum

Forum sans frontières-without boundary


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Notice board-Panneau d'affichage 
Invité
Notre forum a une autre adresse http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php où nous vous attendons
Ce site n'est maintenant que les ARCHIVES de " Connaître le Monde Forum sans frontières "

Our forum has a new address http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php where we are waiting for you
This site is only the archives of " Connaître le Monde Forum sans frontières "
La nuit

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Au-delà de l'Essence - further that our Essence -> Art Galery-Galerie d'Art -> Archives 2007-2009
Sujet précédent :: Sujet suivant  

la nuit
que vous inspire-t-elle ?
100%
 100%  [ 4 ]
peur, mystère, répulsion et et et
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 4

Auteur Message
Nuada
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 18/01/2007 19:03:01    Sujet du message: La nuit Répondre en citant

"j'aime la nuit avec passion avec ivresse, comme on aime un ville ou une maîtresse" Maupassant

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 18/01/2007 19:03:01    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gollem
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 18/01/2007 20:21:08    Sujet du message: La nuit Répondre en citant

La Nuit est ma maîtresse, mon amante, ma mère manquante!

Disons pour un Loup comme moi, je suis à mon meilleur la nuit pour hurler de mon chant, comme le font les Sirènes!

Gollem
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 18/01/2007 22:05:30    Sujet du message: La nuit Répondre en citant

C'est la nuit que je vis, et que j'étudie le mieux.
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 19/01/2007 03:20:25    Sujet du message: La nuit Répondre en citant

Hymne à la Nuit

O Nuit ! Qu'il est profond ton silence
Quand les étoiles d'or scintillent dans les cieux ;
J'aime ton manteau radieux ;
Ton calme est infini, ta splendeur est immense.

O Nuit ! Toi qui fait naître les songes,
Calme le malheureux qui souffre en son réduit !
Sois compatissante pour lui.
Prolonge son sommeil, prends pitié de sa peine,
Dissipe la douleur, nuit limpide et sereine.


O Nuit ! Toi qui fait naître les songes,
Emporte loin de nous les soucis et les maux.
Et que de nos rêves si beaux
L'heureux enchantement jusqu'au jour se prolonge.
-
O Nuit ! Apporte-nous l'espérance.
Toi qui sur nos maisons diffuses sa douceur
Que ta paix élève nos coeurs
Vers l'amour généreux du beau pays de France.
Hippolyte et Aricie - 1733
Jean-Philippe Rameau (1683-1764)


_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle


Dernière édition par Teiwas le 20/05/2007 05:05:45; édité 2 fois
Revenir en haut
Nuada
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 19/01/2007 14:24:45    Sujet du message: La nuit Répondre en citant

comme le chat qui s'en va tout seul
comme une longue chevelure d'un noir ardent
comme une étoile bruissante dans sa soie bleue
comme une lune dipahane
comme une lune ombragée et ocelée
comme tous les délires
et les multiples vérités de nos vies.....
je ne crois pas au réel, ni à la vérité, ni à ce que je vois
comme la nuit, tout peut être multiple, variable, délicieux ou odieux
et si nous n'étions que notre propre rêve ?

Merci à tous ceux qui m'ont répondu....
Revenir en haut
Aliénor
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 19/01/2007 18:32:16    Sujet du message: La Nuit Répondre en citant

La nuit


La nuit s'est imposée sans détour;
Elle a escaladé les murs, les arbres et les rideaux.
Elle a laissé quelques traînées de gris dans l'allée
Puis elle a tapé aux volets
et regardé par la serrure
si elle pouvait gagner
A croupetons la maison.
Mais la nuit cette fois encore restera dehors.
Elle s'est posée sans bruit
sur le toit
évitant la cheminée
de peur de s'envoler.
La nuit , bien campée sur son noir
n'a laissé qu'un coin de ciel aux étoiles.
La nuit réfléchira une fois encore.
Elle fera miroiter l'attente du matin
pour les esprits chagrins.
J'ai préféré caresser la nuit
Et m'en faire une amie.
Je l'ai jalousement
enfermée à double tour.


Aliénor
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 19/01/2007 20:37:35    Sujet du message: La nuit Répondre en citant

La Lumière est née des Ténèbres, sans la nuit il n'y aurait pas de jour.

La nuit l'homme affronte ses peurs, ses chimères, c'est-à-dire les zones obscures et cachées de son subconscient.

Avoir peur de la nuit c'est avoir peur de soi-même Exclamation
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Belise
Nouveau Membre
Nouveau  Membre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 35
Entre Cher et ciel (perchée sur une colline)

MessagePosté le: 21/01/2007 17:37:56    Sujet du message: La nuit Répondre en citant

"Vivre la nuit - vivre de la nuit
Voler du temps au temps"

Il y a eu une période de ma vie où j'avais besoin de vivre pendant la nuit, d'écrire dans ce silence, d'écouter le bruit de la ville pendant ses heures de latence.
On n'est pas pareil le jour et la nuit. On ne dit pas les mêmes choses, on ne les entend pas pareil, on ne se comporte pas de la même façon.
Ces temps-ci j'ai besoin du jour, de lumière. J'ai besoin du rythme naturel, de respecter une alternance nécessaire, d'être en accord avec ce rythme. Se lever avec le soleil, quand je peux (malheureusement pas suffisamment à mon goût...), quel plaisir !
Revenir en haut
Raphaël
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 396
Centre

MessagePosté le: 25/01/2007 02:52:54    Sujet du message: La nuit Répondre en citant

Nuit

Nuis

NU

I

n'eu it..
n'eu ip..
n'eu ic..

n'eu imm..

Nu I

Nuit




elle
m'inspire
m'aspire
m'expire




..............??????????????????????....................
_________________
"Seul est grand celui qui transforme la voix du vent en un chant que son propre amour aura rendu plus doux." [Khalil Gibran]
Revenir en haut
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 25/01/2007 12:44:24    Sujet du message: La nuit Répondre en citant

La solitude
O! que j'aime la solitude !
Que ces lieux sacrés à la nuit,
Eloignés du monde et du bruit

Plaisent à mon inquiétude !
Mon Dieu ! Que mes yeux sont contents
De voir ces bois qui se trouvèrent
A la nativité du Temps
Et que tous les Siècles révèrent,
Etre encore aussi beaux et verts
Qu'aux premiers jours de l'Univers !

Un gai zéphire les caresse
D'un mouvement doux et flatteur,
Rien que leur extrême hauteur
Ne fait remarquer leur vieillesse :
Jadis Pan et ses Demi-Dieux
Y vinrent chercher du refuge,
Quand Jupiter ouvrit les Cieux
Pour nous envoyer le Déluge,
Et se sauvant sur leurs rameaux,
A peine virent-ils les Eaux.

Que sur cette Epine fleurie,
Dont le Printemps est amoureux,
Philomele au chant langoureux
Entretient bien ma rêverie !
Que je prends de plaisir à voir
Ces monts pendants en précipices,
Qui pour les coups du désespoir
Sont aux Malheureux si propices,
Quand la cruauté de leur sort
Les forces à rechercher la mort !

Que je trouve doux le ravage
De ces fiers Torrents vagabonds
Qui se précipitent par bonds
Dans ce Vallon frais et sauvage !
Puis glissant sous les Arbrisseaux
Ainsi que des Serpents sur l'herbe,
Se changent en plaisants Ruisseaux
Où quelque Naïade superbe
Règne comme en son lit natal,
Dessus un trône de cristal !

Que j'aime ce Marais paisible !
Il est tout bordé d'Aliziers
D'Aulnes, de Saules et d'Osiers,
A qui le fer n'est pas nuisible :
Les Nymphes y cherchant le frais,
S'y viennent fournir de quenouilles,
De pipeaux, de joncs et de glais,
Où l'on voit sauter les grenouilles,
Qui de frayeur s'y vont cacher
Sitôt qu'on veut s'en approcher.


Marc-Antoine Girard de SAINT-AMANT
Anthologie de la poésie française
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 22/05/2007 08:21:02    Sujet du message: La nuit Répondre en citant

LES TEMPS DE LA NUIT
par Angelina Muñiz-Huberman
Trad. par Charles Allport
+++ La nuit est propice à la création ; elle l'exalte. L'esprit est frais : la lucidité de l'obscurité et du silence lâchent les mots sur une table rase
La création du monde part de l'obscurité pour atteindre la lumière. Le néant absolu est inconcevable. Il est l'équivalent du vide, sans yeux et sans regard pour voir ni pour comprendre. Lorsque tombe le rayon de lumière et que s'établit le cycle lumière-obscurité, le néant se déplace et apparaît le tout absolu.

De même, le défaut de langage mène à sa naissance. La conscience du verbe voyage du silence au son. De l'enclos matriciel au premier cri de la vie. Du chaos, qui comprend toutes les possibilités de création, à l'ordre, qui classifie et réduit. Ainsi, la nuit et le jour glissent de façon nécessaire et complémentaire. Ils ne se nient pas, ils s'affirment. La première heure du jour se développe à partir de la nuit. Les jours qui naissent de la nuit, comme le sabbat, existent pour marquer la création avec bonté.

L'obscurité des origines fait surgir les histoires millénaires, le mythe, le symbole, l'image, la métaphore. Les termes se multiplient : nuit qui illumine, racine de la nature, règne des ténèbres, germination occulte, éveil de l'être, source de la connaissance, source du plaisir. Mais leurs contraires aussi : signe de la mort, fin des choses, commencement du mal, domaine de la terreur, fascination de l'abîme.

La nuit a des alliés qui généralement la trahissent : la lune se manifeste pour la rendre plus douce et les étoiles, dans leur mort, apportent la lumière. Les sentiers de la forêt s'entrecroisent dans la pénombre mais aspirent à atteindre la clairière. L'obscurité n'est jamais totale.

La nuit qui illumine
Les romantiques ont découvert la nuit comme puissance créatrice et royaume des rêves. L'aventure onirique devient le centre de l'être et la nuit devient la plus grande expérience de l'imagination. Mais avant eux, les mystiques avaient relié leur désir de transcendance au silence et à l'obscurité. Si nous remontons plus loin dans le temps, nous avons Le Cantique des cantiques, le poème de la nuit par excellence, dans lequel l'amour humain et l'amour divin ne font qu'un et leur recherche passe de la nuit au jour. Ce modèle sera repris par les mystiques espagnols saint Jean de la Croix et sainte Thérèse d'Avila, pour lesquels l'âme ne peut se libérer que la nuit, qui est la voie de la divinité.

Et voilà le paradoxe : la nuit illumine la passion et l'atemporalité dans leurs formes les plus pures. La nuit promet, et elle est dans l'expectative, face au jour, qui dévoile et qui démontre tout. La nuit est l'exil du jour.

La nuit a sa propore mesure, indépendante de celle du soleil. Les périodes de veille ou les veillées nocturnes pour défendre les villes d'antan ont existé depuis les temps bibliques. Les gardiens du Temple de Jérusalem divisaient la nuit en trois parties pour ne pas se laisser aller et céder au sommeil. Les kabbalistes la divisaient en quatre, pour une meilleure concentration dans les hymnes mystiques. Et les soldats romains, eux, jouaient aux dés pour ne pas s'endormir. Dans la littérature espagnole du Moyen Âge, les chansons de garde tenaient éveillés les défenseurs au pied des murailles, en attendant la relève. Pour tous ceux-là, la nuit illuminait ou était illuminée.

La nuit et sœur Juana Inès de la Cruz

Dans la littérature coloniale mexicaine, il existe un poème consacré à la séduction exercée par la nuit. Il s'agit de Primero sueño (Premier rêve), de sœur Juana Inès de la Cruz (1651-1695). L'on y suit pas à pas l'avance de la nuit et les éléments qui la composent. Les oiseaux de nuit, les mythes de l'obscurité, la déité du silence, tous payant l'universel tribut sous la forme du sommeil. Le sommeil et la mort, inévitablement les grands égaliseurs.

Mais la nuit est avant tout la source de la connaissance. Sœur Juana s'applique à expliquer les sciences et l'origine des choses. La soif de comnnaissance est un rêve qui n'a pas de limites, le premier de tous les rêves.

La nuit et le principe féminin

De par sa relation avec la lune, la nuit est assimilée au principe féminin. Pour Hésiode, la nuit était la mère des dieux, l'origine de la vie et de la création. Lorsque Perséphone, symbole du printemps, est enlevée par Pluton et emportée dans le royaume de l'obscurité et des enfers, sa mère Déméter menace de retirer la fertilité à la nature. Aurore, autre divinité, étend son règne de l'aube au crépuscule et ménage ses forces durant la nuit.

La gestation a lieu dans une matrice obscure, sans lumière, sans bruit, enfermée dans la perfection. Elle répète l'acte unique de la genèse dans une généreuse multiplication et assure la continuité de la vie. Le mot lui-même, nuit, est féminin, face au mot jour, qui est masculin. La matrice est le lieu de la matière par excellence, où toute forme dépend de l'imagination et de la malléabilité ; comme un atelier de sculpture.

La nuit et l'alchimie

Dans le langage hermétique et dans la tradition de l'alchimie, obscurum per obscurius, la nuit incarne le profond mystère de l'origine. Nigredo est le nom de l'état initial, la matière première avant le chaos : la nuit des nuits. De cette masse confuse se détachent les éléments qui composeront l'existence. Son caractère obscur le poussera vers son contraire, il atteindra l'albédo, ou blancheur, et pénétrera directement dans l'âme des choses. Il montrera la voie de l'union et de la fécondation. Sa transmutation sera constituée par les éléments poétiques du verbe dans ses multiples manifestations visant à reconstruire l'harmonie du monde.

La nuit saturnienne, entre l'abîme et le réveil, oscille de l'effroi (Saturne-Cronos dévorant ses enfants, comme dans la gravure de Goya) à la génialité (comme dans Melencolia I de Dürer). C'est la « nuit sacrée, ineffable, mystérieuse » de Novalis (Hymnes de la nuit) et sa transformation en le cygne blanc de William Blake (Jérusalem). Attribut des mélancoliques, la nuit leur insuffle parfois un pouvoir maléfique, parfois le génie et la sagesse.

La nuit et les kabbalistes

C'est par l'intermédiaire de la nuit que les kabbalistes atteignent la révélation. Pour Yosef Caro (1488-1575), le sommeil est indispensable à la vie mystique car il éclaire ou explique ce qui ne peut être compris en état de veille. Certaines de ses œuvres (Maguid mesharim) sont de véritables carnets oniriques. Il a engagé les disciples de l'Académie de Safed à interpréter les rêves comme un guide pour les actes vécus. Ce pour quoi Yosef Caro a donné des formules magiques destinées à l'Ange des rêves, pour dissiper les doutes et apporter des réponses. Le message reçu est exprimé au moyen de mots choisis avec un soin extrême et jamais pris au hasard. La langue acquiert un caractère sacro-poétique : Chaque parole émise crée un ange, selon Yosef Caro.

Nuit, rêves et création

Pour moi, écrivaine, la nuit est, par excellence, le moment préféré. Je me couche de bonne heure, certes, mais cela me permet de me réveiller au petit matin, entre deux et quatre. L'heure la meilleure pour écrire.

C'est aussi l'heure de la terreur. Des ombres. Des bruits. Des obsessions. Mon sens auditif est très développé. J'entends à travers les murs. Ou d'un étage à l'autre. Ce qui passe dans la rue. La pluie fine. Les pas. Les voix. Les pleurs. Les rires nerveux. Les halètements de l'amour. Les lits qui grincent.

Ma maison et ma chambre se peuplent de bruits. Bruits entendus. Et bruits inventés. Il m'est même arrivé de me sentir le fantôme de ma maison. Mais c'est avant tout l'heure des rêves. Je me réveille avec un rêve qui vient de se passer. Et je le transcris aussitôt dans mon Somniario (Rêviaire). Plus tard, ces rêves se changeront en matériau littéraire.+++ La nuit est propice à la création ; elle l'exalte. L'esprit est frais : la lucidité de l'obscurité et du silence lâchent les mots sur une table rase.
--------------------------------------------------------------------------------
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Cliniou
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juin 2007
Messages: 442
Du côté d'ailleurs et réciproquement
Logo:

MessagePosté le: 30/06/2007 22:47:40    Sujet du message: La nuit Répondre en citant

La nuit, on entend le coeur parler.....
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 04/12/2016 08:03:40    Sujet du message: La nuit

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Au-delà de l'Essence - further that our Essence -> Art Galery-Galerie d'Art -> Archives 2007-2009 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com