Forum sans frontières-without boundary Index du Forum

Forum sans frontières-without boundary


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Notice board-Panneau d'affichage 
Invité
Notre forum a une autre adresse http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php où nous vous attendons
Ce site n'est maintenant que les ARCHIVES de " Connaître le Monde Forum sans frontières "

Our forum has a new address http://connaitre-le-monde.xooit.com/index.php where we are waiting for you
This site is only the archives of " Connaître le Monde Forum sans frontières "
La mort des abeilles,le glas de l’espèce humaine.!!!

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Our quotidien- Everyday life -> Our animal friends -Nos amis les bêtes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mélane
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 2 588

MessagePosté le: 27/08/2007 16:17:14    Sujet du message: La mort des abeilles,le glas de l’espèce humaine.!!! Répondre en citant

Les abeilles s’éteignent par milliards depuis quelques mois.

Leur disparition pourrait sonner le glas de l’espèce humaine.
C’est une incroyable épidémie, d’une violence et d’une ampleur faramineuse, qui est en train de se propager de ruche en ruche sur la planète. Partie d’un élevage de Floride l’automne dernier, elle a d’abord gagné la plupart des Etats américains, puis le Canada et l’Europe jusqu’à contaminer Taiwan en avril dernier. Partout, le même scénario se répète : par milliards, les abeilles quittent les ruches pour ne plus y revenir. Aucun cadavre à proximité. Aucun prédateur visible, pas plus que de squatter pourtant prompt à occuper les habitats abandonnés.

En quelques mois, entre 60 % et 90 % des abeilles se sont ainsi volatilisées aux Etats-Unis où les dernières estimations chiffrent à 1,5 million (sur 2,4 millions de ruches au total) le nombre de colonies qui ont disparu dans 27 Etats. Au Québec, 40 % des ruches sont portées manquantes.

En Allemagne, selon l’association nationale des apiculteurs, le quart des colonies a été décimé avec des pertes jusqu’à 80 % dans certains élevages. Même chose en Suisse, en Italie, au Portugal, en Grèce, en Autriche, en Pologne, en Angleterre où le syndrome a été baptisé « phénomène « Marie-Céleste » », du nom du navire dont l’équipage s’est volatilisé en 1872. En France, où les apiculteurs ont connu de lourdes pertes depuis 1995 (entre 300.000 et 400.000 abeilles chaque année) jusqu’à l’interdiction du pesticide incriminé, le Gaucho, sur les champs de maïs et de tournesol, l’épidémie a également repris de plus belle, avec des pertes allant de 15 % à 95 % selon les cheptels.

« Syndrome d’effondrement »

Légitimement inquiets, les scientifiques ont trouvé un nom à la mesure de ces désertions massives : le « syndrome d’effondrement » - ou « colony collapse disorder ». Ils ont de quoi être préoccupés : 80 % des espèces végétales ont besoin des abeilles pour être fécondées. Sans elles, ni pollinisation, et pratiquement ni fruits, ni légumes. « Trois quart des cultures qui nourrissent l’humanité en dépendent », résume Bernard Vaissière, spécialiste des pollinisateurs à l’Inra (Institut national de recherche agronomique). Arrivée sur Terre 60 millions d’année avant l’homme, Apis mellifera (l’abeille à miel) est aussi indispensable à son économie qu’à sa survie. Aux Etats-Unis, où 90 plantes alimentaires sont pollinisées par les butineuses, les récoltes qui en dépendent sont évaluées à 14 milliards de dollars.

Faut-il incriminer les pesticides ?
Un nouveau microbe ?
La multiplication des émissions électromagnétiques perturbant les nanoparticules de magnétite présentes dans l’abdomen des abeilles ? « Plutôt une combinaison de tous ces agents », assure le professeur Joe Cummins de l’université d’Ontario. Dans un communiqué publié cet été par l’institut Isis (Institute of Science in Society), une ONG basée à Londres, connue pour ses positions critiques sur la course au progrès scientifique, il affirme que « des indices suggèrent que des champignons parasites utilisés pour la lutte biologique, et certains pesticides du groupe des néonicotinoïdes, interagissent entre eux et en synergie pour provoquer la destruction des abeilles ». Pour éviter les épandages incontrôlables, les nouvelles générations d’insecticides enrobent les semences pour pénétrer de façon systémique dans toute la plante, jusqu’au pollen que les abeilles rapportent à la ruche, qu’elles empoisonnent. Même à faible concentration, affirme le professeur, l’emploi de ce type de pesticides détruit les défenses immunitaires des abeilles. Par effet de cascade, intoxiquées par le principal principe actif utilisé - l’imidaclopride (dédouané par l’Europe, mais largement contesté outre-Atlantique et en France, il est distribué par Bayer sous différentes marques : Gaucho, Merit, Admire, Confidore, Hachikusan, Premise, Advantage...) -, les butineuses deviendraient vulnérables à l’activité insecticide d’agents pathogènes fongiques pulvérisés en complément sur les cultures.

Butineuses apathiques

Pour preuve, estime le chercheur, des champignons parasites de la famille des Nosema sont présents dans quantités d’essaims en cours d’effondrement où les butineuses, apathiques, ont été retrouvées infectées par une demi-douzaine de virus et de microbes.

La plupart du temps, ces champignons sont incorporés à des pesticides chimiques, pour combattre les criquets (Nosema locustae), certaines teignes (Nosema bombycis) ou la pyrale du maïs (Nosema pyrausta). Mais ils voyagent aussi le long des voies ouvertes par les échanges marchands, à l’image de Nosema ceranae, un parasite porté par les abeilles d’Asie qui a contaminé ses congénères occidentales tuées en quelques jours.

C’est ce que vient de démontrer dans une étude conduite sur l’ADN de plusieurs abeilles l’équipe de recherche de Mariano Higes installée à Guadalajara, une province à l’est de Madrid réputée pour être le berceau de l’industrie du miel espagnol. « Ce parasite est le plus dangereux de la famille, explique-t-il. Il peut résister aussi bien à la chaleur qu’au froid et infecte un essaim en deux mois. Nous pensons que 50 % de nos ruches sont contaminées. » Or l’Espagne, qui compte 2,3 millions de ruches, est le foyer du quart des abeilles domestiques de l’Union européenne.

L’effet de cascade ne s’arrête pas là : il jouerait également entre ces champignons parasites et les biopesticides produits par les plantes génétiquement modifiées, assure le professeur Joe Cummins. Il vient ainsi de démontrer que des larves de pyrale infectées par Nosema pyrausta présentent une sensibilité quarante-cinq fois plus élevée à certaines toxines que les larves saines. « Les autorités chargées de la réglementation ont traité le déclin des abeilles avec une approche étroite et bornée, en ignorant l’évidence selon laquelle les pesticides agissent en synergie avec d’autres éléments dévastateurs », accuse-t-il pour conclure. Il n’est pas seul à sonner le tocsin. Sans interdiction massive des pesticides systémiques, la planète risque d’assister à un autre syndrome d’effondrement, craignent les scientifiques : celui de l’espèce humaine.

Il y a cinquante ans, Einstein avait déjà insisté sur la relation de dépendance qui lie les butineuses à l’homme : « Si l’abeille disparaissait du globe, avait-il prédit, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre. »
_________________
"là ou réside la liberté de l homme ,est sa pensée " V.H"
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 27/08/2007 16:17:14    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 28/08/2007 01:59:57    Sujet du message: La mort des abeilles,le glas de l’espèce humaine.!!! Répondre en citant

Certains apiculteurs pensent que ce sont les ondes des téléphones portables qui déroutent les abeilles Bannir

Ici nous avons la "loque américaine" qui fait de plus en plus de dégats

Citation:
La « loque américaine »l’une des plus importantes maladies d’importance économique affectant les ruchers en Australie Occidentale. Elle est distribuée sur la plupart des continents ainsi qu’en Nouvelle Zélande, Hawaii et aux Antilles. On la trouve dans tous les états d’Australie. Les spores de loque américaine, qui sont la forme dormante des bacilles, sont extrêmement résistants et peuvent demeurer viables dans des ruches ou du matériel infectés pendant plus de 35 ans.

La loque américaine est une maladie bactérienne largement répandue. Elle est généralement considérée comme l'une des plus graves maladies des abeilles, car elle cause d'importantes pertes économiques aux apiculteurs. Certains apiculteurs éprouvent des difficultés, à la contrôler à partir du moment où elle se déclare dans un rucher. Afin de maîtriser la loque américaine, l'apiculteur doit d'abord comprendre la maladie et de quelle manière se transmettent les germes..

La loque américaine, connue aussi sous la dénomination de loque maligne, loque gluante, loque puante, est une épizootie cosmopolite du couvain d'abeille. Seules quelques régions du monde semblent indemnes comme l'Afrique subsaharienne et l'Inde. Sa gravité (la loque américaine est sûrement la maladie du couvain la plus dévastatrice), et par là même ses conséquences sur le cheptel apicole, ont amené les pouvoirs publics à s'en protéger par l’établissement d'une sévère législation.


La terminologie de loque provient du fait que, bien avant la connaissance de la cause de la maladie :
• les apiculteurs retrouvaient leurs colonies mortes avec les rayons détruits par la teigne, donc en loques,
• les larves perdaient leur forme, se détérioraient, tombaient aussi en loques.

D'après les écrits d'Aristote et de Pline, il semble que la loque américaine soit connue depuis la plus haute Antiquité. Ces auteurs baptisèrent cette affection rouille en raison de la couleur particulière des larves. Une relation erronée qui perdura jusque dans les années 1900, fut alors faite avec l’humidité, l'eau étant agent de la rouille.

Entre 1760 et 1780, on parle de rougeole (Abbé Tissin), de gluant (Della Rocca).

En 1769, le naturaliste Schirach, dans son Histoire des abeilles, attribua différentes origines à la loque américaine : mauvaise ponte de la reine, mauvaise position de la larve. Cependant, il édicta pour l'éliminer des techniques mettant en cause un agent contaminant.

Les méthodes de lutte préconisées par Anton Janscha, apiculteur de l'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche (mettre les abeilles à l'état d'essaim, les laisser jeûner, leur fournir un autre habitat) ne sont pas sans rappeler celles préconisées actuellement.

C'est en 1885 que fut soupçonnée par Cheshire et Cheyne la nature bactérienne de l'agent de la loque, ce que confirma White en 1904. En étudiant la maladie de New York, auquel il donna le nom de loque américaine, ce chercheur mit en évidence Bacillus brandeburgiensis, bacille qui porte actuellement le nom de Paenibacillus larvae.

La loque américaine fut décrite par la suite en Allemagne par Zander, Maasen et Borchert.

Comment la loque tue les larves
Une larve saine peut attraper des spores en ingérant du miel contaminé. Les spores germent dans les 24 heures suivantes et pénètrent dans les intestins de la larve. Les larves de cet âge sont très susceptibles à la maladie et pas plus de 10 spores peuvent causer l’infection. A l’âge de 2 jours, les larves sont relativement plus résistantes et il faut alors des milliers de spores pour causer l’infection. Les bacilles prolifèrent dans les tissus larvaires avant la nymphose, causant une mort rapide. Les formes végétatives des bacilles se multiplient 9 à 11 jours après que les spores aient éclos et l’on peut dénombrer près de 2,5 millions et demi de spores par larve. Les larves infectées et mortes se dessèchent et forment des "écailles" solides sur la partie inférieure des cellules. Ces écailles sont hautement infectieuses et très difficilement évacuées par les abeilles. Certaines lignées d’abeilles sont résistantes à la loque américaine. Ceci est relié à leur capacité à détecter les larves malades, désoperculer les cellules infectées et évacuer les larves malades.
Comment la loque tue les ruches
Les nourrices, vouées également au nettoyage des cellules, contaminent des larves saines après avoir nettoyé des cellules infectées. Le miel et le pollen, et tous les composés intérieurs de la ruche deviennent contaminés par les spores durant les activités des abeilles. Dans un courte période, un grand nombre de larves sont touchées par la maladie et meurent. En conséquence, la population d’abeilles n’est plus renouvelée, la ruche devient faible. A la fin elle meurt.


_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Kalypsis
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 28/08/2007 09:47:34    Sujet du message: La mort des abeilles,le glas de l’espèce humaine.!!! Répondre en citant

... Une loque américaine qui fait de plus en plus de dégats ??? " Loque maligne, loque gluante, loque puante..."

J'ai cru pendant un instant que tu parlais de leur président Mr. Green

siffle siffle siffle
K.
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 28/08/2007 10:19:52    Sujet du message: La mort des abeilles,le glas de l’espèce humaine.!!! Répondre en citant

siffle Comme il y a plusieurs niveaux de lecture et d'interprétation...tu as su lire entre les lignes bravo çà)=
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
Kalypsis
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 05/09/2007 08:40:31    Sujet du message: La mort des abeilles,le glas de l’espèce humaine.!!! Répondre en citant

Plus d'abeilles ? Plus de pollinisation ! Le petit pollen ( mâle) ne sera plus transportée sur le pistil ( femelle) par les insectes. Plus de fécondation plus de fruits, de légumes ni de fleurs...

Ca vous dit un monde sans croquer dans une prune juteuse ? Sans une tarte aux fraises ? Sans un clafoutis aux cerises ? Rassurez-vous il y aura toujours de quoi faire la pâte puisque nous restera le blé, le riz et les patates. Mais une tarte sans fruits ou sans légumes, est-ce encore une tarte ? Chez moi ça s'appelle un gâteau sec ! Sec aussi ma tartine du matin que je couvre de confiture dégoulinant sur les doigts ! Bon y a toujours le beurre me direz-vous ! Oui sauf que bientôt plus que des vaches malades aux pies désespérément vides.

Ca vous dit un monde sans une rose qui éclôt ? Sans une violette qui pousse timidement sous un saule pleureur ? Sans un chèvre-feuille qui vous enivre de son parfum ? Sans un jasmin ? Sans une pensée ? Sans cette beauté chère aux poètes ? Ca vous dit un jardin vide de couleurs ? Et puis sans fleur à butiner plus d'insectes ? Plus de papillons symboles de nos âmes ? Etc etc...

Quelle tristesse !

Imaginons donc une seconde ce monde sans vitamines donc sans énergie et réfléchissons au jour où nous ne mangerons plus que des patates, du riz et du blé. Des sucres lents, des féculents que ça s'appelle. Moi j'appelle ça des "fait culs lents ". Des culs de plomb ! wrc Alors faudrait peut-être se le bouger ce cul lourd comme du plomb.

Ceci dit si les abeilles ne butinent plus les fleurs c'est peut-être aussi que les fleurs ne sont plus butinables ? C'est que nous sommes peut-être à un moment de bascule où le principe même de la fécondation deviendrait de l'auto-fécondation ? Là où le principe mâle est confondu avec le principe femelle ? Et si pour nous c'était la même chose ??? Plus de papa sur la maman ? amour Aie... Je m'égare...

Des suggestions ?

Bien à vous.

Kalypsis
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 05/09/2007 09:27:01    Sujet du message: La mort des abeilles,le glas de l’espèce humaine.!!! Répondre en citant

Hélas Kalypsis tu n'es pas si loin de la vérité ..les humains ont aussi des problèmes de pollination furie


Citation:
La Stérilité Masculine

Depuis la fin de la dernière guerre, la stérilité masculine n'a cessé de baisser de façon régulière, une baisse inquiétante dont on connaît pourtant les causes et auxquelles l'on a les moyens de remédier. La médecine officielle considère cette déficience comme un fait établi et propose de plus en plus de méthodes artificielles de procréation assistée pour les substituer aux fonctions défaillantes de l'homme.

On sait qu'aujourd'hui les hommes ne produisent, en moyenne, que 40 % du nombre normal de spermatozoïdes de leurs ancêtres. Il y a donc une baisse significative dont la manifestation a débuté lors de l'immédiat après-guerre pour s'amplifier ensuite progressivement.

Ainsi, la moyenne d'une éjaculation est passée de 3,4 à 2,75 ml ; le nombre de spermatozoïdes dans un millilitre d'éjaculat est tombé en moyenne de 113 millions à 66. Sachons que la normalité de la fécondité d'un homme peut être aisément contrôlée de nos jours en fonction d'un certain nombre de critères dont nous reparlerons dans un prochain article.

Or, malgré que ces normes soient assez larges pour englober le maximum de mâles, 1 couple sur 6 d'après les statistiques ne peut concevoir et dans ces cas là, l'homme se trouve impliqué à 45%.

Quelles sont les causes de cette infertilité ? Elles sont nombreuses et nous en connaissons bon nombre avec certitude, mais le lien entre ces causes n'est pas toujours facile à établir. Néanmoins les raisons connues de cette stérilité appelée « hypofertilité » sont les suivantes ;

a) Alimentation carencée en vitamine C, E et certaines du groupe B, acides gras essentiels, zinc et sélénium. Une alimentation mal adaptée comportant trop d'acides gras saturés et pas assez de fibres alimentaires puisqu'on diminue l'absorption de fruits et légumes.

b) Les vêtements et sous-vêtements trop serrés, la varicocèle (varice de la veine testiculaire)

c) Le mode de vie intervient sur le système hormonal (tabac, alcool, etc...)

d) Enfin la pollution – dans son livre « Guérir la ménopause » John LEE décrit le danger de certaines nuisances, notamment celles produites par la pétrochimie. « Le legs de cette pollution pour les créatures vivantes et les humains, est une véritable épidémie d'anomalies dans la fonction génitrice, parmi lesquels un nombre sans cesse croissant de cancers des glandes sexuelles, la stérilité, la baisse du taux des spermatozoïdes et la féminisation des hommes... Les conséquences potentielles sont bouleversantes surtout si l'on considère que l'une d'entre elles est la transmission des anomalies du système reproducteur à nos descendants »

C'est en premier lieu la pétrochimie qui a propagé des molécules oestrogéniques like qui ont progressivement envahi la planète sous une grande variété de formes. Ce qu'elles ont en commun avec les oestrogènes naturels de notre corps, c'est ce que l'on appelle le « cycle phénol » qui donne à ces molécules des propriétés oestrogèniques plus puissantes que celles des oestrogènes synthétisés par notre organisme.

Dans ce processus de pollution sont incriminés les solvants organiques, les pesticides, les métaux lourds (arsenic, plomb, mercure,....) le DDT, le PCB, la Dioxine, les organo phosphorés et organochlorés, les molécules de la pétrochimie que l'on retrouve dans les produits de ménage et d'hygiène, matières plastiques, lessives, parfums, savons, shampooings, crèmes, déodorants, insecticides et pesticides, rejets d'échappement automobile, fibres synthétiques des vêtements, médicaments,.... En fait partout où l'industrie par ses produits et ses déchets et ses retombées, a pollué l'environnement de l'homme. Tous ces éléments ont perturbé et déséquilibré le métabolisme humain, préparant le terrain non seulement à la stérilité, mais aussi à nombre de maladies (cancers,...) que l'on nomme pudiquement maladies de civilisation, sans plus...

Le plus grave dans tout ceci, ce sont les risques que l'humanité de demain encourt ; car nous transmettons ces nuisances et ces maladies à nos descendants.

Et puis, il y a un autre danger : celui que peut présenter la procréation artificielle sous ses diverses techniques : FIV ou Fécondation in Vitro selon 3 méthodes :

a) Immersion

b) Technique Suziou Subzonal Insémination

c) L'Injection ou technique ICSI (Intra Cytoplasmic Sperm Injection) en somme, Injection Intracytoplasmique du spermatozoïde, la dernière en date.
Depuis 1992, des milliers d'enfants dans le monde sont nés par la méthode ICSI.

Alors des voix, de plus en plus nombreuses, s'élèvent pour regretter que la médecine se substitue aux fonctions vitales défaillantes de l'être humain au lieu de chercher à les réparer ; de diffuser ainsi des anomalies génétiques responsables plus tard non seulement de maladies mais d'infertilité. Il y a là en effet un vaste débat qui n'est pas seulement éthique et que l'on aurait tort d'éluder.


_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
sauve
Membre confirmé
Membre confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2007
Messages: 191
France

MessagePosté le: 01/10/2007 14:32:00    Sujet du message: La mort des abeilles,le glas de l’espèce humaine.!!! Répondre en citant

Teiwas a écrit:
Certains apiculteurs pensent que ce sont les ondes des téléphones portables qui déroutent les abeilles Bannir

Ici nous avons la "loque américaine" qui fait de plus en plus de dégats

Citation:








la loque Americaine il y a longtemps qu'elle est apparue c est le varroa qui est responsable des mortalité et les produits chimique sur les plantes qui tue surtout les abeilles
je ne traite pas mes ruches depuis plusieurs années et j ai pas plus de mortalité que quand je traitais,bien sur je ne suis pas dans une zone de grande culture et je ne fais pas de transhumance...

http://www.dailymotion.com/sauvewise
_________________
Il faut suivre la voie de ses rêves, même si le chemin est difficile. C'est ainsi qu'on réalise sa vie.
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 9 534
Australia -Red Center

MessagePosté le: 01/10/2007 21:17:40    Sujet du message: La mort des abeilles,le glas de l’espèce humaine.!!! Répondre en citant

Bonjour Sauve
C'est quoi le Varroa? je sais je peux sans doute le trouver sur le net, mais c'est tellement mieux si un apiculteur le fait #%^*
_________________
Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l'univers.Marc-Aurèle
Revenir en haut
OBYONETAOPY
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 04/10/2007 23:20:18    Sujet du message: La mort des abeilles,le glas de l’espèce humaine.!!! Répondre en citant


Si vous connaissez pas les COWBOYS FRINGANTS, je vous invite à écouter cette CHANSON, avec l'accent quebecois...
Revenir en haut
Miaousse
Membre confirmé
Membre confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2007
Messages: 151
France

MessagePosté le: 26/10/2007 09:35:12    Sujet du message: La mort des abeilles,le glas de l’espèce humaine.!!! Répondre en citant

Malheureusement la disparition des abeilles semblent irrévocable.
Les abeilles rencontrent une baisse de leur population inquiétante et ce depuis déjà de nombreuses années, mais comme ce sont des insectes il a fallu atteindre le seuil critique pour s'en soucier (ça change pas vous allez me dire, car c'est toujours quand c'est critique que les choses -tentent de bouger-  bougent)
La cause principale à leur disparition réside dans l'utilisation des pesticides et autres produits chimiques qui contaminent le polen des fleurs et les empoissonnent petit à petit...

Dire qu'à la disparition des abeilles c'est toute la flore qui en patira c'est un peu exessif, heureusement, il n'y a pas que les abeilles qui assurent la polinisation, mais d'autres insectes le fond aussi.
Cependant il est vrai que le principal vecteur de polinisation se fait par les abeilles.

Ce qui m'attriste le plus, c'est la rareté puis la disparition du miel, la destruction d'une espèce animale en plus, et surtout la fin de ce spectacle si merveilleux qu'est de voir une abeille butiné une fleur et voir ses poches se remplir de nectar sur ses pattes arrières...

Même si aujourd'hui on voie une faible mobilistion des agriculteurs pour lorsqu'il laisse leur terre en jachère, y plante des fleurs pour les abeilles, cela ne résoudra pas le problème.

On connait la solution, mais elle est trop couteuse et de toute façon contre la dictature du profit , que peut y faire une pauvre petite abeille?
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 10/12/2016 14:42:58    Sujet du message: La mort des abeilles,le glas de l’espèce humaine.!!!

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum sans frontières-without boundary Index du Forum -> Our quotidien- Everyday life -> Our animal friends -Nos amis les bêtes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com